Dominique Lagrou-Sempere a retrouvé l’amour après la mort de son mari Claude, elle raconte

Interviewée sur France inter, ce lundi 8 novembre, Dominique Lagrou-Sempere a évoqué sa nouvelle vie sans son mari Claude et le fait qu’elle a retrouvé l’amour, malgré elle.

Le 3 novembre dernier, Dominique Lagrou-Sempere publiait le livre Après l’orage, dans lequel elle revenait sur le décès de son mari Claude, emporté par un cancer en 2019, à l’âge de 55 ans, mais aussi sur son deuil. En pleine promotion, la journaliste a accordé une interview à Léa Salamé, au micro de France inter, ce lundi 8 novembre. L’occasion pour l’ancienne acolyte de Jean-Pierre Pernaut d’évoquer sa vie après la perte de son époux.

En révélant avoir « sombré », elle a expliqué avoir « remonté [la pente] grâce à l’amour », notamment celui de ses enfants, mais pas seulement. En effet, comme l’a rapporté Léa Salamé, Dominique Lagrou-Sempere s’est « autorisée à aimer de nouveau ». Elle l’annonce d’ailleurs à la fin de son ouvrage, en soulignant que ce sont ses deux enfants qui l’ont encouragée à refaire sa vie avec un autre homme que leur père. Précisant avoir eu « de la pudeur », à cause du « regard de la société », la journaliste a finalement décidé de briser le silence à ce sujet. Celle qui a dû affronter les jugements de ses proches a affirmé, haut et fort : « Tout comme on ne choisit pas de mourir, on ne choisit pas d’aimer. » « Heureusement que j’ai aimé et que j’aime passionnément », a-t-elle développé, avec enthousiasme, malgré les critiques qu’elle a pu essuyer.

Un homme qui avait déjà eu deux cancers

Au micro de nos confrères, Dominique Lagrou-Sempere a également parlé de la maladie de son défunt époux, qu’elle a traversée à ses côtés. « Quand j’ai appris que Claude avait un cancer, je voulais le lui prendre, parce qu’il en avait déjà eu deux. Je me suis dit : ‘Moi je n’en ai pas eu, donc je vais lui prendre.’ Et évidemment qu’on veut mourir avec, parce qu’on se dit que ce n’est pas normal de survivre », a déclaré la journaliste de 47 ans, qui s’était ensuite ressaisie pour le bien de ses enfants.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : IBO/SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet