Emmanuel Macron : comment les soucis conjugaux de François Hollande l’ont convaincu de le « trahir »

En 2012, Emmanuel Macron a assisté à la détresse de François Hollande, comme le raconte le livre « Les Amateurs » de Jean-Michel Aphatie. En effet, les déboires de la vie privée de l’ancien chef de l’État ont altéré son image. À tel point, que le respect de l’époux de Brigitte Macron s’en est allé jusqu’à le « trahir » à cause de ses problèmes conjugaux.

Être à la tête du pays ne laisse pas de place pour des problèmes personnels à en croire les dires de certains. Dans les pages de son livre titré Les Amateurs, Jean-Michel Aphatie revient sur la relation entre François Hollande et Emmanuel Macron. L’époque ciblée est 2012, l’année où l’un est président et l’autre, l’ambitieux ministre de l’Économie. À en croire l’ouvrage, c’est là qu’ « Emmanuel Macron s’est fait une idée très négative de François Hollande » jusqu’à le « trahir ». Pourquoi ?

« Il l’a vu en grande difficulté à ce moment-là » peut-on lire en référence aux problèmes de couple auxquels a dû faire face François Hollande – entre le tweet de Valérie Trierweiler souhaitant la défaite de Ségolène Royal au départ en train pour le fort de Brégançon – . Les déboires de sa vie privée ont eu un fort écho sur sa popularité. Ce qui explique pourquoi « il est si dur avec lui quand il parle avec ses interlocuteurs de l’époque » mais également « qu’il quitte l’Élysée, il ne veut plus travailler avec lui. » François Hollande le dit lui-même : « au début, il vous trouve très bien, et puis, il voit vos faiblesses. » Il faut croire que le compagnon de Julie Gayet a été « aveuglée » par son « affection » envers l’actuel locataire de l’Elysée.

Emmanuel Macron : de ministre à président de la République

« Il n’avait pas programmé son entrée au gouvernement » selon le livre Les Amateurs de Jean-Michel Aphatie. Avant de poursuivre : « Mais une fois qu’il y est, il se dit que le renoncement de François Hollande est une possibilité. Et la suite lui donne raison. » En 2016, ce dernier annonce à Manuel Valls qu’il ne va pas se représenter pour un second mandat présidentiel en 2017. Une première dans l’histoire de la Ve République. Une décision saluée par certains et critiquée par d’autres. Il laisse donc la place à Emmanuel Macron qui remporte la présidentiel. Interrogé sur son successeur dans lExpress après son élection, François Hollande l’égratigne sans scrupule : « Sa victoire relève plus d’un refus d’une présidence d’extrême droite et non d’une adhésion à son programme. » Tous les coups sont permis en politique.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet