Cannes 2021 : polémique en conférence de presse pour le film BAC Nord

Présenté hors-compétition au Festival de Cannes, BAC Nord a fait parler de lui. En conférence de presse, un journaliste de l’AFP a pointé un potentiel « problème » avec le film de Cédric Jimenez. Si l’équipe a d’abord été amusée, elle a vite perdu le sourire.

Gilles Lellouche

Très librement inspiré de faits réels, BAC Nord est un des films les plus nerveux de l’édition 2021 du Festival de Cannes. Présenté comme un « western urbain », il suit une bande de policiers de la BAC des quartiers nord de Marseille aux méthodes expéditives. Présenté hors-compétition ce lundi 11 juillet, le long-métrage de Cédric Jimenez a été salué pour ses scènes d’action, mais très critiqué pour son sous-texte politique, ce qui a donné lieu à un nouveau moment tendu sur la Croisette. Ce 12 juillet, dès le début de la conférence de presse, le journaliste irlandais Fiachra Gibbons, de l’AFP, a fait part de son ressenti. « Tout d’abord, félicitations, c’est un super film, très très fort. Mais il a juste une chose qui m’a gêné un peu. On est dans une année d’élection. Moi j’ai vu ça avec l’œil d’un étranger et je me dis : “Peut-être que je vais voter Le Pen après ça” », a-t-il déclaré. Les yeux écarquillés de surprise et de malaise, Cédric Jimenez n’a pas répondu tout de suite. Gilles Lellouche, lui, a éclaté de rire. « Je viens d’une cité en Irlande », a enchaîné Fiachra Gibbons, avant de devoir s’interrompre à cause de l’hilarité d’une partie de l’équipe du film.

Cédric Jimenez, embarrassé, défend BAC Nord

L’organisatrice de la conférence de presse a dû intervenir pour que le journaliste puisse enchaîner. « Peut-être que c’est une blague pour vous… », s’est-il désolé, avant de reprendre le fil de son intervention. « A part le petit garçon, la petite bête sauvage qui est dans la voiture de la police, les gens de la cité ne sont… que des bêtes, en fait ! C’est une vue qu’on a toujours dans les médias français : les zones où on ne peut pas passer, les zones hors de la civilisation, les zones où il faut réimposer la loi française, a-t-il expliqué. Le film est super, mais il y a un problème, là. On est dans une année d’élection. Vous y avez pensé, un peu ? J’étais gêné. Vraiment gêné. Et je n’étais pas le seul. » Prenant la chose avec plus de sérieux que son acteur Gilles Lellouche, Cédric Jimenez s’est défendu : « J’espère que Marine Le Pen ne va pas passer grâce à moi, ça m’emmerderait, a-t-il répondu. Au contraire, j’ai essayé avec le film de raconter effectivement des zones qui ont de grandes difficultés, donc qui peuvent paraître véritablement hostiles. Mais je ne pense pas qu’il faut régler ça avec un vote radical comme Marine Le Pen, pas du tout. »

Pour le réalisateur, BAC Nord propose « un point de vue, un angle » sur les quartiers nord de Marseille. Mais comme le lui a fait remarquer Fiachra Gibbons, ce regard est essentiellement du côté de la police dans le film. « Vous pensez que je défends les flics, dans mon film ? Ce n’est pas mon avis, désolé. Je pense avoir un peu plus de recul, s’est agacé le réalisateur marseillais. Je viens de ces quartiers-là, j’ai plutôt eu tendance à avoir des soucis avec la police quand j’étais plus jeune. » Gilles Lellouche est intervenu pour défendre le film : « C’est aussi un western urbain, avec tout ce que ça représente de mystification, de fictionnalisation et de cinéma, a-t-il rappelé. Ce n’est pas la réalité. Probablement. » Des explications qui n’ont pas convaincu les internautes, nombreux à juger BAC Nord comme un film « pro-flics » qui déshumanise les habitants des banlieues. Un point de vue qui ressort justement dans bon nombre des premières critiques cannoises du film… Le long-métrage sortira en salles le 18 août prochain.

Il a pas tort, ces gens là on les vois jamais dans nos quartiers mais quand y’a des sous à faire sur notre dos en nous faisant passer pour des animaux y’a pas de soucis !
Validé, bac nord ect … on est représenté que comme des animaux dealer, singe savant, pute, braqueur 🤮🤢 https://t.co/5pQVAQTZgO

Perso, un film intitulé "Bac Nord", je m'attends à ce que ce soit les syndicats de police qui protestent…

Bah visiblement, y'en a qui réussissent l'exploit de faire un film pro flic en partant de la Bac Nord de Marseille. 🤔

Le flemme anglais ça passe mieux apparement parce qu’en vrai même si le mec dit :
« Le film est super » pour pas froisser, son explication veut clairement dire « votre film c’est une grosse bouse de propagande raciste pro flic » & il a totalement raison #BacNord #GillesLellouche https://t.co/tgnScHYmvu

Gilles Lelouche, concernant le film Bac Nord, parle de "western urbain" lorsqu'est mis sur la table la représentation déshumanisante des habitant-es de cité. Le western est le genre cinématographique qui a le + participé à la réécriture de la colonisation américaine.

Source: Lire L’Article Complet