Michael Jackson: son autopsie révèle des tatouages étranges

L’autopsie du chanteur a dévoilé d’autres indices concernant son état avant sa mort en juin 2009.

Des révélations 10 ans après. Selon un article publié par le journal américain, The Guardian, l’autopsie de Michael Jackson n'avait pas encore tout dévoilé. Si tout le monde se souvient du jour où le roi de la pop est décédé, les causes de sa mort sont longtemps restées un grand mystère.

Jusqu’à maintenant, les éléments prouvaient qu’une mauvaise médication a été prescrite par son médecin de l’époque. Et cette fois-ci, le rapport a montré que Michael Jackson avait recours à une autre forme médecine esthétique. En effet, ses lèvres, ses sourcils et la racine de ses cheveux étaient en réalité tatoués.

Michael Jackson souffrait d’anorexie

La plupart de ces curieux tatouages ont été fait après un terrible accident. En 1984, Michael Jackson a été gravement brûlé alors qu’il tournait une publicité pour la marque Pepsi. Autres détails découverts avec cette analyse, le chanteur ne s’alimentait plus depuis plusieurs jours. Les pilules, qui lui ont été données, étaient les seules traces de nourriture de ses derniers jours.

De plus, ses épaules, ses hanches et sa taille étaient très amaigries. Cette autopsie prouve que Michael Jackson souffrait de troubles alimentaires. Un aspect de sa vie qu’il avait caché à ses proches.

Source: Lire L’Article Complet

Keen’V, sa tournée annulée faute de spectateurs : "Je vais m’aérer la tête"

Bien que globalement peu soutenu par les grands médias, le chanteur Keen’V semblait avoir réussi à se faire une place dans l’industrie musicale, lui qui est dans le milieu depuis 2008. Malheureusement, la machine s’est grippée… Il a annoncé l’annulation du reste de sa tournée après la désertion des fans.

Dur dur de rester au top dans le show business… Nombreuses sont les stars à l’avoir vécu de plein fouet et le dernier en date n’est autre que le chanteur Keen’V. L’artiste de 37 ans, qui s’est fait connaître du grand public avec le tube J’aimerais trop, vient de faire une triste annonce : le reste de sa tournée est annulée. Les salles ne se remplissent pas comme il l’aurait voulu.

C’est sur son compte Instagram, lundi 24 février 2020, que Keen’V a révélé ses déboires à ses 266 000 abonnés, en postant une vidéo confidence. “Bonjour les amis, je vous devais d’être honnête avec vous… le #ThérapieTour et le #Remembertour [un concept bonus qui durait quatre jours pendant lesquels il interprétait quatre albums différents, NDLR] ne vous ont pas séduits, on ne pourra malheureusement pas les assurer et j’en suis désolé. Nous avions déjà fait une première partie de cette tournée, celle-ci était peut-être de trop. Vous pouvez vous faire rembourser vos places là où vous les avez prises. J’imagine votre déception, dites-vous que la mienne est incommensurable, car c’est sur scène avec vous que je suis le plus heureux“, a-t-il écrit en légende de sa publication.

Et l’interprète des chansons Petite Émilie ou Ma vie au soleil d’ajouter : “Je vais me retirer quelque temps pour réfléchir et m’aérer la tête. #pouryarriver il faut y croire alors je reviendrai plus fort de cet échec, plus motivé, avec un projet qui vous plaira plus. Pardon de ne pas avoir été à la hauteur de vos espérances, pardon d’avoir voulu vous proposer quelque chose d’autre qui ne vous a pas séduits et, surtout, pardon de ne avoir pu assurer ce spectacle qui me tenait tant à coeur. Je vous aime.

Keen’V, dont le dernier album intitulé Thérapie est sorti dans les bacs en 2019 – l’occasion d’une promo au cours de laquelle il avait plusieurs fois évoqué ses problèmes de fertilité – va pouvoir prendre du temps pour lui et profiter un peu de son couple, lui qui avait surpris tout le monde en révélant être marié avec une femme depuis plus de dix ans.


Source: Lire L’Article Complet

Beyonce rend hommage à Kobe Bryant pour sa soirée d’adieu

Le 24 février était une date importante pour toute la famille Bryant et également pour leurs proches. Tous se sont réunis pour rendre hommage à Kobe et Gianna Bryant au Staples Center, à Los Angeles.

Un lieu symbolique. Le 24 février s’est tenue une soirée assez particulière pour les supporters des Lakers. Tous étaient invités à rendre hommage au défunt joueur de basketbell, Kobe Bryant. Lui et sa petite fille, Gianna, sont décédés dans un crash d’hélicoptère en janvier dernier. Cette cérémonie s’est déroulée au Staples Center, dans la maison des Lakers.

Au milieu de toutes ces personnes, Vanessa Bryant a publiquement pris la parole pour la première fois depuis l’accident. De longues minutes, où elle a pu exprimer ce qu’elle ressentait et où elle a pu dignement leur dire au revoir. «Dieu savait qu’ils ne pouvaient pas rester sur Terre l’un sans l’autre, alors il a dû les rappeler ensemble».

Beyoncé interprète les chansons préférées de Kobe Bryant

Après ce discours très émouvant de Vanessa Bryant, d’autres personnalités ont pris la parole. Parmi elles, Beyoncé. Entourée d’un grand orchestre, la chanteuse a tenu à interpréter les deux chansons préférées de l’ancien sportif, «XO» et «Halo». «Je veux que l’on chante tous ensemble si fort qu’il puisse entendre notre amour».

Elle termine sa prestation les larmes aux yeux regardant vers le ciel. Acclamée par la foule de supporters, Beyoncé a tout donné pour cet hommage. Sur la Toile, les internautes sont également touchés par cette prestation.

Source: Lire L’Article Complet

"Un, Deux, Trois" : Juniore fait toujours rayonner la France

Les années 1960, les yéyés qui rencontrent les B-52’s, Françoise Hardy à l’affiche d’un film de Tarantino avec ce qu’il faut de second degré… Juniore, depuis ses débuts, compile bien des références (enthousiasmantes).

Il y a trois ans, le groupe a pris tout le monde par surprise, succès critique affirmé… La voix et les textes de Juniore sont toujours l’œuvre d’Anna Jean. A ses côtés, la batteuse Swanny Elzingre et le producteur, musicien, alchimiste Samy Osta. De La Femme à Feu ! Chatterton, on lui doit le son des groupes français les plus excitants de la dernière décennie. Et sur ce deuxième disque, il voit une vraie différence: “Les chansons d’Anna étaient arrivées à un tel niveau que j’ai dû vraiment réfléchir pour mettre en valeur la complexité de son écriture“. Elle confirme du bout des lèvres : “Je me suis davantage autorisée, et c’est comme un muscle, plus on le sollicite et plus il est réactif“.

Dans ce projet il y a quelque chose de merveilleux, c’est qu’on se dit que c’est toujours la dernière foisAnna Jean, Juniore

Anna est bien la fille de J. M. G. Le Clézio, l’écrivain nobellisé, et cela s’entend par l’intelligence de son écriture. Pourtant, c’est en Angleterre que ce groupe très français s’est rapidement imposé. “En Angleterre, la culture des années 1960 est encore très présente“, explique Anna Jean, tandis que Samy Osta, lui, affirme que le groupe a redécouvert le plaisir de la scène là-bas. La France telle que les Anglais la fantasment ; Juniore, perle française au succès bien mérité.

Juniore, la France qui marque–‘—-‘–

Juniore, Un, Deux, Trois (A+LSO/Sony). Album disponible le 28 février. En tournée en France, le 10 mars à Marseille dans le cadre du festival Avec le Temps, le 7 avril à Paris, le 10 à Lyon…

Source: Lire L’Article Complet

Les Jonas Brothers annoncent revenir avec un autre album

Les trois frères ont terminé leur tournée mondiale par leur dernière date à Paris. Sur scène et sur leurs réseaux sociaux, ils promettent de revenir rapidement avec de nouvelles surprises…

Une page s’est tournée. Samedi 22 février, Joe, Kevin et Nick ont officiellement terminé leur tournée mondiale, «Happiness Begins Tour», à l’AccorHotels Arena, à Paris. Depuis plus de 6 mois, ils ont parcouru le monde entier à la rencontre de leur public. Pour cette dernière date, leurs proches étaient présents. Joe était entouré de sa femme, Sophie Turner – qui pourrait être enceinte -, qui est restée discrète dans le fond de la salle. Le tout aux côtés de Lewis Hamilton.

Face à plus de 20 000 personnes et trinquant à leur santé, les Jonas Brothers faire un premier chapitre depuis leur retour. Et ce n’est pas tout, ils annoncent également que de grands projets sont à venir. Un peu avant le début du concert, Nick Jonas avait partagé dans sa story Instagram, une photo qui a réjoui tous les fans.

Les Jonas Brothers ont déjà révélé un nouveau single

Nick Jonas met ses sentiments à plat : «Dernier arrête pour la tournée Happiness Begins. Mon cœur est rempli de gratitude envers les 1 millions de personnes qui sont venues nous voir pendant ces 6 mois en Amérique du Nord et en Europe. J’ai vraiment hâte de commencer ce nouveau chapitre de cette incroyable aventure. Premier arrêt, The Voice ! Et puis notre résidence à Vegas. Et ensuite notre nouvel album ! C’est parti !»

Les Jonas Brothers avaient déjà donné un petit avant-goût lors de la dernière cérémonie des Grammy Awards. Sur scène, ils avaient interprété leur nouveau single «5 More Minutes». Autre indice avec le clip de «What A Man Gonna Do». Si on en croit le planning donné par le benjamin de la bande, le nouvel album arriverait après leur résidence à Las Vegas, soit après le 18 avril prochain.

Source: Lire L’Article Complet

Bill Wyman va vendre ses souvenirs des Rolling Stones aux enchères

Bill Wyman, qui a été le bassiste du groupe mythique de rock de 1962 à 1993, proposera aux enchères sa vaste collection d’archives personnelles en mai prochain.

Cette vente historique comprendra plus de 1.000 lots issus des archives personnelles du musicien britannique aujourd’hui âgé de 83 ans, dont des instruments, des costumes de scène et des souvenirs en tous genres des Rolling Stones.

“Collectionner et archiver a été l’un des plus grands plaisirs de ma vie et ce sera sans aucun doute l’une de mes contributions. Le temps est venu de partager mes archives avec le monde. J’espère que le public appréciera autant mes collections que moi”, a noté Bill Wyman dans un communiqué émanant de Julien’s Auctions, la maison d’enchères en charge de la vente.

L’un des lots les plus attendus de la vente est l’amplificateur VOX AC30 ‘Normal’ de 1962 que Wyman avait apporté à son audition pour les Rolling Stones dans un pub londonien en 1962.

L’ampli, désormais estimé entre 80.000$ et 100.000$, avait immédiatement plu au guitariste du groupe, Keith Richards, qui avait ensuite expliqué : “Bill est arrivé entièrement équipé. Un ampli Vox AC30, c’était au-delà de ce que nous pouvions posséder … nous l’avons vénéré cet ampli. Nous le regardions et nous agenouillions devant. Avoir un ampli était déterminant.”

Parmi les autres temps forts de la vente, on note une collection de guitares, dont la basse Fender Mustang de 1969 avec laquelle Wyman a joué en concert et sur les enregistrements des Stones en 1969 et 1970 (elle est estimée à plus de 500.000$).

Il y a aussi un costume en satin doré et noir que le bassiste arborait sur scène dans les années 1970, le programme d’un rare concert à Londres au cours duquel les Rolling Stones ont partagé l’affiche avec les Beatles, et des contrats d’enregistrement seront aussi mis aux enchères du 29 au 31 mai à Beverly Hills, en Californie, et en ligne sur juliensauctions.com.

Bien que la maison d’enchères n’ait pas divulgué d’estimation pour l’ensemble de la vente, elle a cependant annoncé qu’une partie des fruits de la vente sera reversée aux associations Macmillan Cancer Support, Prince’s Trust et Central Caribbean Marine Institute.

Plusieurs lots de la vente voyageront en Europe et aux Etats-Unis en amont de celle-ci. Par exemple, ils seront visibles au Museum of Style Icons de Kildare, en Irlande, du 10 mars au 20 avril.

Ils iront ensuite au Hard Rock Cafe de New York du 4 au 10 mai, avant de retourner dans les galeries de Beverly Hills de Julien’s Auctions’ du 18 au 28 mai.

En plus de vendre ses souvenirs musicaux, le bassiste publiera, le 20 février, un nouveau livre de photographies qui reviendra sur ses 30 ans de carrière au sein de la mythique formation britannique.

Cet ouvrage intitulé “Stones From the Inside: Rare and Unseen Images” permettra de découvrir les Rolling Stones sur scène, en coulisses et sur les routes du monde.

Source: Lire L’Article Complet

The Avener : « Si la musique a un impact, autant qu’il soit positif! »

5 ans après le succès planétaire de son premier album, The Wanderings of The Avener, le DJ niçois Tristan Casara revient avec un nouvel album solaire, Heaven. Rencontre

Qu’as-tu fait de beau entre tes deux albums ?

The Avener : J’ai tourné, voyagé, fait beaucoup de rencontres. Je suis une personne très sensible et durant ces 3 à 4 années de voyages, beaucoup de choses m’ont marqué en positif comme en négatif et m’ont ouvert l’esprit sur notre société. Je me suis rendu compte, en visitant par exemple les pays du Golfe ou l’Indonésie, où il y a énormément de restrictions sociales et humaines, de la chance que nous avons de vivre dans un pays libre. Toutes ces découvertes m’ont donné à réfléchir, m’ont nourri et orienté pour produire cet album à sens contraire de la négativité ambiante.

« Si la musique a un impact, autant qu’il soit positif ! »

Heaven, ton nouvel album, est en effet très « feel-good ».

C’est un vrai choix engagé pour cet état d’esprit, à contre-pied de l’ambiance générale. Il l’est beaucoup plus que le premier album parce que  je me sens moi-même beaucoup mieux. Avant, j’étais plus mélancolique car je travaillais seul dans mon coin, sans savoir si ce que je faisais aller marcher. Ce que j’aime c’est transcender le public à travers les émotions. J’ai l’impression qu’en ce moment on a tendance à occulter cette part positive qui existe en nous. Même si il y a des artistes urbains que j’aime beaucoup, ce que je reproche notamment au rap actuellement, c’est de pointer trop souvent le négatif dans la société et d’occulter le message d’espoir. La musique formate énormément le cerveau et cela m’attriste de voir la jeunesse écouter des choses ultra vulgaires et négatives même si elles sont engagées. A mes yeux, cela ne va pas dans le bon sens. Alors que la musique électronique et le rock permettent de se lâcher, ce sont des formes de transcendance. Avec cet album, je me suis dit : « Si la musique a un impact, autant qu’il soit positif ! ».

Les titres que tu as composés entièrement sur l’album sont les plus cinématiques. Ecrire de la musique pour le cinéma est quelque chose qui t’intéresse ?

« La musique électronique et le rock permettent de se lâcher, ce sont des formes de transcendance »

Comment as-tu travaillé sur ces compositions?

Quand je lance un projet d’album, j’aime faire des instrumentaux d’une minute pour créer un « feeling », puis je reviens dessus une à deux semaines plus tard. Je pars toujours du piano qui est au rez-de-chaussée de ma maison dans le sud. J’y enregistre quelques notes puis ensuite je monte à l’étage dans mon studio avec mes synthés et mes machines.

Tu as collaboré sur cet album avec plusieurs artistes pop-rock…

J’ai commencé dans la musique électronique (House, Deep House et Techno), mais il arrive un moment, en grandissant, où on a envie d’un peu réchauffer cette musique qu’on a écouté plus jeune. C’était le but de mon premier album à travers les Reworks. Je me suis rendu compte que la musique pop- rock, c’est la fédération à l’état pur! On en écoute sans le vouloir, partout, dans notre voiture, dans les magasins, toute la journée depuis 30 ans. Aujourd’hui à 33 ans, je me retrouve dans une phase de ma vie où j’ai envie de faire jouer des guitares, de faire chanter des gens qui ont un message clair dans la voix et qui ne sont pas torturés, comme Spelles, Manu Lanvin (que je connais depuis plus de 10 ans et qui m’a initié au blues), M.I.L.K qui vient de la pop mais aussi Tiwayo. J’ai rencontré cet artiste par mon label et j’ai été bluffé par son charisme vocal unique qui mélange rock et reggae. Le morceau que nous avons fait ensemble parle très bien du monde dans lequel on vit. Je l’ai un peu re-funkisé, avec un petit côté FM pour mettre en valeur sa voix et je suis très fier de ce morceau.

« Je me retrouve dans une phase de ma vie où j’ai envie de faire jouer des guitares »

C’est toujours important pour un artiste de passer en FM aujourd’hui ?

Je ne vais pas vous mentir : cela permet d’exister quand même. Le streaming c’est génial. J’ai des statistiques et je vois ce que les gens écoutent. Mais la FM est partout. On allume le poste et on écoute. Je suis peut être un peu old-school quand même (rires).

Pourquoi y a t-il peu de collaborations avec des artistes français sur cet album ?

Quand j’ai commencé à écrire, j’ai passé deux mois et demi à Los Angeles et l’esprit californien s’est emparé de moi (rires). C’était la première fois que je voyageais sur la côte Ouest et vivre en Californie donne tout de suite une couleur à la musique. Il ne faut pas oublier que je viens du Sud de la France et Nice est un peu notre petite Californie à nous. Il y a plein de morceaux que je me suis vu écouter à fond dans une vieille Chevrolet. Et je viens de cette musique anglo-saxonne, c’est la musique que j’écoute. Je consomme très peu de musique française. Je sais… Il faut que j’améliore ma culture à ce sujet.

Comment choisis-tu les titres que tu vas retravailler ?

Sur cet album, j’ai laissé des reworks, car j’avais envie de rattraper les personnes qui ont aimé le premier album avec des titres de Bob Dylan (« Masters of War »), ou encore Terry Callier et quelques instrumentaux. Quand tu es DJ, tu es amené à faire danser les gens de minuit à cinq du matin et si tu fais une erreur, voire deux ou trois dans la soirée, les gens se barrent et le patron ne veut pas te payer. C’est déjà arrivé, crois moi. Choisir un morceau, c’est tout un art ! Il faut que tu sois sûr que cela va fonctionner même si ce n’est pas toi qui l’a composé. Je pense qu’inconsciemment, j’ai transposé ce réflexe sur ma création et ma façon de choisir les morceaux à retravailler. La recette c’est d’avoir une vision claire de ce qu’on entend et ne pas l’entendre que pour soi mais pour le public qui va l’écouter au final. Avant, j’était très « communautaire ». Je me disais : « Ma musique c’est ma musique, si ils aiment pas tant pis. » Mais j’ai changé d’état d’esprit. Quand tu vois une foule de 15 000 personnes qui connaissent ton titre, que les gens tapent dans les mains, qu’ils dansent avec le sourire aux lèvres, que tu les fédères, c’est une chance que tu n’as pas deux fois dans la vie. Cette chance là m’a permis de « dé-communautariser » ma musique. L’oreille humaine a beaucoup changé et elle s’est faite énormément formater. C’est difficile de sortir les gens de cela, donc si tu veux quand même exister dans ce métier, il faut accepter de faire quelques concessions. Ce n’est pas se prostituer que de dire cela quand on aime ce que l’on fait et que l’on souhaite vivre de sa passion. Ces petites concessions, je les fais au niveau de la production, mais au niveau musical j’écris ce que j’aime.

Est-ce qu’il y a une collaboration rêvée que tu n’as pas encore faite ?

Les paroles de chansons comptent aussi pour toi ? 

Évidemment ! Et j’avais pas mal de choses à dire ! J’ai beaucoup travaillé en collaboration avec les chanteurs pour écrire les textes. Il y a quelques chansons sur l’album où j’étais vraiment à côté du songwriter pour trouver le bon mot. Je ne chante pas encore mais ça viendra sûrement, pourquoi pas. Par exemple, la chanson « Time » avec Salvat est extrêmement mélancolique, quasiment un piano- voix. On l’a composée à 4h du matin chez moi. Il m’a dit : « Viens on écrit une chanson sur le manque de temps car on manque de temps pour écrire là« . Mais le temps a un sens tellement plus large : on a plus le temps parce qu’on est gravement malade, parce qu’on est en retard au travail… Il y a de nombreuses significations possibles. J’aime pouvoir aborder des thèmes qui sont relativement libres. Au début de la techno, on s’en foutait un peu des paroles. On chantait : « Rock to Beat » et c’est tout (rires). En général, je cherche des paroles qui me correspondent et dont je suis fier. Ce qui est le plus important pour moi est de pouvoir aimer ses morceaux avec le temps.

« J’ai envie de m’ouvrir à tous les styles et surtout de ne pas cloisonner The Avener »

Le premier album a été triple disque de platine. Tu ressens de la pression avec ce nouvel opus ?

Qu’est ce que cela fait de démarrer en club et de finir par jouer à la Salle Pleyel ?

C’est une très bonne question… J’avoue qu’une semaine avant, je ne dormais plus ! Quand j’avais 10 ans et que j’étais au conservatoire classique, mon professeur de piano me parlait déjà de la Salle Pleyel comme étant le lieu ultime pour la musique classique. J’avais cette image de la salle où tu arrives devant un grand piano Steinway, en queue de pie et que tu joues devant 2000 personnes. La salle a beaucoup changé mais l’image que j’en ai dans la tête pas du tout. Pour moi, je l’assimile au classique et surtout à la virtuosité. Quand on m’a annoncé que j’avais la possibilité d’y jouer, j’ai accepté mais imaginer des gens écouter de l’électro là-bas m’a quand même paru bizarre. Alors j’ai voulu faire un show un peu plus hybride. Quand j’ai dit à mon manager que je voulais sortir le grand piano, des cordes et y aller à fond, il m’a regardé avec de grands yeux et répondu : « Mais Tristan, on est plus en 1950 ! Les gens n’attendent pas cela de toi ! ». Quand je suis arrivé, tous les gens au balcon étaient assis, c’était bizarre. Alors on a un peu changé la donne au milieu du concert. J’ai demandé à mes équipes de passer en mode électro. J’ai remis mes pistes en mode DJ et je me suis adapté à l’ambiance en direct. Là, tout le monde s’est levé et j’ai enfin respiré. On a même proposé un petit live à la fin du concert avec M.I.L.K, Manu Lanvin et la chanteuse Ayo pour faire découvrir les nouveaux morceaux. C’est ce mélange d’électro et de live que je souhaite faire sur ma nouvelle tournée : une trentaine de minute en acoustique avec les guitares et le groupe pour donner de la vie au deuxième album, puis je sors de scène et on installe rapidement une nouvelle scénographie pour repasser ensuite en mode club. C’est un peu la bipolarité qui m’est propre, qu’on retrouve aussi sur cet album. J’ai besoin de ça.

Qu’est-ce qui a changé depuis le succès de ton premier album ?

Propos recueillis par Alma Rota 

>>> Ecouter l’album Heaven de The Avener sur Spotify

Source: Lire L’Article Complet

Adele amincie : la vraie raison pour laquelle elle s'est mise au régime

Ces derniers jours, Adele est apparue méconnaissable avec une silhouette très amincie. Mais selon un proche de la chanteuse, celle-ci n’a jamais été motivée par une taille fine. Si la star a décidé de changer de mode de vie, c’est avant tout pour son fils Angelo.


  • Après les soldes, les bons plans toujours en ligne


    Sponsorisé

    Amazon


  • Envie d’évasion? -20% sur votre prochain séjour


    Sponsorisé

    Booking


  • Marks&Spencer: -20% sur la mode femme


    Sponsorisé

    Marks & Spencer

Source: Lire L’Article Complet

Rihanna avec Diamonds, Justin Bieber avec Sorry, Britney Spears avec Toxic… Quelles sont les stars qui ont écrit ces chansons ?

On t’a répertorié toutes les stars qui ont écrit les tubes de Rihanna, Justin Bieber et plein d’autres artistes.

Alors qu’on te proposait de découvrir qui était l’artiste féminine la plus écoutée de l’histoire sur Spotify entre Rihanna, Nicki Minaj, Ariana Grande… Ça nous a donné une idée à la rédac ! On sait pas toi, mais chez melty on s’est toujours demandé si nos artistes préférés étaient à l’origine de leurs tubes. Parce que, soyons clairs, c’est généralement la chanteuse ou le chanteur qui prend toute la lumière. Sauf que derrière eux, se cachent d’autres artistes aussi talentueux qu’on connaît tout aussi bien qu’eux ! Eh oui, on a mené l’enquête et tu risques d’être surpris de voir qui se cachent derrière ces hits.

Spoiler, ce n’est pas Riri qui a écrit son tube Diamonds mais Sia. Eh oui ! La chanteuse n’est pas juste une voix c’est aussi une talentueuse parolière. Katy Perry, Beyonce, Pink, Christina Aguilera et même Britney Spears peuvent la remercier puisqu’elle a écrit des chansons à toutes ces artistes.

On a tous kiffé cette chanson de Justin qui a en réalité été écrite par Ed Sheeran. Eh oui, l’artiste britannique écrivait pour d’autres avant de se lancer en solo et il continue à le faire. Il a également composé Everything Has Changed de Taylor Swift.

