Emmanuel Macron trop obstiné ? Son ami Philippe Besson se confie sur ce défaut du Président

Invité dans l’émission d’Anne Roumanoff, Ça fait du bien, diffusée sur Europe 1 mercredi 3 février 2021, l’écrivain Philippe Besson s’est livré sur son amitié avec le Président Emmanuel Macron… et a notamment évoqué l’un de ses défauts : “l’obstination.”

  • Emmanuel Macron

Philippe Besson est un proche du Président depuis des années. Pour la campagne présidentielle, il avait obtenu le droit d’intégrer son équipe rapprochée. Une proximité qui lui a offert une multitude d’anecdotes croustillantes à raconter dans son livre publié en septembre 2017, Un personnage de roman, portrait intime consacré à la conquête de l’Elysée d’Emmanuel Macron. Invité dans l’émission d’Anne Roumanoff, Ça fait du bien, diffusée sur Europe 1 mercredi 3 février 2021, l’écrivain se montre très critique envers son propre livre. “Je le connaissais avant qu’il ne se lance dans la campagne présidentielle”, rappelle-t-il. “On était devenus amis à la faveur d’un dîner chez des amis communs trois ou quatre ans avant. C’est quelqu’un que je fréquentais. Quand il s’est lancé dans la campagne présidentielle, j’étais très surpris parce que, franchement, je pensais qu’il n’avait aucune chance de gagner. Quand il m’en a parlé, je lui ai dit ‘Mais c’est idiot ! Pourquoi ?’ Finalement, il a gagné […] À la fin ça donne un livre couac et bancal : je ne suis pas journaliste, je regardais ça avec une forme de subjectivité assumée mais aussi sans distance, d’une certaine manière, donc je ne suis pas sûr que le livre soit très réussi.”

“Emmanuel, on peut tout lui dire mais ça le fait assez peu changer d’avis”

Depuis, Philippe Besson a réussi à prendre la distance qu’il lui fallait pour juger les actions de son ami de Président. “Je regarde ce mandat avec une certaine distance, mais c’était déjà le cas avant”, affirme l’écrivain. “Nous sommes amis, mais j’avais avec lui, déjà avant, des différends et des différences politiques. Moi, je suis de gauche ! Lui était supposé être de droite et de gauche, il s’est plutôt révélé de droite et de droite, quand même. Donc il y a une distance qui s’est créée. Mais, fondamentalement, le pauvre doit gérer un nombre de difficultés impressionnant…” Ainsi, Philippe Besson n’hésite pas à frapper à la porte du chef de l’Etat pour lui signaler ce qu’il juge être des erreurs, comme la fermeture des lieux de culture pendant la pandémie du coronavirus. “Emmanuel, on peut tout lui dire mais ça le fait assez peu changer d’avis”, insiste Philippe Besson, soulignant son “obstination.” L’écrivain détaille ensuite : Vous pouvez tout lui dire, il écoute, ne se vexe pas, ne se formalise pas, mais on n’est pas tout à fait certain qu’il entende, qu’il en tienne compte. Je dirais même qu’on est presque certains qu’il n’entend pas.” Emmanuel Macron appréciera.

A lire aussi : Covid-19 : l’annonce surprise d’Emmanuel Macron sur le vaccin

Source: Lire L’Article Complet