Disparition de Delphine Jubillar : cet objet introuvable au cœur de toutes les recherches

Cela fait près d’un an que Delphine Jubillar a disparu. En plus des enquêteurs, de nombreux inconnus et amis de la jeune femme de 33 ans continuent de chercher des indices pouvant faire avancer l’enquête.

La disparition de Delphine Jubillar, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn), est l’une des plus mystérieuses du moment. Elle a disparu sans laisser de trace et depuis près d’un an, les gendarmes en charge de l’enquête ont multiplié les recherches pour tenter de retrouver le corps de la jeune femme. En vain. Soupçonné de son meurtre, son mari, Cédric Jubillar, a été mis en examen et placé en détention provisoire en juin dernier. Il clame son innocence. De leur côté, les amies de Delphine Jubillar, très impliquées depuis l’annonce de sa disparition, n’ont pas cessé d’organiser des fouilles pour aider les gendarmes. Jeudi 4 novembre, elles ont passé au peigne fin la forêt entre Cagnac-les-Mines et une base de loisir. L’objectif ? Tenter de retrouver le corps de leur amie disparue, ou du moins, une trace de sa disparition, comme l’explique La Dépêche du Midi.

Pour cette fouille, une vingtaine de personnes était venue leur prêter main-forte. Principalement des femmes et des hommes vivant dans la région et qui connaissaient, de près ou de loin, l’infirmière de 33 ans. Si elles ne savaient pas vraiment ce qu’elles devaient chercher, un objet était au cœur des convoitises : le téléphone portable de la jeune femme. Depuis décembre 2020, celui-ci reste introuvable. Les enquêteurs avaient réussi à déterminer que ce dernier avait enregistré une activité vers 1 heure du matin, la nuit de la disparition, mais ne pouvaient pas affirmer qu’il avait été utilisé par Delphine Jubillar. Ce téléphone portable fait donc partie des preuves qui pourraient être décisives pour l’avancée de l’enquête.

Cédric Jubillar muré dans le silence

De son côté, Cédric Jubillar, qui est le principal suspect dans cette affaire, pourrait ne jamais passer aux aveux. C’est en tout cas ce qu’a expliqué une jeune femme, voulant rester anonyme, dans le documentaire de BFMTV, diffusé le lundi 18 octobre. « Je connais le comportement de Cédric, je sais comment il est et il restera dans son silence s’il a fait quelque chose« , a-t-elle annoncé.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet