Élisabeth Moreno marquée par un drame : enfant, elle a mis accidentellement le feu au berceau de sa petite sœur

Enfant, Élisabeth Moreno a accidentellement mis le feu au berceau de sa petite sœur. Un drame qui lui a valu « le traumatisme de la culpabilité », comme elle l’explique dans le portrait que lui consacre Libération le jeudi 6 janvier 2022.

Restez informée

Alors qu’elle n’est encore qu’une enfant, Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, pose ses valises en France. La raison : un terrible accident domestique. En effet, elle a accidentellement mis le feu au berceau de sa petite sœur, Marie. Et gravement brûlée, la petite fille ne peut être soignée au Cap Vert. Un véritable drame, comme elle l’explique dans le portrait que lui consacre Libération le jeudi 6 janvier 2022. En 1976, alors que sa mère est absente, Élisabeth Moreno « laisse échapper une lampe à huile qui tombe dans le berceau de sa petite sœur Marie qu’elle était venue consoler« . Le nourrisson se retrouve alors dans un état critique. « J’ai mis des années à me débarrasser du traumatisme de la culpabilité« , explique celle qui a révélé la raison pour laquelle elle cache son œil. Finalement, comme l’indique le média, Marie sera sauvée après deux ans d’hospitalisation. « Ce pays a sauvé ma sœur, comment ne pas me sentir redevable envers lui », estime Élisabeth Moreno.

« Elle s’est faite seule »

Après avoir été directrice HP Afrique, Elisabeth Moreno accepte de rejoindre le nouveau gouvernement de Jean Castex le 6 juillet 2020. Un poste à hautes responsabilités pour celle qui « cochait toutes les cases de l’impossibilité » avec « des parents qui ne savant ni lire ni écrire, une femme, noire, élevée dans une cité et évoluant dans le bâtiment puis les techs », comme elle l’a indiqué au Figaro en 2019. Un parcours hors du commun d’une battante que la vie n’a pas épargné. Et pour cause, Élisabeth Moreno a subi un second traumatisme. L’une de ses petites sœurs a en effet perdu la vie en passant par dessus la fenêtre du logement familial à Athis-Mons dans l’Essonne. Un événement qui la rendra encore plus forte. « Élisabeth est un modèle pour beaucoup de femmes : elle est partie de rien, a beaucoup travaillé pour arriver là où elle est, n’a jamais été aidée et n’avait aucun réseau. Elle s’est faite seule », a rapporté sa sœur, Isabel Moreno, dans les colonnes du Figaro. Un destin semé d’embuches qui n’a fait que renforcer l’engagement de la politique âgée de 51 ans.

Source: Lire L’Article Complet