Affaire Jubillar : les avocats de Cédric dévoilent une nouvelle hypothèse sur la nuit du drame

Mardi 11 janvier 2022, la chambre de l’instruction de Toulouse a examiné la nouvelle demande de remise en liberté de Cédric Jubillar. Ses avocats ont mis en lumière un élément de la nuit du drame qui pourrait accréditer une autre hypothèse que celle du meurtre.

  • Delphine Jubillar

Où est passée Delphine Jubillar ? Cette question demeure sans réponse depuis un peu plus d’un an. Son mari, Cédric Jubillar, est incarcéré depuis le 18 juin 2021 pour « meurtre par conjoint ». Seulement, aucune trace de l’infirmière n’a été retrouvée depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Une absence de corps sur laquelle les avocats du mari de la jeune femme ont décidé de s’appuyer pour mettre avant une nouvelle hypothèse. Celle-ci a été exposée mardi 11 janvier 2022, lors d’une énième audience de demande de remise en liberté de leur client. Comme le rapporte RTL, les avocats affirment que la mère de famille « aurait quitté la résidence familiale seule et de son plein gré« . Un argument qu’ils tentent d’étayer grâce à des preuves matérielles laissées sur place le soir de sa disparition.

Delphine serait-elle partie toute seule ?

Selon les éléments avancés par les avocats de Cédric Jubillar, l’infirmière aurait quitté son domicile de Cagnac-les-Mines de son plein gré. Une hypothèse qu’ils tentent de prouver grâce à la présence d’effets personnels de la disparue, qui pourraient laisser penser qu’elle s’est changée avant de sortir. Des photos prises le 16 décembre 2020 par les gendarmes au cours de la première perquisition laissent entrevoir le pyjama de Delphine Jubillar, posé sur la table de la salle à manger. Or, à en croire les déclarations de Louis, le fils aîné du couple, elle portait bien ce vêtement pendant la soirée qui a précédé le drame. À côté du pyjama recouvert de chatons noirs : des chaussettes, une culotte, un sac à main ouvert et une boîte de collants. Tant d’éléments qui laissent penser que Delphine a pu se changer. À cela s’ajoute le fait que le petit garçon assure avoir entendu sa mère mettre ses bottes et claquer la porte un peu capricieuse de leur domicile. Ce qui impliquerait qu’elle aurait pris la route d’elle-même, sans le soutien d’une personne tierce. Selon les éléments de l’enquête, il semble également que le téléphone de l’infirmière aurait été activé trois fois au cours de cette même nuit, sur trois applications différentes. Pour les avocats de Cédric cela ne fait aucun doute : Delphine est partie seule. Une affirmation qui, pour eux, constitue une preuve de l’innocence de leur client. Pour l’heure, Cédric Jubillar reste présumé innocent jusqu’à preuve du contraire par les autorités compétentes.

Source: Lire L’Article Complet