Diana Ross : la star de Détroit

C’est dans cette ville industrielle du Michigan, proche du Canada, que la chanteuse américaine a débuté sa carrière.

Restez informée

Une enfant attirée par la mode

Diane Ernestine Earle Ross naît dans la capitale américaine de l’automobile, Detroit, dans le Michigan, le 26 mars 1944. Hormis quelques semaines chez son grand-père maternel à Bessemer, en Alabama, elle passe ses quatorze premières années dans le sud de la ville, sur Saint Antoine Street, puis Belmont Street, avec ses parents et sa sœur Barbara.

Elle y rencontre la future star de la soul Smokey Robinson. Après le collège, elle souhaite devenir créatrice de mode et poursuit des études de design. La famille emménage en 1958 à Brewster-Douglass, la plus grande cité HLM, où elle rencontre Florence Ballard, Mary Wilson et Betty McGlown. Les adolescentes forment la même année le groupe The Primettes.

Le succès grâce à Motown

Les jeunes filles sont engagées comme choristes pour d’innombrables enregistrements avec divers labels de la ville, et parviennent en 1961 à signer un contrat avec le plus grand d’entre eux, Motown (photo). Smokey Robinson, l’ami d’enfance, y est déjà une vedette. Rebaptisé The Supremes, le groupe se réduit à un trio après le départ de l’une des chanteuses, qui deviennent, en huit ans, des légendes de la musique soul grâce à des tubes comme Stop in the Name of Love (1965) ou You Can’t Hurry Love (1966).

Diane, renommée Diana, prend peu à peu l’ascendant, en partie grâce à sa liaison avec Berry Gordy, patron du label. La maison de disques quitte Detroit pour Los Angeles en 1972, et la chanteuse, devenue une superstar en solo, le suit. Elle ne reviendra plus vivre dans sa ville natale. Elle tourne définitivement la page Motown en 1981, quittant la société pour signer un contrat mirifique chez RCA .

Sa maison d’enfance retrouvée

En 2011, on apprend qu’une certaine Lawanda Flake a échangé en 2006 l’une de ses maisons contre un minivan, et que cette habitation était celle des parents de Diana Ross sur Belmont Street dans les années 1950 ! Rénovée, elle a été mise en vente en 2018 pour 110 000 €. Mais la star n’a pas cherché à la récupérer, déjà bien occupée par ses résidences de Greenwich (Connecticut), Venice (Californie) et New York.

Ce n’était pourtant qu’une faible dépense pour une artiste dont 70 chansons, en solo ou avec The Supremes, ont caracolé en tête des charts. Elle qui peut s’enorgueillir de ses deux étoiles sur Hollywood Boulevard (une pour elle, une pour le groupe). Un immense talent salué par la comédie musicale de Broadway en 2013 : Motown The Musical. La petite fille de Detroit est bel et bien devenue une légende de la musique populaire.

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Voyages n°41 juin-juillet 2020

A lire aussi :

⋙ Diana Ross : sa fille lui rend hommage en recréant un de ses clips phares

⋙ Madonna : son histoire d’amour avec New York

⋙ Mickael Jackson et Los Angeles, un amour tragique

⋙ Elvis Presley, le roi de Memphis

⋙ Jimi Hendrix : un Américain à Londres

⋙ Elton John : London forever

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet