Dîners Clandestins : Pierre-Jean Chalençon sorti de garde à vue et des millions non déclarés

Dans la tourmente depuis quelques jours après que M6 ait dévoilé des images de dîners clandestins, Pierre-Jean Chalençon n’est décidément pas blanc comme neige. D’après le papier du Libération, en kiosque ce 10 avril, le collectionneur n’a pas déclaré plusieurs millions d’euros.

A propos de


  1. Pierre-Jean Chalençon

L’art de détourner des millions. Pierre-Jean Chalençon, l’homme qui se dit être “un collectionneur fauché” endetté “pour vingt ans” depuis l’acquisition de son “palais” a eu des différends avec le fisc en 2019. Grand admirateur de Napoléon, il fait pourtant bien fructifier son activité. Les belles sommes d’argent intriguent alors le fisc. Il soupçonne Pierre-Jean Chalençon de ne pas déclarer totalement ses revenus, après avoir comparé ses comptes bancaires avec ses déclarations d’impôts de 2016 et 2017.

Selon les informations révélées par Libération, les impôts ont organisé une saisie rue de Vivienne le 23 septembre 2019. Tableaux, vaisselle, tapisserie d’Aubusson… et d’autres meubles et objets ont été listés par un huissier. La valeur totale de la saisie s’élève à 1,35 million d’euros. Il s’agit d’une action préventive pour se prémunir d’un éventuel redressement. Le rapport du fisc note que les opérations de ventes d’objets d’art de Pierre-Jean Chalençon laissent penser à “une activité occulte de marchand d’art et d’antiquités, activité non déclarée et dès lors non soumise aux impôts commerciaux et à la TVA.” En attendant que le litige soit réglé, aucune des pièces ne peut être vendue. Cependant, depuis octobre Pierre-Jean Chalençon a créé une société de conseil et de vente. Une entreprise qui devrait lui permettre de continuer son business sans craindre le rappel à l’ordre des impôts.

Soirées clandestines au palais Vivienne

Le propriétaire du “palais” parisien fait polémique depuis qu’il est soupçonné d’avoir organisé des dîners clandestins dans son gigantesque appartement de la rue Vivienne, dans le 11ème arrondissement de Paris. Une affaire qui a donné lieu à l’ouverture d’une enquête préliminaire pour “mise en danger de la vie d’autrui” et “travail dissimulé.” Le collectionneur est soupçonné d’avoir invité plusieurs personnes à un repas le 1er avril dans son établissement. Pierre-Jean Chalençon et le chef Christophe Leroy ont été placés en garde à vue jeudi soir à la suite d’une perquisition dans les lieux. Après avoir longuement été interrogés par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, celle-ci a été levé vendredi dans la soirée. Selon le parquet de Paris, aucun élément n’indique qu’il y avait des ministres ou des membres du gouvernement.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet