Emmanuel Macron : ses propos inquiétants sur l'évolution de l’épidémie de Covid-19

Interrogé au sujet de la crise sanitaire par Le Parisien et la presse régionale jeudi 29 avril 2021, Emmanuel Macron a tenu des propos plutôt inquiétants sur l’évolution de l’épidémie.

  • Emmanuel Macron

La crise sanitaire a commencé il y a plus d’un an et les Français n’en voient pas le bout. Malgré trois confinements, des couvre-feux, et la découverte d’un vaccin, l’épidémie est toujours présente sur le territoire et les réanimations sont encore saturées. La faute notamment aux nombreux variants qui rendent la tâche plus difficile pour le gouvernement. Les citoyens reconfinés depuis 3 avril 2021 attendent en outre avec impatience l’ouverture prochaine des commerces, des terrasses et la fin du couvre-feu, pour pouvoir reprendre une vie normale. Emmanuel Macron vient d’ailleurs d’esquisser les grandes dates du déconfinement dans un calendrier en quatre étapes dévoilé à la presse régionale. Mais cela ne signifie pas pour autant que la crise sanitaire prendra lieu en 2021…

Interrogé à ce sujet par Le Parisien jeudi 29 avril 2021, le chef de l’Etat a préféré rester prudent : “Je ne sais pas. S’il n’y a pas de nouveaux variants non maîtrisés, oui”, a-t-il fait savoir, avant d’ajouter : Peut-être aurons-nous à vivre avec le virus pendant des années et à nous refaire vacciner chaque année”. Emmanuel Macron espère toutefois ne plus être obligé d’avoir recours aux confinements : “C’est mon souhait le plus fort, et cela ne date pas d’aujourd’hui… Mais est-ce que je peux vous dire, les yeux dans les yeux, qu’on ne sera plus jamais débordé par ce virus ? C’est impossible”, a-t-il expliqué.

La nouvelle stratégie d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron avait fait le choix, durant le premier confinement (du 17 mars au 11 mai 2020) de fermer tous les commerces non essentiels ainsi que les écoles, et de limiter un maximum les déplacements des Français. Le chef de l’État avait toutefois a établi des règles moins strictes pendant les deux derniers confinements : “Je suis obligé de regarder la conséquence de la fermeture d’une école, quand un enfant n’aura pas un repas par jour ; ou encore la conséquence quand on demande à un commerce de fermer plusieurs semaines. Je sais leur détresse aujourd’hui. Nous devons prendre tout cela en compte”, a-t-il affirmé dans cette interview.

Source: Lire L’Article Complet