Plongée en bleus profonds : un vestiaire estival irrésistible

Turquoise, azur, céruléen… poétique par essence, le bleu évoque les ciels infinis et les ondes pures. Notre vestiaire estival, sublimé par la top Vanessa Moody, s’y plongera avec délice et s’inscrira aux couleurs d’un «invincible été».

Chemise en Lurex, Chloé, maillot de bain, Etam. Foulard Acne Studios.

Robe en Lurex plissé, Givenchy. Collier Galerie Argiles.

Jupe en soie, Rokh. Collier Galerie Argiles.

Top en coton et pantalon en cuir, Salvatore Ferragamo.

Source: Lire L’Article Complet

40 clichés qui prouvent que Naomi Campbell est bien un supermodel

Naomi Campbell fête ses 50 ans le 22 mai ! L’occasion de revenir sur l’incroyable carrière du top britannique à l’attitude légendaire et à la carrière vertigineuse en 40 clichés iconiques.

Sa beauté et son charisme la propulsent parmi les grands noms de l’époque : Linda Evangelista, Christy Turlington, Cindy Crawford, Tatjana Patitz… Les supermodels dans toute leur splendeur, qui règnent alors sans merci sur les défilés et ont le droit à leur une mythique pour le Vogue anglais en janvier 1990. Amie des créateurs et des stars, Naomi Campbell a aussi un grand cœur et fonde en 2005 son association Fashion for Relief, qui lève des fonds lors de défilés caritatifs pour des causes comme l’ouragan Katrina ou encore le tremblement de terre en Haïti. Pour autant, sa carrière ne s’essouffle aucunement. Ces dernières années, le mannequin truste à nouveau les podiums, de Valentino à Louis Vuitton, en passant par Versace et Off-White. Retour en images sur la carrière de la supermodel Naomi Campbell.

Source: Lire L’Article Complet

Lee : vers un denim 100% responsable ?

Alors que l’industrie de la mode se tourne de plus en plus vers l’éco-responsabilité, comment appréhender un vêtement qui a fait le succès de sa marque mais qui est l’un des produits les plus polluant de la planète ? Éléments de réponses avec le géant du denim américain Lee.

Yves Saint Laurent avait déclaré que l’un de ses regrets de créateur, était de ne pas avoir inventé le jean. Au vu de son succès plus de deux siècles après sa création, on comprend pourquoi. « C’est le vêtement le plus spectaculaire, le plus pratique et nonchalant. Il a caractère, modestie, sex-appeal et simplicité », disait le couturier français et il n’avait pas tort. Car quelle autre pièce vestimentaire présente une telle polyvalence ? Ce n’est pas pour rien qu’il est aujourd’hui le vêtement le plus porté au monde. Grâce à lui, des marques comme Levi’s, Lee ou Diesel ont bâti de véritables empires, devenant des références dans le secteur du denim. Mais le développement de la célèbre toile bleue à un prix, et pas des moindres : celui de la planète.  

Le jean, le plus gros pollueur de la mode

En moyenne, la fabrication d’un jean nécessite plus de 10 000 litres d’eau et une série de produits chimiques polluants et souvent dangereux pour la santé. Ses eaux usées sont également souvent reversées dans la nature, augmentant un peu plus son empreinte carbone. Des informations qui donnent le tournis, surtout lorsqu’on sait qu’il s’en vend plus de soixante toutes les secondes dans le monde. Au total, ce sont environ 5 milliards de jean qui sont produits chaque année. À l’heure où les questions environnementales prennent de plus en plus de place dans le débat public, où les mentalités changent et où les initiatives en faveurs d’une mode plus responsable fleurissent, il était impossible que l’industrie du denim reste intouchée par ce phénomène de société. 

Depuis quelques années, les marques de prêt-à-porter et spécialistes de la célèbre toile bleue sont de plus en plus nombreux à proposer leur jean éco-responsable. Parmi elles, le géant américain Lee. Considérée comme l’un des pères fondateurs du denim moderne, la marque annonce en 2020 une série de mesures inédites dans l’objectif de faire de son célèbre jean une pièce vestimentaire à la fois haute en style et respectueuse de l’environnement. « Nous avons dévoilé notre nouveau programme en janvier dernier, en pleine Fashion Week de Copenhague, plus précisément au Copenhagen Internationl Fashion Fair (CIFF). Mais cela a vraiment commencé environ dix-huit mois plus tôt, nous explique Roian Atwood, directeur du département sustainable de Lee et du groupe Kontoor. Nous sommes partis de zéro et avons dû revoir tout notre processus de production, de la matière première au produit fini. Baptisée « For A World That Works™ » (ndlr « pour un monde qui fonctionne » en français), ce programme regroupe quatre objectifs à remplir d’ici 2025 : alimenter 100% de nos espaces à l’aide d’énergies renouvelables, utiliser plus de 50% de matières synthétiques durables, sourcer 100% du coton cultivé de manière durable ou recyclé et augmenter un peu plus chaque année le nombre de produits teints de façon responsable ».

89% de produits chimiques et 65% d’énergie en moins

Un pari osé donc, qui nécessite de se réinventer complètement lorsqu’on travaille sur un matériel aussi peu responsable. Lee a ainsi troqué le coton contre du coton bio recyclé et d’autres matériaux naturels alternatifs. La marque a aussi revu son processus de teinture sur certains jeans, élaborant une nouvelle technique sans eau à base de mousse. « Indigood Denim est une technique révolutionnaire, se satisfait Roian Atwood. Elle réduit l’utilisation de produits chimiques de 89% et la consommation d’énergie de 65%, comparé aux techniques de teinture traditionnelles. Et elle ne consomme pas d’eau ! ». Autre nouveauté : « Pour donner l’impression d’un jean usé, dont nos clients sont très friands, sans compromettre nos engagements, nous utilisons des lasers pour créer la forme de bandes décolorées et l’ozone au lieu de l’eau pour délaver le denim ». La marque a par ailleurs adhéré au code de conduite Jeans Redesign de la fondation Ellen MacArthur, qui établit des exigences minimums en matière de durabilité des pièces, de recyclabilité et de traçabilité. 

Si le responsable sustainability n’a pas encore de visibilité sur la date d’un possible denim 100% responsable, la ligne « Back To Nature » est un premier aperçu de ce qui pourrait être l’avenir de la marque. Au programme : des pièces totalement biodégradables réalisées à partir de fils de coton et lin sans rivet. « Ainsi, lorsque le vêtement est trop usé pour continuer à être porté, les boutons peuvent être décousus pour être réutilisés et le reste peut être jeté au compost où il se décomposera complètement et nourrira la terre ». Des vêtements fabriqués pour le bon fonctionnement de la planète et non l’inverse, donc. Une révolution.

Source: Lire L’Article Complet

Lisa Corti : cette marque italienne de mode et lifestyle est la nouvelle addiction des Parisiennes

L’histoire de ce label italien commence il y a plus de 40 ans. C’est en plein cœur de Milan que Lisa Corti, créatrice de la marque éponyme, dessine ses créations qui sont toutes ensuite produites à la main en Inde. Très rapidement, Lisa Corti optera pour ce qui deviendra sa marque de fabrique : la technique ancestrale d’impression manuelle sur tissu baptisée “block print”. Née en Chine il y a plus de 2000 ans, cette méthode se développe en Inde dès le 12ème siècle. Résultat ? La griffe propose une gamme de produits tendances, fidèles aux traditions de fabrication, et au savoir-faire unique. Couleurs vives et imprimés forts deviendront d’ailleurs les deux signatures emblématiques de ses pièces. Un style résolument ancré dans la tradition, qui mélange aussi les inspirations ethniques au raffinement d’une l’Italie rêvée.


Un savoir-faire d’exception

En parallèle à l’exposition “En Couleurs !” du Bon Marché qui ouvrira ses portes le 26 mai 2020, Lisa Corti en profitera pour y présenter ses collections. Le point fort du label ? Ses pièces handmade : toile en coton à motifs, robes longues de caractère aux imprimés fleuris, pantalon palazzo ultra léger ou encore paréos également utilisables comme nappes… “Un mélange parfait entre Occident et influences indiennes et africaines, un univers fascinant à découvrir et à explorer”, explique la marque sur son e-shop. Et si c’était le moment idéal pour investir dans une robe estivale ou un petit objet déco qui ravira toutes les mamans en quête de tendances à porter cet l’été (et après) ?

A lire aussi sur Vogue.fr

La tendance swimwear de 2020 ? Coordonner son maillot de bain à celui de ses enfants

Exit le léopard, voici l’imprimé wild qui va faire le printemps

Cette marque américaine signe les parfaits masques solidaires (et à prix doux)

Source: Lire L’Article Complet

Les 10 traumatismes mode de notre enfance

L’enfance, ce doux temps d’innocence et de grande naïveté où on laissait nos parents nous faire porter tout ce qu’ils voulaient. Fuseau fleuri, jupe culotte de velours ou encore robe à smocks ringarde, les choix stylistiques de nos ainés laissaient souvent à désirer en dépit de la faible conscience mode qui, à l’époque, nous habitait. Les années ont passé, et aujourd’hui, on garde toutes un souvenir ému (ou non) de ces pièces qui étaient dramatiques à porter.

