Claude Sempère : comment Jean-Pierre Pernaut a aidé sa veuve en train de sombrer

Dominique Lagrou-Sempère était invitée de France Inter ce lundi 8 novembre. La journaliste était venue présenter son livre "Après l’orage », dans lequel elle se livre sur la mort de son mari, le grand reporter Claude Sempère, emporté par la maladie en 2019. Une terrible épreuve qu’elle a pu traverser grâce au soutien de Jean-Pierre Pernaut.

Elle a vécu un terrible drame. Dominique Lagrou-Sempère est venue présenter son livre, Après l’orage, ce lundi 8 novembre sur France Inter. Un texte écrit après la mort de son mari, le grand reporter Claude Sempère, et qui n’était pas destiné à être publié au départ. Mais ce sont ses enfants qui l’ont finalement poussée à en faire un livre. "Quand vous traversez cet orage, soit on sombre, j’ai sombré, soit on remonte. Et on remonte grâce à l’amour. Et l’amour, quand votre homme n’est plus là, c’est celui de ses enfants », a expliqué la journaliste face à Léa Salamé.

Et durant les moments très difficiles qui ont suivi la mort de son mari, emporté par la maladie, Dominique Lagrou-Sempère a également pu compter sur le soutien d’une personne importante : ean-Pierre Pernaut. Le célèbre présentateur, avec lequel elle a travaillé sur le 13 heures de TF1 pendant de nombreuses années, a même signé la préface de son livre. Dans l’ouvrage, elle explique qu’il avait le "sourire" qui lui donnait "de la force", qui lui donnait "la pêche" afin de surmonter la tragédie,

Dominique Lagrou-Sempère a retrouvé l’amour

Jean-Pierre Pernaut a aussi été de bons conseils, et comprenait la situation car il a lui aussi été victime d’un cancer, qu’il a désormais vaincu. "Il savait oui, et il a été un bon livre de chevet chaque jour", a ajouté son ancienne acolyte du 13 heures. Une aide qui a permis à Dominique Lagrou-Sempère de se reconstruire et également de retrouver l’amour.

"C’est le sujet sur lequel j’avais le plus de pudeur à parler, parce que le regard de la société est tellement fort, tellement culpabilisant", explique-t-elle au micro de France Inter, avant de reconnaitre que le regard de ses proches a été dur à supporter, mais qu’elle n’a pas pu résister à ce sentiment incontrôlable. "Tout comme on ne choisit pas de mourir, on ne choisit pas d’aimer, et heureusement que j’ai aimé, et que j’aime passionnément aujourd’hui." a conclu Dominique Lagrou-Sempère.

Source: Lire L’Article Complet