Elizabeth II au cœur d’un scandale : ses avocats pointés du doigt

Ce mercredi 28 juillet, le journal The Guardian évoque un stratagème utilisé par les avocats de la reine pour empêcher que ses biens fonciers écossais ne soient impactés par une nouvelle loi.

Dans les colonnes de The Guardian, les journalistes britanniques énoncent les faits : les avocats de la reine Elizabeth II auraient fait pression sur des ministres écossais pour empêcher que les terres de la reine ne soient concernées par une nouvelle loi. Le Guardian s’est appuyé, pour révéler cette information, sur les documents de Lily Humphreys, une chercheuse pour les Libéraux Démocrates Écossais. Concrètement, en février dernier, l’Écosse a voté une loi en faveur de l’énergie verte. Tous les détenteurs de terres écossaises doivent faciliter les installations d’infrastructures permettant de réduire les émissions de carbones. Mais les avocats de la reine auraient utilisé le “Queen’s consent”, une procédure parlementaire, pour empêcher que les biens fonciers possédés par la reine ne soient impactés par cette nouvelle loi.

Il y a désormais cinq mois, les avocats de la reine auraient obtenu une dispense. L’épouse de feu Philip Mountbatten se verrait ainsi exempter d’installer des “pipelines pour chauffer les bâtiments en utilisant des énergies renouvelables.” Le consentement de la reine avait été demandé en amont de la loi, le 12 janvier 2021, par John Somers, le secrétaire particulier de la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. Cependant, dès le mois de février – le mois du vote de la loi “Heat Networks bill” – le personnel proche du ministre de l’Energie d’Ecosse, Paul Wheelhouse, a remarqué que le projet de loi avait été modifié : le “ministre avait accepté l’amendement proposé qui répondrait aux préoccupations des avocats de la Reine”, explique l’un des proches du ministre. Aucune des terres d’Elizabeth II ne serait donc impactée par ces installations écologiques.

Une mauvaise passe

Selon The Guardian, le recours au “Queen’s consent” serait même assez fréquent. Cette information tombe plutôt au mauvais moment pour la famille royale britannique. Au mois d’avril, le Premier ministre, Boris Johnson, avait invité plusieurs dirigeants de grandes entreprises à se rendre, au mois d’octobre prochain, au château de Windsor dans le cadre d’une conférence sur le changement climatique. La nouvelle tombe d’autant plus mal que le prince William et Kate Middleton tiennent à cœur, depuis 2020, de défendre la cause climatique.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet