EXCLU – “Une souffrance” : Isabelle Ithurburu marquée par sa participation à Nouvelle Star

La journaliste de Canal+ s’est confiée en exclusivité à Gala ce 23 juin. Sa passion pour le rugby, sa place de femme dans le monde du journalisme sportif, et surtout le douloureux souvenir de sa performance à Nouvelle Star, l’animatrice s’est livrée sans concession.

A propos de


  1. Isabelle Ithurburu


  2. Maxim Nucci

Les amateurs du Canal Rugby Club, qu’elle présente depuis 2015, la connaissent bien. Isabelle Ithurburu figure parmi les journalistes sportives les plus célèbres de France. La jeune femme de 39 ans partage sa vie avec le chanteur Yodelice, et a fait de sa passion pour le ballon ovale une vocation. Un intérêt pour le sport qu’elle doit à son père, comme elle l’explique ce 23 juin dans les colonnes de Gala. L’un de ses premiers souvenirs, la victoire de la France sur les All Blacksen demi-finale de la Coupe du monde 1999 : « Une émotion inédite. D’une telle force ! Jamais éprouvée depuis », confie-t-elle. Après treize années au service des sports, la native de Pau, terre de rugby, a depuis fait ses preuves sur la chaîne cryptée. Si Isabelle Ithurburu est sur le point d’entamer sa dixième saison en ovalie, certains points de son CV lui laissent un goût amer.

Bien avant de se consacrer au sport, l’animatrice s’est essayée au chant. En 2007, alors qu’elle est encore étudiante et « choriste dans le groupe de rock de [son] frère Sébastien », elle participe à la cinquième saison de la Nouvelle Star. La même année que Julien Doré. Une idée de ses amis, qui l’ont inscrite pour « rigoler ». Sélectionnée pour chanter lors du premier prime du télécrochet de M6, la future spécialiste du Rugby à XV est éliminée après avoir interprété le titre Butterfly de Superbus. « Ce souvenir est une souffrance », grimace la journaliste. « Je me suis vautrée en direct, d’autant qu’en plus il fallait danser », se souvient-elle. Elle ajoute : « […] le stress m’a étouffée, et j’ai fini en apnée à Baltard ». Aujourd’hui, la mère de Mia, 4 ans, ne fredonne que des berceuses : «[…] j’ai un beau répertoire », plaisante-t-elle, préférant laisser la musique à son compagnon, Maxim Nucci (Yodelice).

⋙ PHOTOS – Maxim Nucci et Isabelle Ithurburu, enceinte : le couple heureux et très amoureux en attendant la naissance de leur bébé

Journaliste sportive, un statut loin d’être une sinécure

A la suite de cette mauvaise expérience, Isabelle Ithurburu dit avoir développé une peur du direct. Lorsqu’elle arrive à Infosport+ en 2009, la jeune Paloise est terrorisée. A tel point qu’elle fait une réaction cutanée : « Je donnais l’impression d’avoir 12 ans, j’étais couverte de plaques rouges […] », déplore-t-elle à nouveau. « Une blague », estime-t-elle en évoquant les images qu’elle souhaite « ne plus jamais revoir ». Fort heureusement, la journaliste a su dépasser son manque de confiance, et ne manque pas de battre des records d’audience aux côtés de Sébastien Chabal, qui l’accompagne à la présentation du Canal Rugby Club.

Une place qui ne lui vaut pas que des compliments. Si elle est appréciée par la plus grande partie des supporters, quelques irréductibles s’évertuent à critiquer ses analyses en raison de son genre : « On ne va pas se mentir, le fait que je sois une femme continue d’en gêner certains […] », glisse-t-elle, avant d’admettre que ses détracteurs sont « de moins en moins nombreux ». Un sexisme ambiant qui gangrène parfois les rédactions, et que sa consœur Marie Portolano, ex-visage du football sur Canal+ – qu’elle a quitté pour M6 en 2021 – évoquait dans son documentaire Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste. Isabelle Ithurburu y avait témoigné avec d’autres noms de la profession.

Notre interview d’Isabelle Ithurburu est à lire en intégralité dans le nouveau numéro de GALA, en kiosque ce jeudi 23 juin ou disponible en cliquant ici. Vous pouvez aussi recevoir GALA chez vous chaque jeudi en profitant d’une offre d’abonnement Sans Engagement !

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Frédéric Chambert / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet