Cédric Jubillar, bientôt sorti de prison ? La justice a rendu son verdict

Le 24 août 2021, les trois avocats de Cédric Jubillar ont demandé la remise en liberté de leur client. Le 2 septembre, le juge des libertés et de la détention a rendu son verdict, comme le révèle nos confrères du Point.

  • Delphine Jubillar

Le suspens n’a été que de courte durée. Le 18 juin 2021, Cédric Jubillar, soupçonné d’avoir tué sa femme Delphine et d’avoir caché son corps, était placé en détention provisoire pour “homicide volontaire sur conjoint”. L’homme de 33 ans, papa de deux enfants en bas âge, continue pourtant d’affirmer qu’il est innocent. Pour ses trois avocats, Me Emmanuelle Franck, Me Alexandre Martin et Me Jean-Baptiste Alary, cette détention est inacceptable. Selon ce dernier, interrogé par Femme Actuelle le 1er septembre, Cédric Jubillar serait victime d’un procès à charge sans aucune preuve. Le 24 août, et ce pour la deuxième fois, les trois avocats du prévenu ont fait une demande de remise en liberté. Le 2 septembre, le juge des libertés et de la détention a rendu son verdict, comme le révèle Le Point.

La demande de remise en liberté refusée : “Ce sont des critères tiroirs !”

“La demande de remise en liberté déposée le 24 août dernier par ses avocats a été rejetée“, peut-on lire. Selon le juge des libertés et de la détention, Cédric Jubillar doit être maintenu en prison pour ne pas risquer un “trouble à l’ordre public”. De plus, sa détention provisoire permettrait de “le protéger”, a affirmé le magistrat. Mais ce n’est pas tout. Selon nos confrères du Point, la remise en liberté du mari de Delphine Jubillar a également été refusée pour “protéger les preuves et indices” dans la mesure où le corps n’a pas été retrouvé. Enfin, Louis, le fils du couple, âgé de six ans, doit être “réentendu par les enquêteurs” de la section de recherche de Toulouse, et ce, sans que son témoignage ne soit influencé par son papa.

Interrogé par Le Point, Me Emmanuelle Franck n’a pas caché sa déception. Pour elle, les motifs évoqués par le magistrat ne sont pas recevables : “Ces motifs sont évoqués de façon très générale, ce sont des critères tiroirs, qui partent du pré supposé qu’il serait coupable, ce qui est tout à fait discutable”, regrette l’avocate de Cédric Jubillar. Accompagnée de ses deux confrères, l’avocate a d’ailleurs prévu de faire appel de cette décision. Une nouvelle demande qui implique donc qu’une deuxième audience devrait bientôt se tenir devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse. Pour l’heure, Cédric Jubillar est toujours présumé innocent.

Source: Lire L’Article Complet