Le fuseau

“J’aimais bien en soi le fuseau, mais dans mon école, ça faisait petite fille modèle du coup, j’étais un peu jugée par mes autres petites camarades. Et puis ça grattait sous le pied, ce n’était vraiment pas pratique.
Katia, journaliste

La jupe-culotte

“Ma mère persistait à me faire porter une sorte de jupe-culotte en velours côtelé marron absolument ignoble. Le pire, c’est qu’elle l’associait toujours à un chemisier à volants complètement old school qui me donnait clairement l’impression d’être déguisée. J’avais 8 ans et je m’en souviens parfaitement.
Emmanuelle, soigneur animalier

Les gants reliés

“Moi, c’était vraiment les gants reliés l’un à l’autre. La ficelle dans le dos me gênait, ce n’était pas pratique et je trouvais ça vraiment moche quand ils pendaient des manches de ma doudoune. Oui à 6 ans, j’avais déjà des goûts très arrêtés.”
Lola, étudiante 

Le bonnet écharpe

“Dans les années 90, il y avait cette sorte de bonnet rond, bordé de fausse fourrure, avec des lanières en écharpe pour l’attacher sous le menton. C’était laid au possible. Et le pire, c’est qu’on l’avait tous. Je crois même qu’il y a une page Facebook dédié à ce truc tant il a fait des ravages.
Gustalice, chef de projet 

Le K-Way

“C’était le truc obligatoire pour chaque sortie de classe. Il fallait forcément l’attacher en banane autour de sa taille et forcément, une fois porté, je n’arrivais jamais à le ranger ensuite dans sa petite poche alors que les autres y parvenaient parfaitement. Ça me stressait beaucoup ! Et l’attache était super dure à retirer. Bref, un enfer.”
Astrid, responsable marketing 

Les cols Claudine

“J’ai plus particulièrement en tête un polo orange en coton avec un col Claudine que je n’aimais pas du tout. À l’époque, je trouvais les vêtements de fille vraiment niais et ringards, et je voulais déjà m’habiller comme les grands. Ma mère me jurait que “c’était la mode” mais je n’en ai jamais cru un mot.
Marie, agent immobilier 

La cagoule

“De toute évidence, la cagoule était le truc que je détestais le plus. Je trouve que ça fait une tête de Télétubbies, c’est atroce.
Anne-Charlotte, journaliste

Le pantalon de velours

“Tous les hivers, ma mère me faisait porter des pantalons de velours qui ne m’allaient pas du tout. J’étais plutôt maigrichonne du coup ça baillait dans tous les sens, ce n’était vraiment pas terrible.
Laura, community manager 

Les collants en laine

“Okay ça nous tenait chaud mais ça pendouillait quand même beaucoup. J’avais certes 6 ans mais je voyais bien que ce n’était pas tout à fait normal que l’entrejambe du collant dépasse de ma jupe.”
Carole, comptable 

Les survêtements en nylon

“Rien de pire que ce jogging en nylon bleu marine avec les boutons pression sur le côté. Déjà à l’époque je trouvais que ça faisait plouc et avouons-le, je n’avais pas complètement tort.”
Sara, rédactrice web

Source: Lire L’Article Complet

Tuto couture facile pour faire un masque 3 plis AFNOR en tissu lavable contre le Covid-19

Fabriquer un masque grand public de protection contre le coronavirus ? Rien de plus simple ! Tuto couture, patron AFNOR, explications en images… Suivez notre dossier pour réaliser facilement un masque 3 plis lavable.

Le déconfinement a définitivement généralisé son utilisation, à chacun, à présent, de s’équiper en conséquence. Dans ce contexte, fabriquer son masque de protection contre le coronavirus tombe sous le sens pour répondre aux directives gouvernementales. Si vous souhaitez coudre votre masque trois plis grand public à la maison, il vous suffit de suivre le patron AFNOR homologué, de vous munir d’une machine à coudre (ou à défaut, une aiguille et du fil), ainsi que la fameuse de toile de coton et les élastiques et de suivre notre tuto facile pour coudre en deux temps, trois mouvements, des masques lavables pour traverser la crise sanitaire en toute tranquillité. 

Comment coudre un masque de protection à la machine (ou sans) ?

Si vous êtes équipés, vous pouvez également coudre un masque de protection. Découvrez toutes les étapes réalisées avec la couturière et modéliste Clotilde J. D. Faure. 

Matériel nécessaire pour le masque de protection

  • Du tissus type coton tissé assez serré et en bon état (plus de détails sur le document de l’AFNOR)
  • De l’élastique (si vous n’avez pas d’élastiques les remplacer pas des rubans ou des biais plus longs)
  • Une règle
  • Un fer à repasser
  • Une machine à coudre

1. Préparez les éléments

Pour un patron en papier d’un format 20×20 cm (les mesures comprennent déjà les valeurs de couture)

  • Repassez votre tissu (lavé au préalable).
  • Découpez le carré de coton 20×20 cm 3 fois avec votre patron.
  • Découpez deux élastiques d’une longueur comprise entre 25 et 30 cm.

2. Disposez vos trois morceaux de tissus les uns sur les autres et épinglez le tout

3. Piquez

  • Le bas du tissu de part et d’autre.
  • Le haut du tissu, en faisant attention de laisser un espace non cousu (de préférence au centre) pour retourner le travail plus tard. 
  • Attention à bien faire des points d’arrêt à chaque couture.

4. Insérez les élastiques

Entre la première et la deuxième couche de tissu, en les positionnant bien contre la couture.

5. Épinglez les élastiques

Un peu loin du bord et perpendiculairement, pour ne pas gêner le pied lorsque vous piquerez à la machine.

6. Piquez

À 1 cm le bord du tissu, en prenant bien soin de faire de bons points d’arrêt au niveau des élastiques.

7. Retournez le travail

Par l’espace non cousu, puis repassez bien. 

8. Piquez à nouveau

Contre le bord du tissu, pour refermer l’ouverture qui a servi à retourner le travail.

9. Pliez le travail en deux

Marquez-le au fer, pour avoir un repère visuel du centre du masque. Si vous disposez d’un stylo frixion, vous pouvez marquer le centre pour vous aider.

10. Pliez en accordéon

Préformez au fer à repasser un système de “plis accordéons” qui viennent se positionner le long du centre du masque (ligne marquée au fer, ou au stylo). N’ayez pas peur de le rater, ce n’est pas une question de millimètres.

11. Piquez le tissu

Pour maintenir les plis en place.

12. Coupez les fils

Le masque est prêt ! Rappel : ne jamais le toucher que ce soit l’intérieur ou l’extérieur une fois positionné. Il doit être manipulé par ses élastiques uniquement. Il doit impérativement couvrir la bouche et le nez.

© Clotilde J. D. Faure

Comment fabriquer un masque de protection sans machine à coudre ?

Parmi les tutos de confection de masque en confinement, celui qui se présente comme le plus accessible à tous est le masque de protection sans machine à coudre. Parce que tout le monde n’est pas équipé pour réaliser un masque à coutures, le professeur Garin, ancien Médecin du Service de Santé des Armées et expert en risque biologique et infectieux, a livré en vidéo des explications très simples pour réaliser un masque de protection anti-virus en papier facilement. 

https://youtube.com/watch?v=7Lg0jnJ3hEo%3Fstart%3D125

Comment faire un masque bandana ?

Pour faire un masque sans machine à coudre, une autre option est de réaliser un masque en tissu grâce à un pliage et une paire d’élastiques. Si le masque peut se faire avec n’importe quel foulard, il est important de savoir qu’il ne sera utile que quelques heures et doit être lavé à haute température après chaque usage. La technique du masque bandana est devenue virale sur les réseaux sociaux grâce à sa simplicité d’exécution.

Une publication partagée par Valentina (@bilintinamakeup) le

Comment faire un masque en crochet ?

Si vos doigts son agiles et vos compétences en couture assez poussées, vous pouvez faire un masque en crochet. Pour une protection optimale, le coton est recommandé par l’AFNOR, mais l’inclusion à l’arrière de panneaux de tissu permettra d’ajouter les couches nécessaires à son efficacité. Pour ce faire, vous pouvez coudre une poche de coton à l’arrière ce qui permettra de renforcer le masque tout en garantissant qu’il soit respirable. Gardez en tête ces couches doivent couvrir bouche et nez. 

Tissus coton

Tissus coton 50 x 50cm

  • Tissu coton
  • Taille : 50x50cm
  • 5 pièces

Avec ces morceaux de tissu en coton, vous pouvez réaliser des masques de protection pour le visage. Leur matière correspond à celle recommandée par l’AFNOR, il vous suffira de les couper et de superposer 3 couches selon notre tutoriel pour la confection d’un masque efficace. De plus, les différents motifs proposés ajouteront une touche chatoyante. Variez les plaisirs !

Élastique standard

Toporchid Corde extensible ruban plat blanc ruban élastique Elastic Band pour vêtements Bracelet Bijoux, 40M * 5MM, Blanc

  • Matériel: Polyester, extensibilité et élasticité élevée
  • Cordon est léger, solide, résistant à l’usure et durable

L’élastique est absolument nécessaire à l’accrochage d’un masque de protection aux oreilles ! Que ce soit pour confectionner un masque en tissu ou en papier à la maison, cet élastique de taille standard fonctionne très bien et la longueur de sa bobine permet d’en réaliser un certain nombre. 

Fil de polyester

Fil de polyester Gutermann

  • 100% polyester
  • Peut être lavé en machine à chaud et passe au sèche-linge à chaud

Pour coudre à la machine et à la main avec tous types de tissus y compris le coton, cette bobines de 500 m, est indispensable. Ce fil de couleur neutre résiste aux lavages à haute température et permettra de faire durer votre masque de protection visage dans le temps. 

Ruban de mesure

Ruban de mesure

  • Longueur 150 cm
  • Largeur : 2 cm
  • Extrémités en métal

Indispensable pour mesurer précisément votre tissu mais aussi vos élastiques et ainsi ajuster à la taille de votre visage votre masque de protection contre le coronavirus, le ruban de mesure est un élément clé d’une boîte de couture. Un bon investissement sur le long terme si vous n’en possédez pas un. 

Machine à coudre électronique

Mini Machine à Coudre électrique Nynelly

  • Légère, compact et portable
  • Mini tiroir caché pour ranger facilement des accessoires
  • 12 types de points
  • Espacement ajustable des aiguilles 
  • Parfaite pour les débutants
  • Pédale incluse

Si vous ne possédez pas de machine à coudre, c’est peut être le moment de vous équiper ! Ce modèle portatif multifonction est dotée de nombreuses fonctions et sa prise en main facile la rend accessible même aux débutants. Faire des masques visage sera un jeu d’enfant avec cet outil.   

Enfile-aiguille

Enfile-aiguille Hinter

  • Taille : 68 x 20 mm.
  • Matériau : plastique ABS, métal.

Lassé de passer de longues minutes à essayer d’enfiler le fil dans le chat de l’aiguille ? L’enfile-aiguille Hinter est l’outil essentiel à tout couturier qui ne souhaite plus perdre de temps ni fatiguer ses yeux à cette étape aussi simple que primordiale. Un outil très utile !

Source: Lire L’Article Complet

6 paires de solaires en 6 films cultes

Envie d’acheter une nouvelle paire de solaire mais pas certaine de savoir quelle forme adopter ? Et pourquoi ne pas s’inspirer du cinéma ? On a répertorié 6 films où les lunettes de soleil sont l’accessoire de choix pour ponctuer un look affirmé.

Annie Hall

Comment oublier Diane Keaton, actrice magnétique, dans son rôle d’Annie Hall, film culte de Woodie Allen sorti en 1977. Dans chaque tableau où elle apparaît, le style de cette femme new-yorkaise indépendante qui vient de quitter son mari anxiogène saute au visage. De son look garçonne en costume, on retient ses lunettes rondes de couleur claire, sommes toutes basiques, mais qui ponctuent parfaitement son style preppy.

Cherche Susan désespérément

La carrière d’actrice de Madonna n’est certes pas longue, mais chacun d’entre eux est devenu iconique. Ici, Cherche Susanne désespérément, film sorti en 85 dans lequel Rosanna Arquette, bourgeoise qui s’ennuie ferme, part à la recherche de l’insaisissable Susan, interprétée par Madonna, après avoir lu une petite annonce dans le journal. On ne spoile pas le film sauf pour parler de cette paire de lunette rectangulaire et extra-large que porte la Madonne dans le film.

 

Coup de foudre à Notting Hill

Que se passe-t-il lorsqu’une actrice célèbre tombe amoureuse d’un libraire? C’est le pitch de Coup de foudre à Notting Hill avec Julia Roberts et Hugh Grant au casting. Dans cette comédie romantique sortie en 1999, Anna Scott interprétée par Julia Roberts porte une paire de solaire œil-de-chat classique. La bonne nouvelle c’est que ces lunettes de soleil se portent tout au long de l’année. Classique on vous dit.

  • 20 lunettes de soleil soldées pour cet été
  • Allez-vous adopter les lunettes de soleil Matrix ?

The Doom Generation

Rose McGowan est badass pour de nombreuses raisons et son rôle dans The Doom Generation de Steve Araki n’est que l’un parmi tant d’autres. Sorti en 1995, le road-trip psychédélique suit le triangle amoureux et meurtrier d’Amy Blue et ses deux comparses. On retient, entre autres, les solaires noires couvrantes et un brin futuriste que porte McGowan.

Recherche maman désespérément

Si les titres sont similaires, ce film est loin d’être une suite du film où joue Madonna. On retrouve plutôt les jumelles Ashley et Mary-Kate Olsen, aujourd’hui créatrices de renom pour The Row, jouant deux pré-adolescentes qui cherche une femme pour leur père. Le film n’a pas très bien vieilli, mais il était trop tentant de glisser en proposition ces petites solaires aux verres de couleurs qu’elles portent dans le film. Une signature classique des années 90 qu’on retrouve aujourd’hui sur beaucoup de célébrités et influenceuses comme Kendall Jenner ou encore Gigi Hadid.

 

Léon

Dans Léon, Natalie Portman joue Mathilda, une adolescente qui décide de coller aux basques de Léon, interprété par Jean Reno, tueur à gages auprès de qui elle veut apprendre à tuer pour venger sa famille assassinée. Bomber sur le dos, tour de cou et coupe carrée, Mathilda arbore avec assurance une paire de solaires rondes oversized. Parfaites pour couvrir ses envies de meurtres au bureau ou sa gueule de bois.

 

Source: Lire L’Article Complet

Laetitia Casta plus sexy que jamais : elle dévoile sa poitrine dans une robe en résille transparente (on voit tout)

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Belle à tomber, l’ex mannequin s’affiche topless sous une robe ultra sexy en couverture d’un magazine de mode. Sublime, forcément sublime.

Question glamour et beauté, Laetitia Casta n’a plus rien à prouver personne. Souvenez du mini buzz créé il y a quelques jours à peine de sa photo dans un body rouge transparent ! Et pourtant, l’ex mannequin devenue comédienne multifacettes a encore créé une mini émeute sur les réseaux sociaux en dévoilant son corps presque nu en couverture de Numéro, un magazine de mode ultra pointu. Malgré ses succès au cinéma, à la télé et au théâtre, la belle continue de faire trembler le milieu de la mode à chacune de ses apparitions. Après avoir joué les guest-stars en début d’année pour le défilé de Jacquemus en foulant le podium habillée d’une jupe et d’une mini brassière, après avoir aussi fait la couverture du Elle grimée en Catwoman dans une robe en cuir moulante zippée de haut en bas, elle revient ce mois-ci sur le devant de la scène en partageant avec une autre mannequin star (Edita Vilkeviciute) la couverture d’un énième magazine.

