« Dans un coin avec 19 meufs » : Benjamin Biolay se souvient de ses sorties en discothèque

Dans les colonnes du magazine Paris Match, Benjamin Biolay évoque avec beaucoup de nostalgie ses jeunes années dans un Paris qui lui semble aujourd’hui bien différent.

Benjamin Biolay, qui signe deux textes dans le nouvel album de Calogero, “Centre ville” et “Mauvais perdant”, a accordé une interview, une nouvelle fois très touchante, au magazine Paris Match. Il se souvient alors des soirées de folie qu’il passait en boîte de nuit à Paris quand il était tout juste majeur. “Les gars de notre génération, on a tous pourri au Baron. Nous, on parle du Baron comme les vieux parlent du Tabou ou Gainsbourg de l’Elysée Matignon”, se souvient l’interprète de “Comment est ta peine ?” âgé de 47 ans.

Benjamin Biolay, qui n’a pas sa langue dans sa poche, poursuit alors en détaillant ces fêtes qui n’en finissaient pas. Une période au cours de laquelle il jouissait encore d’une certaine intimité. “Moi j’étais toujours vautré dans un coin avec 19 meufs. Alors oui, il n’y avait pas la liberté sexuelle des anciens. Mais rien n’est jamais sorti du Baron, on ne s’est jamais fait ‘paparazzer'”, lâche-t-il nostalgique de cette époque révolue.

“Je sors à Buenos Aires”

Désormais, c’est loin de Paris que Benjamin Biolay fait la fête, par peur d’être reconnu. “Je ne sors plus à Paris. Je ne veux pas entrer dans un endroit et voir les gens se jeter sur Google ou Wikipédia pour vérifier qui tu es. Donc je sors à Buenos Aires, où personne ne connaît ma gueule. D’autant que les rares fois où j’ai mis les pieds dehors à Paris, je ne suis tombé sur le casse-couilles de service. Ça ne me plaît plus”, fait savoir l’artiste fâché avec Bénabar.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet