Bernadette Chirac : ces « larmes de bonheur » qu'elle a dû vite sécher

De 1994 à 2019, Bernadette Chirac a présidé la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France. En raison de son investissement, le conseil d’administration a, un temps, envisagé de rebaptiser la fondation à son nom. Projet abandonné pour de sombres raisons, comme le raconte Béatrice Gurrey, auteur du livre Le roi emmuré, à gala.fr.

Elle y a consacré vingt-cinq ans de sa vie. De 1994 à 2019, Bernadette Chirac a présidé, avec beaucoup d’énergie et de détermination, la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France, avant de passer le flambeau à Brigitte Macron. Durant toutes ces années, l’ancienne Première dame a pris plaisir à organiser l’Opération Pièces Jaunes, qui a permis de récolter des sommes d’argent considérables pour les hôpitaux. Un an avant que l’épouse d’Emmanuel Macron lui succède, un scénario, flatteur pour Bernadette Chirac, a été envisagé, comme l’a confié Béatrice Gurrey, journaliste et auteure du Roi emmuré (éditions des Équateurs) à gala.fr : “Il y a eu une première étape qui était de transformer La Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France en Fondation Bernadette Chirac.”

Pour la principale intéressée, l’émotion était alors à son comble : “Quand Bernadette Chirac a appris ça, elle a fondu en larmes de bonheur, parce que c’était la reconnaissance de toute l’œuvre de sa vie. Très touchée par ce geste, la mère de Claude Chirac a pourtant vite dû sécher ses larmes. S’il ne manquait que “l’approbation du Conseil d’État”“une formalité” selon Béatrice Gurrey – ce changement de nom proposé par le conseil d’administration, symbolique pour l’épouse de Jacques Chirac, n’a hélas jamais vu le jour. “Brusquement, tout a déraillé. Une longue chaîne de transmission s’est brisée”, a fait savoir la journaliste du Monde dans son livre Le roi emmuré.

Simple changement d’avis de Claude Chirac?

Après la Fondation Claude-Pompidou ou la Fondation Danielle Mitterrand, qui portent toutes les deux les prénoms des anciennes Premières dames, il semblait donc logique de rebaptiser La Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France en “Fondation Bernadette Chirac”. D’après ce que raconte Béatrice Gurrey dans son livre, Claude Chirac n’aurait pas vu les choses de la même manière. La fille de Jacques et Bernadette Chirac, au départ “très favorable à voir honorer le nom de sa mère“, aurait finalement changé d’avis. Auprès de gala.fr, Béatrice Gurrey confirme : “Quand j’ai posé la question, on m’a dit que Claude devait redonner les papiers, mais qu’elle ne l’a jamais fait, donc c’est tombé à l’eau.”

Sauf que pour l’auteure du Roi emmuré, les choses sont vraisemblablement allées “beaucoup plus loin”. Comme le fait remarquer Béatrice Gurrey à gala.fr, à côté du nom de La Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France, on peut reconnaître le logo “Trademark”. “Ça veut dire que c’est une marque qui a été déposée, donc il y a sans doute des gens qui n’avaient pas envie que ça s’appelle Bernadette Chirac.” L’explication ne vient peut-être pas directement de Claude Chirac et pourrait donc se trouver ailleurs… Autre hypothèse : la fille de Jacques et Bernadette Chirac se serait retrouvée empêchée dans ses démarches, en raison du dépôt de la marque. Une sombre affaire qui n’a jamais été résolue puisque, deux ans plus tard, la Fondation que préside aujourd’hui Brigitte Macron porte toujours le même nom…

Crédits photos : Pierre Perusseau / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet