Emmanuel Macron irrité par une ministre : « Elle est plus près de la porte que de l’augmentation »

Les propos de Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur “l’islamo gauchisme qui gangrène l’université” ont provoqué l’agacement d’Emmanuel Macron. Ce dernier a dû fermement recadrer sa ministre comme le rapporte Le Monde.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

  2. Frédérique Vidal

Recadrée. Jusqu’ici méconnue d’une majeure partie des Français, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a récemment attiré tous les projecteurs. Celle qui est entrée au gouvernement en mai 2017 et qui peine décidément à convaincre, a provoqué un tollé en pointant du doigt l’‘islamo gauchisme” qui, selon elle, “gangrène” l’université. Pour s’y attaquer, cette dernière a demandé au CNRS de mener une enquête le 14 février dernier. Dans le monde universitaire et politique, le tollé ne s’est pas fait attendre.

Une polémique qui embarrasse Emmanuel Macron. En Conseil des ministres le 17 février dernier, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement a rappelé “l’attachement absolu ” du chef de l’Etat “à l’indépendance des enseignants-chercheurs”. “Un recadrage clair et ferme” comme le rapportent nos confrères du Monde. “Vidal est plus près de la porte que de l’augmentation, a fait savoir un conseiller de l’exécutif. En un proche d’Emmanuel Macron de faire part de son étonnement : “Je n’ai pas bien compris l’utilité de cette sortie. Elle est critiquée partout dans la majorité”.

“Elle crache au visage des chercheurs de France

“Nous ne pouvons que déplorer l’indigence de Frédérique Vidal, ânonnant le répertoire de l’extrême droite sur un islamo-gauchisme imaginaire” ont fait savoir très remontés, dans une tribune au Monde le 20 février dernier, plus de 800 membres du personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils réclament ni plus ni moins la démission de la ministre. “Elle doit partir. La ministre qui porte la disqualification de la recherche et de l’enseignement supérieur dans notre pays ne peut rester en poste” a souligné de son côté Yannick Jadot sur France 3 dans l’émission Dimanche en politique. Même son de cloche pour Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS, qui évoque “une dérive inacceptable”.

Les propos de Frédérique Vidal ont également provoqué la colère d’Isabelle Saporta dans l’émission Les Grandes gueules sur RMC le 17 février. “En ce moment à la fac, ce n’est pas un problème que les gamins ne puissent plus manger, qu’ils ne puissent plus assister aux cours depuis un an, mais apparemment c’est l’islamo-gauchisme“, a réagi la compagne de Yannick Jadot, très irritée, avant de lâcher : “Attendez, c’est la patronne de la recherche en France, elle crache au visage des chercheurs de France”. Elle a vivement regretté le peu d’importance accordé par la ministre à la situation des étudiants en ces temps de crise sanitaire.

Crédits photos : Witt Jacques/Pool/ABACA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet