Clémentine Célarié terrassée par sa chimio : « Je me suis sentie mourir »

Pour la première fois, Clémentine Célarié brise son silence et raconte son combat contre le cancer du côlon. Invitée de la matinale de RTL, la comédienne s’est livrée sur son nouvel ouvrage Les Mots défendus (Ed Albin Michel), à paraître ce jeudi 4 novembre. Terrassée par sa chimio, elle s’est « sentie mourir »...

Clémentine Célarié brise son silence. Après deux années de maladie « sans vieillir », la comédienne de 64 ans se livre sur sa terrible bataille, qu’elle a tenté de cacher à ses enfants. Guérie d’un cancer du côlon, l’actrice décomplexée sur son âge, raconte son combat dans un nouvel ouvrage Les Mots défendus (Ed Albin Michel), à paraître ce jeudi 4 novembre. Invitée au micro de RTL, la fille d’André Célarié, décédé à 99 ans, a estimé avoir eu « énormément de chance de vivre cette épreuve et d’en sortir », rapportent nos confrères.

Si « Dire la vérité est déjà une forme de guérison » pour la mère de trois grands garçons, le chemin a été semé d’embûches : « J’ai eu la sensation de fondre, de disparaître. Si la moindre gentillesse devient une chose extraordinaire, la moindre chose néfaste devient atroce, elle te brûle en profondeur, te fait mal au cœur », confie-t-elle dans cet ouvrage poignant. Durant deux longues années « qui ont été comme dix« , la cinéaste changée par la disparition d’un être cher, s’est battue contre ce cancer qu’elle surnomme « pompon ».

Son message plein d’espoir : « Je vais vivre »

Terrassée par les traitements et la chimiothérapie, l’ancienne animatrice radio, pour qui la chirurgie a été salvatrice, s’est même « sentie mourir ». Guérie après deux années acharnées, Clémentine Célarié accueille la vie à bras ouverts : « fini, le cancer est parti, on me l’a enlevé, on l’a détruit », poursuit-elle dans les bonnes feuilles. « Je me sens si bien, libérée. Les épreuves sont des cadeaux quand on en ressort vivant. J’ai appris ça grâce à Lauren, ma sœur adoptive qui a la maladie de Charcot », écrit la star qui se dit épuisante en amour.

Heureuse de vivre, la réalisatrice du film Pierre et Jeanne sortie de son cauchemar qu’elle « pousse loin », se rétablit peu à peu : « Je dois reconstruire mon corps qui n’a pas été tant détruit que ça, mais que je sens un peu rouillé. Je dois renaître », admet l’artiste excessive en amour. Bien entourée, la passionnée se concentre sur sa nouvelle vie : « Maintenant je peux mourir tranquille, je sens l’amour tout autour de moi. Je vais vivre plutôt. Je vais vivre », assure-t-elle. De retour sur les planches dans la pièce « Une Vie », Clémentine Célarié renaît.

Crédits photos : bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet