Cinq conseils de pro pour réussir son passage au blond sans abîmer ses cheveux

Que l’on souhaite éclaircir un peu ses cheveux ou opérer une transformation radicale du brun au blond, on suit les conseils des professionnels de la coloration pour réussir sa transition capillaire estivale sans abîmer sa chevelure et obtenir un résultat naturel.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Linkedin
  • Whatsapp

L’été rime souvent avec blondeur dans la tête des femmes. En effet, le soleil a tendance à éclaircir naturellement les longueurs. Mais pour celles qui souhaiteraient donner un peu plus d’ampleur à ce phénomène, ou pour les brunes qui rêvent d’une réelle transformation, c’est à leur coiffeur de passer à l’action. Cependant, entre crainte d’un résultat décevant et peur d’abîmer ses cheveux, le cap n’est pas toujours facile à passer. Nous avons demandé à David Lucas, Christophe Robin et l’équipe de la marque Aveda leurs conseils pour une coloration vraiment réussie.

Eviter les transformations radicales

«Devenir blonde, c’est plus un marathon qu’un sprint.» C’est par cette comparaison que Marie Debrix, formatrice France Aveda, résume l’importance d’accomplir sa transformation en douceur. «Si on est brune et qu’un coiffeur nous assure qu’on ressortira blonde platine dans deux heures, mieux vaut tourner les talons immédiatement !», renchérissent Charly Ménagé et Mégane Saliou du salon Chromatic by MC. Le duo, également formateur Aveda, recommande donc une décoloration progressive pour gagner en blondeur au fur et à mesure des rendez-vous. Avec à la clé, un résultat vraiment naturel. Même son de cloche chez David Lucas qui recommande plusieurs balayages espacés sur le mois, la semaine ou même la journée comme cela peut arriver avec des comédiennes pour les besoins d’un rôle. Enfin, comme le rappelle Christophe Robin, tout dépend de la nature et du passé du cheveu. Un diagnostic doit donc être réalisé en profondeur : c’est une étape primordiale qui va permettre au coiffeur de comprendre les attentes mais surtout les habitudes et de pouvoir trouver la méthode la plus adaptée à la chevelure de chacune.

Et à la maison ?

Pour éclaircir le cheveu sans le décolorer, il est possible d’appliquer un shampoing ou un soin éclaircissant. Christophe Robin conseille ainsi de laisser poser le shampooing clarifiant à la camomille et aux bleuets de sa gamme toute la nuit pour intensifier le résultat. Le coiffeur ajoute qu’il est également possible d’appliquer avant une exposition au soleil ou en soin de nuit, une huile essentielle de citron ou une infusion de camomille pour éclaircir le cheveu progressivement et tout en douceur.

Choisir la bonne technique

C’est évidemment le coiffeur qui va prendre en charge la chevelure qui fait ce choix délicat. Mais cela peut être un bon indicateur sur l’expertise de ce dernier. Certains salons choisissent par exemple de tout décolorer quand d’autres optent pour l’option de ne le faire que sur quelques mèches supérieures. Sans toucher à celles du dessous. «C’est une technique pour donner de la profondeur au blond et s’assurer un résultat naturel. Cela rend la couleur vivante car on lui donne du contraste. Souvent les personnes qui décolorent tout, souhaitent finalement redonner ce fameux contraste. Et c’est beaucoup plus difficile de recolorer», analyse Marie Debrix.

Les professionnels choisiront en fonction de la teinte d’origine la meilleure méthode à adopter. «Pour une blonde qui veut éclairicir, on va privilégier un balayage tout en gardant un minimum de racines naturelles. Pour une brune qui veut devenir très blonde, on travaillera sur des mèches enveloppées dans de l’aluminium, pour que la chaleur de la personne et du cuir chevelu pousse plus loin l’éclaircissement», détaille Mégane Saliou.

Trois soins pour chouchouter sa couleur : le Damage Remedy de Aveda, 49,50 €. Le masque bouclier couleur de Christophe Robin, 32 €. Le bain Utraviolet Blond Absolu de Kérastase, 23,40 €.

Autre critère qui va peser sur l’état du cheveu après la transformation ? L’oxydant (l’un des deux produits utilisés lors de la décoloration), qui ne doit pas être trop fort. «S’il l’est, cela va amener une décoloration très rapide, avec le risque d’un cheveu qui sera trop jaune. Il vaut mieux utiliser un produit moins fort et laisser poser plus longtemps», conseille Charly Ménagé. À noter également qu’un blond n’est jamais brillant de base et qu’on risque de perdre de l’éclat avec un cheveu désensibilisé. «Y aller progressivement va permettre de garder matière et brillance. Et quand le mal est fait, on peut tricher avec des gloss.»

Emma Stone fait partie des rousses qui règnent sur Hollywood. Sauf qu’elle n’est pas naturellement rousse…

Projection du film La La Land, Londres, janvier 2017.

Fidèle à ses origines suédoises, elle est blonde aux yeux bleus.

Evénement caritatif à l’Empire State Building, New York, juin 2012.

Catherine Deneuve a connu le succès dans les années 60, avec les cheveux blonds qu’on lui connaît. (Gala « Musique Contre l’Oubli », Paris, juin 2015)

Elle est, en fait, naturellement brune ! Elle s’est teint les cheveux pour la première fois à 19 ans. (Avant-première de Palais Royal, Paris, novembre 2005)

Chaud ou polaire, à chacune sa nuance de blond

Entre la vie rêvée d’Instagram qui nous donne envie d’adopter le blond polaire et la réalité, il y a un vrai fossé. Là encore le diagnostic du coiffeur sera essentiel. David Lucas et l’équipe Aveda sont formels : le blond-blanc reste très difficile à adopter et ne pardonne pas le teint terne. On fuit donc les tons trop froids d’autant que ces derniers, avec le soleil, vont progressivement présenter des reflets jaunes indésirables. Christophe Robin recommande donc de demander à son coloriste «de réaliser un léger balayage dans des tons blonds chauds et laisser ensuite le soleil apporter de doux reflets dorés.» Et David Lucas d’ajouter : «Un beau blond, c’est un blond qui a plein de nuances, qui s’est oxydé et qui a vu le soleil.»

Et quid de la promesse aux cheveux fins d’avoir plus de texture ? Idée reçue ou vraie astuce ? «Cela peut être vrai si on ne part pas dans des tons trop clairs. On optera pour une teinte miel qui va gaîner et sécher un peu la racine. Mais cela sensibilise tout de même le cheveu», avertit Marie Debrix. À garder en tête aussi : une décoloration complète sans racine sera plus difficile à entretenir et demandera un entretien très fréquent et donc onéreux. «Et travailler un blond avec une base plus sombre reste très moderne», renchérit Mégane Saliou.

La décoloration, possible pour toutes les natures de cheveux ?

Quand on fait des défrisages, mieux vaut éviter d’imposer à sa chevelure une autre technique qui va l’agresser. Idem pour les cheveux frisés puisque la décoloration va venir dénaturer la boucle. Dans ce cas, un effet soleil léger sera plus adapté.

Soigner sa chevelure au quotidien

Une fois la couleur de son choix obtenue, il est maintenant question d’entretenir son blond sur la durée. «Il faut utiliser des soins adaptés car une belle couleur ne peut exister si le cheveu est poreux», prévient Christophe Robin. Pour lui, il est donc primordial d’utiliser des soins dédiés délivrant de la nutrition tout en entretenant la coloration. Concernant la régularité des soins, les différentes experts sont unanimes. Christophe Robin recommande un soin profond hebdomadaire pour réparer la fibre abîmée en la nourrissant sans l’alourdir tout en déposant des pigments de couleur sur le cheveu pour raviver l’éclat de la couleur. Un soin plus léger type après-shampoing s’impose en revanche à chaque lavage. Enfin, David Lucas conseille de contrecarrer l’effet du jaunissement avec une gamme dédiée (Gamme Ultra-Violet de Kérastase) et d’appliquer en amont une huile. Sans oublier d’appliquer un soin thermoprotecteur avant le coiffage.

En vidéo, dix aliments pour de beaux cheveux

Protéger sa coloration du soleil

S’il faut protéger sa peau du soleil, il faut aussi penser à sa chevelure. Car si l’été rime avec éclaircissement, les UV vont aussi rendre plus cassants les cheveux. On pense au spray solaire qui va les protéger de l’effet néfaste de ces rayons. C’est important pour une chevelure naturelle, et plus encore quand on a opté pour une décoloration. Au salon Chromatic by MC, on fait de la prévention : «Nous conseillons d’ailleurs à nos clientes de mettre un peu de soin ou de masque avant d’aller à la plage pour les préserver. Mais aussi à la piscine car le chlore peut verdir les cheveux.» En effet, les couleurs peuvent s’affadir sous l’effet de ce dernier mais aussi de l’eau de mer. Christophe Robin recommande quant à lui des produits capillaires enrichis de vitamines antioxydantes pour protéger la chevelure des phénomènes d’oxydation de ces éléments estivaux. Et garder ainsi un blond parfait tout l’été.

Salon Christophe Robin, 16, rue Bachaumont, 75002 Paris.
Salon David Lucas, 20 rue Danielle Casanova, 75002 Paris / Place des Quinconces, Bordeaux.
Salon Chromatic by MC, 32 rue d’Aboukir, 75002 Paris.

Source: Lire L’Article Complet