Emmanuel Macron : un proche balance sur ses relations avec Edouard Philippe

Depuis qu’Edouard Philippe a quitté son poste de Premier ministre en juillet 2020, les tensions seraient persistantes entre le chef d’Etat et son ancien bras droit. Une information que confirme un proche.

Édouard Philippe

Emmanuel Macron

En 2020, quelques mois après le début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron voyait son soutien de toujours et bras droit Edouard Philippe lui remettre sa démission de Premier ministre en main propre. Après des mois de crise sanitaire, le mari d’Edith Chabre souhaitait officiellement se consacrer à la ville du Havre, dont il est redevenu maire le 5 juillet 2020. Officieusement, des tensions entre l’homme politique et Emmanuel Macron seraient à l’origine du départ de l’ex-Premier ministre. Les semaines de confinement et les différences d’opinion entre les deux hommes auraient eu raison de la bonne entente qui régnait pourtant jusqu’alors. Près d’un an après le grand départ de Matignon d’Edouard Philippe et l’arrivée de Jean Castex, le monsieur déconfinement de l’époque, les relations sont-elles apaisées entre le président de la République et son ancien poulain ? A en croire les propos d’un proche des deux hommes au Parisien, la réponse est non même s’ils n’ont jamais été sur le point de s’entretuer.

« Pas de relations particulières »

Les deux hommes vont pourtant devoir prendre sur eux puisque dans quelques jours – la date officielle n’a pas encore été communiquée -, Edouard Philippe devrait être fait grand officier de la Légion d’honneur pour son travail de Premier ministre, par Emmanuel Macron lui-même. Des retrouvailles qui pourraient s’annoncer un peu fraîches selon un proche qui affirme, toujours au Parisien, qu’entre les deux hommes, « il n’y a pas de relations particulières ».

La prochaine élection présidentielle met-elle Edouard Philippe et Emmanuel Macron en compétition ? Si l’ex-Premier ministre n’a jamais confirmé sa candidature, il refuse toujours d’afficher un quelconque soutien au président sortant. Les deux anciens complices ne devraient pas se crêper le chignon pour autant quand ils se retrouveront : « Ce sera un moment de reconnaissance et de remerciements pour un homme loyal et un grand serviteur de l’Etat qui a participé fidèlement aux trois premières années du quinquennat ». Et peut-être aux cinq ans du mandat suivant…

Source: Lire L’Article Complet