Emmanuel Macron : pourquoi la mère du président de la République a eu très peur pour lui

Cible de critiques depuis le début de son mandat présidentiel, Emmanuel Macron a vu cette hostilité s’accentuer pendant la crise des Gilets jaunes. Son entourage a eu particulièrement peur pour lui, comme a témoigné Gaël Tchakaloff sur le plateau de TV5 Monde le mercredi 17 novembre 2021.

  • Emmanuel Macron

Candidat sans l’être encore. A priori, ce n’est qu’une question de temps pour qu’Emmanuel Macron entre dans la mêlée et se lance à sa propre succession, les 10 et 24 avril 2022. D’ailleurs, pour beaucoup, sa dernière allocution présidentielle, prononcée le 9 novembre 2021, le chef d’Etat a semblé s’engager un peu plus dans la course à sa réélection. Comme quoi les différentes vagues de critiques des Français qui ont déferlé depuis le début de son mandat ont rebondi sur son cuir bien épais. Gifle, jet d’œuf, invectives, rien ne semble ébranler le fan de football qui continue d’aller à la rencontre de ses concitoyens, au grand dam de sa compagne, qui le préférerait savoir bien au chaud à l’Elysée. La Première dame n’a en effet pas toujours l’esprit tranquille lorsque son ancien élève joue les « casse-cou » lors de ses nombreux déplacements, et même l’intéressé cède parfois à l’inquiétude, comme lors de la crise des Gilets jaunes.

La crise des Gilets jaunes jugée « hyper violente » par la mère du président

En décembre 2018, les protestataires envahissent depuis plusieurs semaines les rues et les ronds-points de France, criant une opposition d’abord à la taxe carbone, qui se mue en refus de la politique générale du gouvernement. Une période compliquée, voire « hyper violente » pour le couple présidentiel comme pour ses proches, comme l’a assuré Gaël Tchakaloff sur le plateau de TV5 Monde, le mercredi 17 novembre 2021. « Un moment, la maman d’Emmanuel Macron elle dit qu’elle se fait du souci« , a raconté l’auteur du livre Tant qu’on est tous les deux. Et d’expliquer la raison de son angoisse : « Elle (voyait) les têtes de son fils découpées comme ça pour faire croire qu’on va le décapiter. » Cette fracture sociale a fait remonter de vieux souvenirs à l’écrivaine, ceux où Alain Juppé lui avait prédit qu’une révolution se préparait. Le « Madame Irma » de Bordeaux avait vu juste, mais cette saleté de coronavirus lui a échappé.

A lire aussi : Brigitte Macron évoque cette habitude d’Emmanuel Macron qui l’agace au moment de se coucher

Source: Lire L’Article Complet