Sia a encore frappé ! C’est elle qui a écrit le titre Perfume de Britney Spears. Et ce n’est pas la seule à avoir écrit pour la star puisque le chanteur Will I Am lui a également écrit le titre Work B*tch et la chanteuse Cathy Denis est à l’origine du tube : Toxic.

Le titre Good for you de Selena Gomez en featuring avec le rappeur Asap Rocky a été écrit par Julia Michaels ! Charli XCX a également écrit pour l’ex de Justin Bieber le titre “Same Old Love” et si tu tends bien l’oreille, on l’entend même lors du refrain.

Impossible de ne pas avoir entendu cette musique ! C’est simple cet été, elle était dans toutes les playlists. Avoue-le, toi aussi t’as chanté le refrain de Shawn Mendes et Camila Cabello. Et ils peuvent eux aussi remercier Charli XCX puisque elle a co-écrit ce son.

C’est grâce à ce tube qu’on a connu Lady Gaga et même s’il remonte à 2008 on a encore le refrain en tête et on peut dire merci à Akon puisque c’est lui qui a écrit le son. De base, ce titre était destiné aux Pussycat Dolls et c’est finalement Lady Gaga qui l’a eu !

“So I put my hands up, they’re playing my song and the butterflies fly away” bref on s’arrête là avant de te la mettre dans la tête ! Inutile de te le présenter, il s’agit certainement d’un des plus gros tubes de Miley Cyrus et c’est Jessie J qui lui a écrit, eh oui.

Tu te souviens de ce son ? Il est sorti il y a 10 ans et pourtant on s’en souvient comme si c’était hier et c’est Bruno Mars qui l’a écrit. Décidément, il sait tout faire celui-là : écrire, danser, chanter ! C’est aussi lui qui a écrit et composé le couplet de Beyoncé dans le morceau Lift Off en featuring avec Kanye West et Jay Z. Ou encore le titre All I Ask de Adèle qui vient de dévoiler la date de son futur album et c’est pour très bientôt.

Source: Lire L’Article Complet

Future, Lil Wayne et Young Thug sur My Turn le nouvel album de Lil Baby, la tracklist dévoilée

Lil Baby compte bien prouver de quoi il est capable avec ce nouvel opus qui compte des très grands noms du rap US. On vous explique

Alors que les fans de rap français sont secoués depuis que Koba LaD a été déprogrammé de plusieurs festivals après ses propos homophobes, aux Etats-Unis il y a un artiste qui fait lui aussi beaucoup de bruit, mais pour des raisons plus glorieuses. Il s’agît du rappeur Lil Baby, star du label Quality Control aux côtés de Cardi B ou encore Migos, et étoile montante du hip-hop. L’artiste ne cesse de surprendre depuis le succès de son “Freestyle” sorti il y a deux ans, et compte aujourd’hui plus de 323 millions de vues pour le clip, rien que ça ! Autant vous dire que le jeune homme de 25 ans originaire d’Atlanta compte bien s’inscrire dans la légende. Et pour ce faire, il prévoit de sortir un album avec des collaborations de très haut vol…

“My Turn” 2.28.20 My Best Work To Date !! Pre – Order Available Now !! Let’s Get Bacc To It Link In Bio #myturn ????????????

Une publication partagée par ???????????? ???? Lamborghini Boys (@lilbaby_1) le

C’est grâce à un post Instagram sur le compte de l’artiste qu’on a pu découvrir la pochette de son prochain album “My Turn”. Avec ce titre très évocateur qui signifie “mon tour” en français, le rappeur prouve bien qu’il est déterminé à surpasser ses prédécesseurs. Il a d’ailleurs dévoilé la tracklist très alléchante de ce projet, qui compte des géants de l’industrie comme Lil Wayne, Young Thug, Gunna, Lil Uzi Vert et Future. Et L’artiste ne s’est pas seulement contenté de faire de belles collaborations puisque cet opus comportera un total de 20 morceaux inédits, et le premier extrait “Sum 2 Prove” vient d’être dévoilé. La sortie est prévue pour le 28 Février 2020 et on peut vous dire qu’on en a déjà l’eau à la bouche ! Dans le reste de l’actualité musicale Lana Del Rey annule sa tournée européenne, on a les détails…

Source: Lire L’Article Complet