Affaire Sarah Abitbol : le grand regret de Philippe Candeloro

Dans un entretien publié sur le site de Téléstars ce dimanche 28 mars, Philippe Candeloro est revenu sur les révélations de Sarah Abitbol, sexuellement agressée et violée par son entraineur alors qu’elle était âgée de 15 ans. Le commentateur a une nouvelle fois salué le courage de la patineuse.

Sarah Abitbol

Philippe Candeloro

Le jeudi 30 janvier 2020 sortait Un si long silence, le second livre de la patineuse Sarah Abitbol dans lequel elle racontait comment son ancien entraîneur, Gilles Beyer, l’avait agressée sexuellement et violée à de nombreuses reprises alors qu’elle était adolescente. Celui-ci lui présentera simplement des excuses. Elle accusera également Didier Gailhaguet, l’ancien président de la Fédération française des sports, d’avoir couvert l’entraîneur, réclamant sa démission. Il démissionne le 8 février 2020. La championne a reçu énormément de soutiens, à commencer par celui de Philippe Candeloro : « Didier Gailhaguet a côtoyé tous les entraîneurs incriminés, il a eu vent des problèmes d’agression et n’a rien fait. Aujourd’hui, il faut que cela change. J’en ai ras le cul que mon milieu soit sali ! » avait-il déclaré dans les colonnes de Télé Loisirs.

Des progrès à faire

Didier Gailhaguet a depuis été remplacé par Nathalie Péchalat, une champion de patin à glace e qui est devenue la première femme a occuper ce poste. Le début d’un changement ? Pas assez rapide au goût de Philippe Candeloro : « À l’époque de Didier Gailhaguet, la famille des anciens champions était tenue à l’écart et j’espérais que cela serait différent avec elle. Mais elle aussi gère les choses en solo. Selon moi, le changement n’a pas été opéré et je regrette que les histoires de jalousie et d’ego continuent de parasiter le patinage. » Il y a un an, Sarah Abitbol déplorait que la nouvelle présidente n’ait pas pris le temps de s’entretenir avec elle : « Après, peut-être qu’elle le fera plus tard, elle doit avoir beaucoup de choses à faire dans cette fédération. Nathalie peut faire du très bon travail, c’est une ancienne sportive de haut niveau très intelligente et très travailleuse. Je pense juste qu’elle va devoir vraiment nettoyer la fédération en profondeur. »

Un avis confirmé par Philippe Candeloro, qui regrette toutefois que Sarah Abitbol ne soit pas plus consultée : « Ça a permis de faire le ménage dans notre sport et de toiletter les textes et statuts de la fédération. Il y avait une omerta à ce sujet, c’était indispensable. Mais du coup, on s’est beaucoup concentré sur l’administratif et pas assez sur les athlètes… Et c’est dommage aussi qu’on ne fasse pas appel aux compétences de Sarah, qui a eu énormément de courage de faire ce qu’elle a fait. »

Source: Lire L’Article Complet