“Appelez-moi Olivier” : Olivier Véran en toute décontraction lors d’une visite dans une entreprise

Le nouveau porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a presque voulu faire tomber la cravate ce jeudi 28 juillet. Lors d’un échange avec des salariés relaté par Le Point, l’ancien ministre de la Santé s’est montré en « porte-voix des Français » très décontracté. À leur écoute, notamment sur le pouvoir d’achat.

Opération séduction et décontraction pour Olivier Véran ce jeudi 28 juillet. « Oubliez la cravate, appelez-moi Olivier. » Le ton était donné lors de la visite à Sublaines, en Indre-et-Loire, du ministre délégué chargé du Renouveau démocratique et porte-parole du gouvernement. Pour « voir s’il y avait un décalage entre perception sur le pouvoir d’achat et la vision du gouvernement », il est allé à la rencontre des salariés et dirigeants de la coopérative Triangle, regroupant 215 artisans et 53 salariés. « Je ne viens pas pour rassurer les gens, je viens parce que je suis porte-parole du gouvernement. (…) Mais je veux dire aussi : je suis porte-voix des Français (…) et cette façon de travailler, c’est au moins, toutes les semaines, aller sur le terrain à la rencontre des salariés« , a lancé Olivier Véran dans des propos rapportés par Le Point.

« Le carburant » est sans surprise la première réponse qui vient lorsqu’il demande ce qui ne va pas sur le pouvoir d’achat. L’ancien ministre de la Santé n’a aussi pu être que touché par une salariée de 25 ans qui lui a expliqué hésiter à faire un enfant avec son compagnon car, en dépit de leurs deux salaires, ils n’auraient pas les moyens de s’acheter un logement. « Il faudra demain qu’on en fasse davantage sur la question », a concédé celui que les Français sont donc autorisés à appeler simplement Olivier.

> Découvrez en photos les membres de la galaxie d’Olivier Véran

« Je ne vous dis pas qu’on va trouver du travail en traversant la rue »

« On a discuté à bâtons rompus pendant plus d’une heure (…) Ils nous disent qu’aujourd’hui, vivre de leur métier est devenu plus difficile qu’avant parce que le prix de l’essence a augmenté », a résumé Olivier Véran, avant de se rendre ensuite à Tours. Il y a rencontré des bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) la Caisse d’allocations familiales. En toute franchise, l’homme politique s’est montré à l’écoute, mais sans promettre l’impossible.

« Je ne vous dis pas qu’on va trouver du travail en traversant la rue (…) mais la situation n’est plus la même qu’il y a quatre ans« , a-t-il notamment répondu à un homme en fauteuil dont la femme cherche du travail depuis quatre ans, taclant au passage subtilement le chef de l’État. « Que voulez-vous que je dise au Président ? Quel message politique voulez-vous que je porte ? », a-t-il lancé à cette deuxième assemblée de la journée. « Est-ce que la revalorisation des aides est suffisante au vu de l’inflation ? », s’est interrogée Sabrina, salariée de la CAF également allocataire. Le genre de questionnement qu’Olivier Véran s’est engagé à faire parvenir à Emmanuel Macron.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

A propos de


  1. Olivier Véran

Autour de

Source: Lire L’Article Complet