Laetitia Casta topless sous une robe en maille ajourée ultra sexy

A 42 ans, Laetitia Casta continue de mettre le monde de la mode à ses pieds… et ses fans en émoi en s’affichant ce mois-ci en couverture du magazine de mode et d’art, Numéro, qui a décidé de traiter la question du corps dans son édition actuellement en kiosque. Topless sous une incroyable mini robe en maille ajourée toute blanche signée du créateur Olivier Theyskens, la top model s’offre au regard du photographe Emmanuel Giraud et dévoile sa taille de guêpe et sa chute de reins, tout juste protégée de la nudité par une culotte forme tanga. Résultat ? A couper le souffle. Regardez !

>>> Voir la photo sexy de Laetitia Casta topless sous une robe en résille transparente >>>

A lire aussi :

⋙ Photo – Laetitia Casta ultra-sexy : elle pose en mini short léopard et veste sans rien en dessous (wow !)

⋙ Vidéo – Laetitia Casta entièrement nue : elle dévoile un extrait de la série dans laquelle elle joue, sur son compte Instagram

⋙ Laetitia Casta : oulala le décolleté ! A couper le souffle dans une robe ultra-échancrée

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail, pendant 2 mois.
En savoir plus

  • Des menus simples et délicieux
  • Des exercices sportifs ludiques
  • Nos astuces pour vous affiner

Source: Lire L’Article Complet

Le coup de jeune d'une veste iconique, du lin à foison, une leçon de danse… L'Impératif Madame

Se déconfiner en couleurs avec les nouvelles Converse imaginées par Comme des Garçons, suivre des cours de danse classique avec Dior, continuer de soutenir le personnel de santé avec le t-shirt Gérard Darel signé Alber Elbaz… Voici ce que la rédaction veut impérativement partager cette semaine.

En cette première semaine de déconfinement, la vie reprend progressivement son cours. C’est l’occasion de découvrir la nouvelle exposition haute en couleur du Bon Marché. Pour s’y rendre, pourquoi ne pas enfiler une pièce de la nouvelle collection en lin d’Uniqlo et chausser une paire de Converse signée Comme des Garçons. S’il pleut, il y aussi l’option Barbour qui sort une mini-collection avec Supreme. Et si l’envie de rester chez soi prend le dessus, Dior propose gratuitement une série de cours de danse classique, tandis que Sézane ravive les envies de décoration avec sa nouvelle collection «Art de vivre». La marque Ba&sh nous oriente vers une réflexion sur l’avenir : et si le vestiaire de demain se jouait dans la location de vêtements ? On peut y méditer en prenant soin de ses cheveux avec la nouvelle gamme capillaire du parfumeur Forvil ou en soutenant les hôpitaux avec le nouveau t-shirt Gérard Darel imaginé par le créateur Alber Elbaz.

Dior nous fait danser

La danse a toujours occupé une place importante dans l’histoire de la maison Dior. Pour célébrer cette discipline chère au couturier fondateur, comme à Maria Grazia Chiuri, la maison française propose plusieurs cours en lignes animés par des danseurs étoiles. Disponibles sur Youtube, ces leçons individuelles offre une initiation aux bases de la danse classique grâce aux conseils prodigués par Germain Louvet et Eleonora Abbagnato, danseurs étoile de l’Opéra de Paris, et par les danseurs et chorégraphes Sébastien Bertaud et Friedemann Vogel. A.C.

Les trois sessions sont à retrouver sur la chaîne Youtube de la maison Dior.

Forvil, de la parfumerie aux soins capillaires

Fondée en 1861, la maison Forvil est spécialisée dans la parfumerie et les cosmétiques. Référence de la beauté depuis les Années folles, la marque se lance désormais dans les soins capillaires. Cette nouvelle gamme se compose de deux shampoings et d’un après-shampoing aux ingrédients à 99 % d’origine naturelle. Des produits aux senteurs florales et boisées qui sont les fragrances caractéristiques de Maison Forvil. A.C.

Les produits Forvil seront disponible cet automne en pharmacies, parfumeries et e-shops spécialisés.

Uniqlo, (presque) tout en lin

Cette fois, Uniqlo va plus loin qu’une simple collection capsule estivale dédiée au lin. Portée par son engagement aux côtés de la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC), la marque japonaise a décidé d’en faire son textile de prédilection pour la collection printemps-été 2020. Elle reprend ainsi ses basiques adaptés à l’été : chemises, parka, pantalon, shorts… Avec une volonté de proposer une mode plus durable. «Ce textile coche toutes les bonnes cases», affirme Marie-Emmanuelle Belzung, secrétaire générale de la CELC. Pour la griffe nippone, ce choix est en effet l’occasion de gagner des points sur l’échiquier de l’écoresponsabilité. Le lin apparaît comme une fibre végétale beaucoup plus écologique que le coton. Il demande cinq fois moins de pesticides et d’engrais. Étant principalement cultivé sur une bande côtière tempérée et arrosée (allant de Caen à Amsterdam en passant par le Calvados), il ne nécessite pas non plus d’irrigation. S.P.

La nouvelle collection Uniqlo Lin est disponible sur uniqlo.com et dans les points de vente de la marque.

Barbour s’encanaille avec Supreme

Le modèle à imprimé léopard de la collection Supreme x Barbour.

Quand une marque centenaire rencontre le monde du skate, le coup de jeune est immédiat. Il s’agit ici de la veste en toile cirée portée par la reine d’Angleterre, mais aussi par Kate Moss, Alexa Chung ou encore Lily Allen. C’est aussi la veste qui a vu ses ventes s’envoler après avoir été repérée sur le dos de la princesse Diana dans les années 1980. L’appétence du consommateur pour le vintage pousse la marque britannique à rééditer sa pièce emblématique aux couleurs de Supreme, la marque new-yorkaise que les fondus de sweats à capuches-doudoune-casquette s’arrachent. Résultat ? Une veste fabriquée à partir d’une toile en coton cirée déclinée en imprimé léopard, en orange acide rappelant le vêtement utilitaire et en noir, pas si classique. S.P.

La collection est disponible depuis le 7 mai sur supremenewyork.com.

Converse rempile avec Comme des Garçons

La dernière saison de Converse x Comme des Garçons a été shootée «à la maison» par Anne-Claire Bousquet et Romain Eugène.

La nouvelle saison des baskets Converse en collaboration avec Comme des Garçons se met à l’heure d’été. Pour l’occasion, les deux marques ont dévoilé trois modèles aux couleurs pastels et pétillantes (bleu craie, rose bonbon, vert pomme). Fidèle à l’esprit de Comme des Garçons fondé par Rei Kawakubo en 1973, son logo en forme de cœur vient s’apposer sur le côté de chaque modèle. Une collection en édition limitée qui devrait rapidement devenir un essentiel de l’été. A.C.

La collection est à retrouver dans la boutique parisienne de Comme des Garçons au 54 rue du Faubourg Saint-Honoré et sur doverstreetmarket.com.

Ba&sh se met à la location

Louera-t-on un vêtement comme on loue une voiture ? La marque Ba&sh y croit et avance le vestiaire sous bail comme solution idéale pour limiter notre impact environnemental. Elle est la première de son secteur à se lancer sur le marché en proposant un service de location en partenariat avec Les Cachotières (spécialisé dans les pièces de créateurs). Trois formules sont présentées : la location d’une ou plusieurs pièce(s) pour 4, 8 ou 12 jours, au prix de 55 à 75 euros par modèle pour 4 jours, la location d’une silhouette entière pour 4, 8 ou 12 jours autour de 120 euros en moyenne pour 4 jours et l’essayage d’une ou plusieurs pièce(s) avant une location à partir de 35 euros par modèle. S.P.

Le service de location est à retrouver dès maintenant sur lescachotieres.com.

Sézane rhabille nos intérieurs

Du papier peint aux oreillers, Sézane rhabille l’intérieur de la maison.

Après l’activewear et la beauté avec Sephora, Sézane saute le pas en dévoilant une collection dédiée à la maison. Il est désormais possible de reproduire chez soi le style des boutiques-appartements de la marque parisienne avec la collection art de vivre intitulée «Fleur de Mai». Coussins en velours, boîtes à bijoux, carnets d’écriture et même rouleaux de papier peint, tout est mis à disposition pour faire naître l’esprit Sézane chez soi. Certains produits sont déjà en rupture de stock mais cette nouvelle collection consacrée à la décoration doit s’étoffer dans les mois à venir. A.C.

La collection «Fleur de Mai» est disponible depuis le 10 mai sur sezane.com.

Gérard Darel se mobilise avec Alber Elbaz

Tous les bénéfices des ventes de ce t-shirt iront à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Afin de soutenir le personnel hospitalier qui poursuit son combat contre le coronavirus, la marque Gérard Darel s’est lancée dans un nouveau projet. Elle a donné carte blanche à Alber Elbaz, directeur artistique de la maison Lanvin de 2000 à 2015, pour créer un t-shirt engagé. Le créateur y a dessiné des visages d’infirmières qu’il a entouré d’un «Merci» et «With all my love» («Avec tout mon amour»). L’intégralité des bénéfices de cette pièce exclusive – vendue 45 € – sera reversée à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. A.C.

Le t-shirt «WITH ALL MY LOVE» est disponible sur gerarddarel.com.

Le Bon Marché a de la bonne humeur à revendre !

Pour sa première exposition post-confinement, Le Bon Marché s’est habillé aux couleurs de l’été.

Pour célébrer sa réouverture, le grand magasin inaugure ce samedi 16 mai sa nouvelle exposition «En Couleurs !». Les marques partenaires du Bon Marché et de La Grande Épicerie de Paris accueillent des créations aux teintes vibrantes pour redonner le sourire à leurs clients après deux mois de confinement. De la mode à la beauté en passant par la maison et par l’enfant, tous les espaces se sont mobilisés pour faire rimer couleurs et bonne humeur. A.C.

À retrouver à partir du 16 mai au Bon Marché et à La Grande Épicerie de Paris.

Source: Lire L’Article Complet

Laëtitia Milot : retour sur son évolution mode depuis ses débuts

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Révélée dans le feuilleton Plus Belle la Vie, au début des années 2000, la comédienne ne cesse de séduire ses fans avec son sourire pétillant et son charme naturel. Adepte des robes courtes et des décolletés, la belle brune montre qu’elle maîtrise parfaitement l’art des looks sexy.

Pour un grand nombre de ses fans, elle restera Mélanie Rinato la serveuse rayonnante et sexy du bar le Mistral dans la série Plus Belle la Vie. Au début des années 2000, à seulement 23 ans, Laëtitia Milot captive les téléspectateurs avec ses yeux verts, sa longue chevelure brune et son sourire communicatif. En plus d’être un véritable rayon de soleil sur le petit écran, la comédienne sait surtout jouer de ses charmes. Et pour cause, avant de faire ses premiers pas dans le feuilleton marseillais, la belle a joué les séductrices dans l’émission de téléréalité Opération Séduction diffusée sur M6.
Dès lors, Laëtitia Milot assume son côté sexy et n’hésite pas à le démontrer au fil de ses tenues. Petite robe vaporeuse, tops transparents ou au décolleté plongeant et minijupes, la comédienne multiplie les pièces sexy pour envoûter ses fans. En presque vingt ans de carrière, sa silhouette et sa coupe de cheveux n’ont quasiment pas changé d’un iota. Même sa garde-robe continue de mixer les tenues décontractés et glamour. Retour sur les looks les plus marquants de Laëtitia Milot.

Laëtitia Milot : un défilé de tenues sexy

Festival de télévision de Monte-Carlo, juin 2005. Laëtitia Milot éclipse ses amies et partenaires du feuilleton Plus Belle la Vie. Moulée dans une longue robe noire, au ravissant décolleté en forme de goutte, l’incendiaire brune capte tous les flashs des photographes présents à cet événement. Dès lors, la comédienne s’impose en véritable femme fatale sur le tapis rouge.
Cette tenue glamour n’était que le présage d’une longue suite d’ensembles plus sexy et décolletés les uns que les autres. On lui dit festival ou soirée mondaine ? Elle arrive habillée dans des robes courtes et échancrées qui ne cachent rien de ses courbes de rêve. De la longue robe noir au bustier serti de strass à la mini combi-short fluide, la maman de la petite Lyana trouve les tenues parfaites pour dévoiler son jeu de jambes et sa poitrine bombée.
Malgré quelques écarts où on la voit s’aventurer en robe asymétrique rose fuchsia sur le tapis rouge des NRJ Music Awards 2014, Laëtitia Milot n’en reste pas moins séduisante et surtout très sexy. Et son compte Instagram ne saurait dire le contraire. Que ce soit sur les plateaux de tournage ou bien pour des shootings mode, la jeune femme de 39 ose tout. Mini-short en jean porté avec un chemisier transparent, robe légère en organza rose poudré et même tenue de danseuse au décolleté plongeant, Laëtitia confirme son statut de sexy woman.

Laëtitia Milot : un dressing à son image

Quelles autres tenues peut bien cacher Laëtitia Milot dans sa garde-robe ? En ouvrant les portes de son incroyable dressing, chacune des pièces reflète la personnalité de la pétillante actrice. Si elle aime jouer les femmes fatales devant les caméras, l’ancienne participante de la saison 4 de Danse avec les Stars maîtrise à la perfection le style décontracté. Quand l’héroïne de la nouvelle série Réunions n’enfile pas sa petite robe à l’imprimé fleuri, elle affiche des looks plus à la cool en jean et petits pulls à col v. Des ensembles simples et efficaces qui font leur petit effet en deux temps trois mouvements.
Et en fouillant un peu plus parmi ses vêtements, son dressing annonce rapidement la couleur sur sa personnalité. Rouge flashy, bleu électrique, jaune solaire et rose pop, Laëtitia Milot adopte les couleurs à l’image de son caractère rayonnant et joyeux. Stylée, sexy et engagée, comment ne pas l’adorer ?

À lire aussi :

⋙ Jenifer : son évolution mode depuis ses débuts

⋙ Looks de star : Angèle, la nouvelle révélation mode en 15 looks

⋙ Photos – Karine Ferri : de Bachelorette à femme fatale, son incroyable évolution mode en images

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail, pendant 2 mois.
En savoir plus

  • Des menus simples et délicieux
  • Des exercices sportifs ludiques
  • Nos astuces pour vous affiner

Source: Lire L’Article Complet