"C à vous" : Christophe Castaner révèle avoir été contaminé à la Covid-19 : "J’ai eu de la chance"

L’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a confié, sur le plateau de C à vous, lundi 9 novembre 2020, avoir contracté la Covid-19. Un virus qui a laissé “quelques traces”.

Restez informée

L’épidémie de coronavirus n’épargne personne. Invité lundi 9 novembre 2020 sur le plateau de C à vous sur France 5, Christophe Castaner s’est livré sur son état de santé. “J’ai eu le Covid il y a quelques temps avec des symptômes faibles, mais quelques traces dans ma santé personnelle” déclare-t-il à Anne-Elisabeth Lemoine quand elle lui demande s’il fait partie des “centaines de milliers de Français touchés personnellement par l’épidémie“.

L’ancien ministre d’Emmanuel Macron n’a pas voulu s’épancher longuement sur la manifestation du virus dans son organisme. “J’ai eu la chance d’avoir des symptômes faibles et peu de conséquences quand beaucoup de personnes, des jeunes, des plus jeunes que moi, en souffrent profondément” assure-t-il, sans donner sa date et son lieu de contamination.

Christophe Castaner n’avait pas respecté les gestes barrières

Le député estime également lors de cet entretien que les Français n’ont pas compris la violence de la deuxième vague et reste flou sur la date de la fin du reconfinement. Depuis, le début de la pandémie, 40 439 décès sont à dénombrer, à ce jour, en France. Le prédécesseur de Gérald Darmanin dénonce le non-respect du confinement. Il se veut alarmiste et invite plus que jamais les citoyens à prendre conscience des gestes barrières.

L’ex-locataire de l’Hôtel de Beauvau avait créé la polémique il y a quelques mois. En juillet 2020, il était apparu dans l’antre de l’Assemblée nationale sans masque, expliquant qu’il se rendait à une séance de sport. Une récidive, puisque l’homme d’État controversé avait déjà bravé l’interdit. Photographié, en mai 2020, en compagnie d’un groupe, sans aucune protection sur le visage, il avait finalement présenté ses excuses : “Cette photo prise, à la demande des couturières fières de leur travail, n’aurait pas dû être prise dans ces conditions. Nous le regrettons“.

Source: Lire L’Article Complet