Affaire PPDA : « L’enquête risque de prendre des mois, des années »

Selon le journaliste à l’origine de l’article sur l’affaire PPDA dans Le Parisien, l’enquête ouverte contre l’ancienne star de TF1 pourrait prendre plusieurs mois, voire des années. La raison ? Les enquêteurs doivent notamment déterminer s’il y a d’autres victimes présumées.

A propos de

  1. Patrick Poivre d’Arvor

  2. Florence Porcel

Dans le sillage des affaires Duhamel et Berry, Patrick Poivre d’Arvor se retrouve lui aussi sous le feu des projecteurs, dans le cadre d’une plainte pour viols. La plaignante, Florence Porcel, accuse le journaliste d’avoir abusé sexuellement d’elle à plusieurs reprises, entre 2004 et 2009. Et ce, “dans un contexte d’emprise psychologique et d’abus de pouvoir.” Conséquence : l’ex-mythique présentateur du JT de TF1 est sous le coup d’une enquête pour “viols”, dirigée par la brigade de répression de la délinquance aux personnes de Paris. Une procédure qui devrait s’étaler sur le temps à en croire Jean-Michel Décugis, l’un des journalistes du Parisien à l’origine du scoop publié le 18 février dernier.

“On part sans doute sur une enquête longue. D’abord, il va falloir entendre – et ce sera sans doute assez rapide – la victime présumée. Une fois entendue la victime, il va y avoir une enquête classique”, explique le journaliste dans le podcast “Code source” du Parisien. “On va faire l’environnement de la jeune femme à l’époque des faits, voir si elle a parlé de ces viols à ses proches, s’il y a des traces, si elle est réellement allée dans le bureau de Patrick Poivre d’Arvor, vérifier tout un tas d’éléments qu’elle donne.” Les enquêteurs devront également rechercher de nouveaux témoignages, et surtout d’autres victimes présumées. “Patrick Poivre d’Arvor sera à un moment donné auditionné. On part sur une enquête longue qui risque de prendre des mois et des années, estime Jean-Michel Décugis.

Plainte pour dénonciation calomnieuse

De son côté, l’ancienne star de TF1, toujours présumée innocente des faits qui lui sont reprochés, a déjà organisé sa défense. Au lendemain de la publication de l’article du Parisien, Patrick Poivre d’Arvor s’est emparé de son compte Facebook pour affirmer haut et fort son innocence. “J’ai découvert avec stupéfaction les accusations de Madame Florence Porcel relayées avec complaisance par un quotidien”, a-t-il écrit. Dans ce message, il a fermement récusé les allégations de la plaignante, avec qui il aurait entretenu “des relations confraternelles” et une passion commune pour la littérature. Par ailleurs, il a d’ores et déjà fait savoir qu’il porterait plainte contre pour dénonciation calomnieuse à l’encontre de son accusatrice Florence Porcel.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet