50e féminicide: une femme de 46 ans tuée par son compagnon gendarme, avec son arme de service

Le 16 juillet dernier, une femme a été tuée de plusieurs coups tirés par une arme à feu, dans la caserne de gendarmerie de Bailleul (Nord). Il s’agit de la concubine d’un gendarme âgé d’une quarantaine d’années.

Restez informée

Le drame s’est produit dans le logement de fonction du meurtrier présumé, un gendarme âgé de 40 ans. Il y aurait eu une dispute entre lui et sa compagne. L’homme aurait alors tiré plusieurs coups de feu sur son compagne, la blessant mortellement. Le gendarme aurait alors retourné l’arme contre lui, se blessant grièvement. Le gendarme est ensuite sorti et s’est sans doute tiré une balle dans la tête sur sa terrasse, rapporte France Bleu Régions. Il a été conduit à l’hôpital de Lille dans un état grave. Selon une source judiciaire, “il n’est pas sûr qu’il puisse être interrogé un jour“.Une enquête a été ouverte pour homicide aggravé. La piste du féminicide est privilégiée. La jeune femme n’avait, semble-t-il, jamais fait de signalement sur son conjoint violent.

Le militaire, né en banlieue parisienne, a effectué toute sa carrière dans le Nord. Il travaillait à Bailleul depuis 2017. En couple avec la victime, ils vivaient toutefois séparément. Chacun avait des enfants, mais pas ensemble. Le soir du meurtre présumé, ils étaient seuls dans le logement à l’intérieur de la caserne. Le militaire n’était pas de service, mais conservait son arme chez lui, comme c’est l’usage. La rupture semble à l’origine du drame. Selon le collectif féminicides par compagnon ou ex, la victime venait de lui annoncer qu’elle comptait le quitter.

A lire aussi: Féminicides : le nombre de femmes tuées par leur conjoint en hausse

Source: Lire L’Article Complet