Douche froide pour le prince Andrew : il n’échappera pas à la justice

Dans la tourmente, le prince Andrew, avec l’aide de ses avocats, s’efforce de bloquer la plainte pour agressions sexuelles déposée à son encontre depuis plus de six mois, en vain. Mercredi 12 janvier, un juge de New York a estimé la plainte recevable et un procès civil pourrait se tenir dans les prochains mois.

L’année s’annonce compliquée pour le prince Andrew. Impliqué dans le scandale d’agressions sexuelles lié à Jeffrey Epstein, le fils de la reine Elizabeth pensait pouvoir échapper à la justice grâce à un accord passé il y a plus d’une dizaine d’années, en vain. Mercredi 12 janvier, le juge Lewis Kaplan a estimé que la demande de rejet de la plainte déposée au civil à l’été 2021 par Virginia Giuffre – l’une des victimes des crimes sexuels du financier américain – pour agressions sexuelles devait être « refusée à tous égards ». Au-delà de tous leurs efforts, les avocats du prince n’ont pas obtenu le classement sans suite de la plainte.

Dans sa plainte, Virginia Roberts affirme que le prince Andrew l’a « agressée sexuellement » à trois reprises en 2001, alors qu’elle était âgée de 17 ans. « Les faits se seraient déroulés à Londres, New York et aux îles Vierges américaines, dans des résidences du couple formé par le multimillionnaire américain Jeffrey Epstein et la mondaine britannique Ghislaine Maxwell, tous deux amis du prince Andrew », rappelle Le Monde. Et si celui qui fut un temps marié à Sarah Ferguson nie « catégoriquement » avoir agressé la plaignante, affirmant n’avoir aucun souvenir d’elle, « nombre de photos largement diffusées attestent de la proximité entre Andrew, Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell et Virginia Giuffre » parmi lesquelles l’une dévoile le prince et Virginia Roberts se tenant par la taille.

⋙ Découvrez le Prince Andrew en plein tumulte qui s’offre une parenthèse au vert.

Cet accord qui aurait pu permettre au prince Andrew d’échapper à la justice

Pour plaider la cause de leur client, les avocats se sont appuyés sur un accord passé entre Jeffrey Epstein et Virginia Giuffre, en 2009. Révélé par les juges new-yorkais lundi 3 janvier, cet arrangement dévoile que la jeune femme s’est engagée à ne poursuivre ni Jeffrey Epstein ni « d’autres accusés potentiels » présents dans son entourage. Et si la défense estime que cet accord protège le prince Andrew, les avocats de l’accusatrice affirment quant à eux que le principal intéressé n’est pas « couvert » par cet accord qui « ne le cite pas » et dont « il n’avait même pas connaissance » à l’époque de la signature.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet