Éric Dupond-Moretti : cette reprise d'Isabelle Boulay qui le fait "pleurer"

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Dans son livre Le droit d’être libre (éd. L’aube), qu’Éric Dupond-Moretti a écrit avec le journaliste Denis Lafay, le garde des Sceaux dévoile son amour pour la chanson française. Parmi tout le répertoire classique, un titre, interprété par sa compagne, Isabelle Boulay, lui arrache une larme à chaque écoute.

  • Eric Dupond-Moretti
  • Isabelle Boulay

Dans son livre Le droit d’être libre (éd. L’aube), qu’il a écrit sous forme de dialogue avec le journaliste Denis Lafay, Éric Dupond-Moretti confie son amour pour la “belle chanson française”. Rien d’étonnant quand on sait que le nouveau garde des Sceaux vit un amour passionné avec la chanteuse québecoise Isabelle Boulay, dont il partage la vie depuis plusieurs années. D’ailleurs, parmi les titres de son répertoire, un en particulier émeut profondément l’avocat. C’est une reprise de Serge Reggiani, Si tu me payes un verre, revisité par sa belle. “Éric m’avait confié ‘pleurer’ à la voix qu’elle pose sur ‘Si tu me pays un verre’ “, écrit Denis Lafay dans son ouvrage, lu avec attention par nos confrères de Gala.

Une phrase lourde de sens

L’émotion qu’exhale la voix de la chanteuse dépasse même celle qu’on croyait réservée au seul timbre et au seul vécu de Serge Reggiani”, précise le journaliste. Mais pourquoi ce titre en particulier suscite tant d’émotions chez celui dont le flegme semble inébranlable? Dans l’un des couplets de la chanson, on peut entendre cette phrase, qui résonne particulièrement chez le ministre de la Justice :Ne jamais juger le bon ni la canaille.” Un seul passage aurait suffi pour comprendre ce que la chanson déclenche dans le corps d’Éric, dans le corps de l’homme et de l’avocat Dupond-Moretti, dans le corps de celui qu’ont tour à tour mutilé, réparé, enfiévré, enivré, restauré, tuméfié, exalté, démembré, tant de luttes et tant de plaidoiries”, enchérit le journaliste. Et d’ajouter : “Éric sait qu’il est lui-même bon et canaille, il sait que tout individu est à la fois bon et canaille”, comme les personnes qu’il défend chaque jour au tribunal.

À lire aussi : Éric Dupond-Moretti : “je n’aime pas la transparence”, ces propos qui choquent les internautes

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet