Affaire Delphine Jubillar : pourquoi l'infirmière "en avait marre de son mari" Cédric

Selon les proches du couple, des tensions persistaient entre Cédric et Delphine Jubillar, avant sa disparition. Dans le documentaire Jubillar, pour le meilleur et pour le pire diffusé sur BFMTV lundi 18 octobre 2021, la cousine de l’infirmière révèle ce qu’elle reprochait à son mari.

  • Delphine Jubillar

Le couple Jubillar battait de l’aile. Plus de dix mois après la disparition de Delphine Jubillar, qui remonte à la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines dans le Tarn, le mystère continue de planer et les langues se délient. Dans le documentaire Jubillar, pour le meilleur et pour le pire, diffusé lundi 18 octobre 2021 sur BFMTV, plusieurs proches de l’infirmière prennent la parole. Parmi eux, sa cousine Mallory, qui évoque un climat de tension au sein du couple. Selon elle, la jeune femme de 33 ans ne supportait plus le comportement de son mari Cédric. D’ailleurs, la Tarnaise avait l’intention de divorcer, selon cette même source.

« En 2018, j’ai passé une soirée avec elle, on était parties dans un bar-café, et puis à un moment je lui ai posé la question. Je lui ai dit : ‘Et toi, ça va dans ton couple en ce moment ?’ Elle m’avait dit ‘Non ça ne va pas. J’ai envie de divorcer’« . Delphine Jubillar reprochait à son époux son manque d’investissement au sein de la famille, à en croire les déclarations de sa cousine Mallory. « Elle en avait marre tout simplement de la maison qui n’avançait pas, de son mari. C’est elle qui rapportait l’argent, c’est elle qui habillait les enfants, c’est elle qui payait le crédit de la maison, qui payait tout quoi ! En plus, elle s’occupait des enfants, je me rappelle qu’elle me disait souvent : ‘À la maison, j’ai trois enfants’« .

L’avocat de Cédric Jubillar reconnaît des tensions au sein du couple

De nombreux témoignages similaires ont été rapportés depuis le début de l’enquête sur l’affaire Jubillar. Me Jean-Baptiste Alary, l’avocat de Cédric Jubillar, a réagi à ces déclarations anonymes dans les colonnes de La Dépêche du Midi, lundi 8 mars 2021. Selon le défenseur, son client et Delphine Jubillar avaient respectivement fait appel à un avocat dans le cadre « d’une séparation à l’amiable » avant « un divorce par consentement mutuel ». Dans ce contexte, « il n’est erroné de dire qu’il y avait des difficultés dans le couple », reconnaissait Me Jean-Baptiste Alary auprès de nos confrères. Cédric Jubillar reste présumé innocent jusqu’à l’issue de l’enquête.


Source: Lire L’Article Complet