Ce jour où Johnny Hallyday explosa sa Ferrari à peine 4 heures après l’avoir reçue

On savait que Johnny aimait les belles voitures mais pas qu’il lui arrivait de les plier quelques heures à peine après les avoir achetées. C’est pourtant ce que raconte le photographe Jean-Marie Périer qui l’a bien connu, dans Déjà hier, un recueil de ses chroniques publiées sur Instagram, paru chez Calmann Lévy.

  • Johnny Hallyday
  • Laeticia Hallyday

Décidément, ces derniers jours, les confidences pleuvent au sujet de Johnny Hallyday. Dans Électrique, le livre que son ancien guitariste et directeur musical a co-écrit avec le journaliste Frédéric Béghin (éd.Plon), Yarol Poupaud raconte mille et une anecdotes truculentes. Dans le chapitre intitulé “Tu nous as rendu notre Johnny !” il décrit ainsi l’étonnant rituel du rocker avant de monter sur scène. Il évoque aussi cette fois où Johnny tente gentiment de le convaincre de se payer un tatouage et où il parvient à botter en touche sans le froisser. Et puis il décrit aussi leur complicité, et cette soirées lors de laquelle, après une dispute avec Laeticia il réussi à consoler le rocker avec une recette de sa spécialité.

Yarol Poupaud se souvient aussi de ce jour où il l’accompagne déjeuner avec ses copains bikers à Los Angeles, et où le chanteur lui propose de “prendre la Cad’”. Il s’agit de son coupé Cadillac de 1953, rutilant, marquée à ses initiales, qu’il vient tout juste de faire repeindre en bleu nuit et qui mesure 5,60 mètres de long, 2 mètres de large et pèse pas moins de 2 tonnes! Terrorisé à l’idée de la rayer, Yarol Poupaud avance trop doucement au goût de Johnny qui le colle à moto et s’agace : “Vas-y, qu’est-ce que tu fous ? Appuie !

Le photographe Jean-Marie Périer, qui a photographié les stars du monde entier et bien connu Johnny, confirme sa passion pour les belles voitures et pour la vitesse qui le grise. Dans Déjà hier, un chouette recueil de chroniques, photos et textes publiés sur Instagram, paru chez Calmann Lévy (288 p., 19 €), il raconte cette drôle de journée de 1966. Johnny venait de recevoir cette fois une Ferrari California qu’il avait récupérée le matin-même, juste avant son rendez-vous avec lui. “On se retrouve au bois de Boulogne pour faire une photo” se souvient Jean-Marie Périer. Clic clac Kodak, l’affaire est vite dans le sac. “J’emballe l’affaire en deux trois mouvements, après quoi il me donne rendez-vous pour déjeuner au Champs-Elysées et il démarre en trombe“. Sauf que Johnny n’arrivera pas au Champs-Elysées au volant de sa toute nouvelle Ferrari. Il ne lui faut que quelques secondes pour plier son véhicule flambant neuf. “Au prochain croisement, il explose son bolide contre un camion “, écrit Jean-Marie Périer qu’on imagine ahuri. Et de conclure : “L’engin n’aura duré qu’une matinée“.

A lire aussi: Johnny Hallyday: son guitariste dévoile son étonnant rituel avant de monter sur scène

Source: Lire L’Article Complet