Delphine Jubillar vivante et cachée en Espagne ? Les révélations surprenantes de son mari

Selon Cédric Jubillar, soupçonné d’avoir tué sa femme il y a six mois à Cagnac-les-Mines, cette dernière serait toujours vivante, cachée en Espagne. Des propos retranscrits par ses avocats lors de l’audience du 6 juillet 2021, relatés par L’Indépendant.

  • Delphine Jubillar

Une théorie surprenante. Alors que l’enquête se poursuit dans l’affaire Delphine Jubillar, Cédric Jubillar, suspect numéro un dans la disparition de sa femme il y a six mois, continue de nier son implication. De plus, lors de l’audience tenue le 6 juillet 2021, qui devait trancher sur sa libération, les avocats de la défense ont retranscrit des propos du père de famille qui ont surpris le procureur général. En effet, alors que la théorie du “départ volontaire” est écartée depuis de nombreux mois, y compris celle de l’enlèvement, Cédric Jubillar, qui restera en prison jusqu’au procès, affirme que son épouse est bel et bien vivante et se trouve en Espagne. Un argument qui ne coïncide en rien avec les éléments du dossier.

Cédric Jubillar convaincu que sa femme est partie en Espagne

Comme l’a relaté L’Indépendant le 6 juillet 2021, Cédric Jubillar aurait affirmé aux enquêteurs que sa femme n’était pas morte mais bien vivante de l’autre côté de la frontière. “Le procureur général a également souligné le détachement absolu de Cédric Jubillar pendant l’enquête et s’est étonné de sa conviction que sa femme serait toujours en vie et se trouverait en Espagne“, peut-on lire dans l’article de nos confrères, présents lors de l’audience. Un argument qui n’a pas réussi à convaincre. Pire encore, le procureur général a décrit la personnalité du prévenu comme “autocentrée”, “capable de violences verbales et physiques”, exerçant “une certaine emprise sur sa femme qui se sent malheureuse avec lui”.

Pour le procureur, ainsi que les enquêteurs de la section de recherche de Toulouse, un seul objectif dans le viseur : “retrouver le corps”, a insisté le procureur général lors de l’audience tenue à la cour d’appel de Toulouse. Le 8 juillet 2021, le procureur général a refusé la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar, comme l’a révélé La Dépêche. Et pour cause, le parquet déplore notamment que la défense n’ait pas fourni d’autre adresse que celle de Cagnac-les-Mines en “alternance à la détention provisoire”. Il justifie également la demande de maintien en prison en “prévention de tout trouble à l’ordre public.”

Source: Lire L’Article Complet