Affaire Mila : qui sont les 13 personnes jugées pour cyberharcèlement et menaces de mort ?

Jeudi 3 juin 2021, ils sont 13 (dix hommes et trois femmes, âgés de 18 à 35 ans) à comparaitre devant le tribunal correctionnel de Paris pour cyberharcèlement et menaces de mort envers Mila, qui avait tenu des propos critiques sur l’Islam. Le Figaro dévoile le profil de ces 13 accusés dans un article, jeudi 3 juin 2021.

Restez informée

L’affaire Mila a fait l’effet d’une bombe, au début de l’année 2020. Le 18 janvier, la jeune adolescente de 16 ans à l’époque, a publié une vidéo en story sur Instagram dans laquelle elle tenait des propos polémiques au sujet de l’Islam. “Je déteste la religion. […] Le Coran il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam c’est de la merde”, y affirmait-elle notamment. Après la publication de cette séquence, la jeune fille a reçu de nombreux messages de haine et des menaces de mort. 13 personnes, âgées de 18 à 35 ans comparaissent jeudi 3 juin 2021 devant le tribunal correctionnel de Paris pour ces actes. Ils encourent tous 30.000 euros d’amende pour le cyberharcèlement, ainsi que trois ans de prison et 45.000 euros d’amende pour les menaces de mort. Femme Actuelle vous propose de découvrir qui sont ces 13 hommes et femmes.

Qui sont les 13 accusés dans l’affaire Mila ?

Comme le rapporte Le Figaro jeudi 3 juin 2021, les personnes qui ont harcelé Mila ne présentent pas de profil type. Il s’agit pour la plupart d’individus sans casier judiciaire qui affirment avoir agi sur un coup de tête et regrettent aujourd’hui d’avoir envoyé leur message. Ils ont en effet, pour la majorité d’entre eux, envoyé un seul commentaire à la jeune aspirante chanteuse très active sur les réseaux sociaux, et sont donc persuadés de ne pas l’avoir harcelée.

N’Aissita, qui est étudiante en psychologie, “fait un peu de tricot”,est fan de “comédies et des séries”, et adore la littérature et la poésie. Elle lit notamment les auteurs classiques, comme Rimbaud, Verlaine ou Victor Hugo. Outrée par les propos tenus par Mila, la jeune femme lui a envoyé un message choquant, le 17 novembre 2020, après avoir vu la vidéo. “Ça m’est passé, la colère.Je me rends compte que j’ai fait l’erreur de me rabaisser à son niveau…”, a-t-elle ensuite expliqué en garde à vue, comme le rapporte le Figaro.

Un autre accusé, qui est quant à lui athée, continue de penser que Mila est “foncièrement débile et paumée”. Ce dernier, qui l’a menacée de mort, affirme avoir simplement souhaité la provoquer et pense ne pas “mérité d’avoir été placé en garde à vue”. Un autre accusé souhaitait quant à lui “gagner des abonnés”, et faire rire ses amis… L’un des harceleurs de Mila, un cuisinier de 29 ans passionné par l’astrophysique, affirme quant à lui avoir des remords sur la forme, mais ne regrette pas le fond de sa pensée : “Dans le sens où, si elle prenait un peu de bon temps, elle se détendrait sûrement et dirait un peu moins de bêtises”, a-t-il expliqué.

Source: Lire L’Article Complet