Après douze ans de silence, l'ancien amant de Lady Diana revient sur l'entretien-choc de la BBC

Le chirurgien de 62 ans est sorti de sa réserve pour évoquer dans les colonnes du Daily Mail les présumées manipulations du journaliste Martin Bashir. Ce dernier avait mené un entretien exclusif avec Lady Diana dans son émission «Panorama», en 1995.

Elle le surnommait autrefois son «M. Merveilleux». Après douze années de silence, Hasnat Khan, l’ancien amant de Lady Diana – de 1995 à 1997 -, est sorti de sa réserve. Le chirurgien de 62 ans est ainsi revenu dans les colonnes du Daily Mail, le vendredi 8 janvier, sur l’entretien-choc accordé par la princesse à la BBC, aux prémices de leur idylle. Au cours de cet échange, mené par le journaliste Martin Bashir, Lady Diana avait notamment évoqué la liaison entre le prince Charles et Camilla Parker Bowles. «Nous étions trois dans ce mariage», affirmait-elle ainsi dans «Panorama». Une émission qui avait été suivie par plus de 23 millions de téléspectateurs.

“Je voulais lui dire de se la fermer”

«Il m’a, pratiquement dès le début, posé des questions très directes et personnelles sur Diana et notre relation, s’est-il remémoré. Pourquoi nous n’étions pas mariés, quand allions-nous organiser la cérémonie, ce genre de choses. C’était des questions intimes.» Un sentiment de malaise aurait alors envahi le chirurgien, qui avait rencontré Diana Spencer quelques mois plus tôt, en août 1995, dans la salle d’attente de l’hôpital royal Brompton de Londres. «J’ai commencé à être embarrassé, a-t-il poursuivi. Diana et moi ne nous connaissions pas depuis longtemps et nous n’avions jamais parlé de nous marier. Puis j’ai ressenti de la colère. C’était impertinent de la part de cet homme de nous parler de cette manière.»

Quelques mois plus tôt, en novembre 1995, Hasnat Khan avait déjà fait part de ses impressions à Lady Diana après avoir visionné son entretien-choc : «Je sentais que c’était une grosse erreur et je lui ai dit que c’était horrible, mais j’ai ajouté : “Si tu étais en mission, tu l’as accomplie.”», a-t-il déclaré. Le chirurgien, qui s’est récemment marié pour la seconde fois, a par ailleurs soutenu que Martin Bashir avait tenté de le contacter fin 2020, car il avait «une faveur à lui demander». Une tentative à laquelle le médecin n’aurait pas donné suite.

En vidéo, Lady Diana, princesse et éternelle icône mode des nineties

“Martin Bashir a exploité ses vulnérabilités”

Depuis les accusations de manipulations formulées par Charles Spencer, un juge de la Cour Suprême britannique, Lord Dyson, s’est vu confier une enquête indépendante sur les manipulations présumées du journaliste. Le frère de la princesse décédée le 31 août 1997 a en effet clamé qu’il n’aurait jamais organisé la rencontre entre Martin Bashir et cette dernière si le reporter ne lui avait pas présenté de faux documents. Cette rencontre aurait, par ailleurs, amplifié la méfiance de Lady Diana à l’égard de son entourage. «Martin Bashir lui disait qu’il y avait une station d’écoute secrète dans le Kent, où ils espionnaient des personnes importantes (…), a précisé Hasnat Khan. Il sous-entendait qu’elle était l’une d’entre elles.»

Avant d’ajouter : «L’une de ses qualités les plus attirantes était sa vulnérabilité, c’est ainsi qu’elle avait gagné l’affection du public. J’ai réalisé plus tard que Martin Bashir avait trouvé ces vulnérabilités et les avait exploitées.» Lady Diana aurait un jour cessé tout contact avec le reporter. Un éloignement qui ne serait pas du fait de Hasnat Khan, mais bel et bien… du prince William. «Il détestait l’interview de “Panorama” et lui a dit qu’elle avait fait une erreur, ce qui l’a bouleversée, a expliqué le chirurgien. Mais il a été très direct et lui a déclaré : “Maman, ce n’est pas une bonne personne.”» Le duc de Cambridge a, depuis, salué dans un communiqué l’ouverture d’une enquête indépendante autour de cette affaire. Cette investigation constitue, selon lui, un «pas dans la bonne direction».

Source: Lire L’Article Complet