Féminicide de Julie Douib : son ex-compagnon Bruno Garcia reconnu coupable, que deviennent leurs enfants ?

Mercredi 16 juin 2021, Bruno Garcia-Cruciani a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat de son ex-compagne Julie Douib, commis deux ans plus tôt. Mais que vont devenir les deux enfants du couple, âgés de 10 et 13 ans ?

Restez informée

La justice a été rendue pour Julie Douib. Mercredi 16 juin 2021, moins d’une semaine après l’ouverture de son procès, Bruno Garcia-Cruciani a reçu son verdict. La cour d’assises de Bastia l’a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans (une période pendant laquelle il ne pourra pas demander d’aménagement de peine). Le père de famille de 44 ans a donc été reconnu coupable de l’assassinat de son ex-compagne, le 3 mars 2019 à l’Île-Rousse, en Corse. Un drame qui avait marqué la France toute entière, en médiatisant (enfin) le problème des féminicides dans le pays. La mort tragique de cette jeune femme de 34 ans avait d’ailleurs été le point de départ du Grenelle sur les violences conjugales porté par la ministre Marlène Schiappa. Il faut dire qu’avant d’être tuée par son ex-conjoint, Julie Douib avait porté plainte à sept reprises, dont la dernière fois deux jours avant le crime.

Si Bruno Garcia-Cruciani a toujours assumé son geste, se rendant lui-même à la gendarmerie moins d’une demi-heure après avoir tué la mère de ses deux enfants, il avait nié fermement la préméditation. Pourtant, la justice a considéré le contraire, s’appuyant notamment sur les recherches internet (glaçantes) de l’accusé quelques jours avant le crime. Par ailleurs, comme le rapporte Le Monde, l’avocate générale a rappelé lors du procès que “de nouvelles cibles existent”. Bruno Garcia-Cruciani a en effet proféré des menaces à l’encontre de Lucien Douib – le père de la victime, qui n’a cessé de se battre pour la reconnaissance des féminicides en France – et du professeur de sport avec qui Julie Douib était en couple à l’époque.

Les deux garçons, “terrifiés à l’idée que leur père les arrache à leur famille”, ont été confiés à leurs grands-parents maternels

La cour d’assises a par ailleurs condamné Bruno Garcia-Cruciani à verser 10.000 euros à l’ensemble des parties civiles, et à l’interdiction de détenir une arme pendant 15 ans. De plus, le meurtrier s’est vu retirer son autorité parentale sur les deux garçons qu’il a eus avec Julie Douib, aujourd’hui âgés de 10 et 13 ans. Une “mesure destinée à protéger les enfants”, comme l’a expliqué la présidente du tribunal. Car pendant le procès, Bruno Garcia-Cruciani a répété à plusieurs reprises sa volonté de contester la garde de ses fils, accordée aux parents de Julie Douib, pour les ramener avec lui en Corse. L’avocate des deux enfants, parties civiles dans le dossier, les a décrits comme “terrifiés à l’idée que leur père vienne les chercher et les arracher à leur famille, comme l’ont rapporté nos confrères du Point. Deux jeunes garçons “condamnés à la douleur à perpétuité”, qui “savent que papa a tué maman de manière réfléchie”. D’ailleurs, Bruno Garcia-Cruciani a tenu à réserver ses “excuses et regrets” à ses fils, refusant en revanche d’en présenter aux parents de son ex-compagne, présents dans la salle d’audience depuis le début du procès. Pour rappel, le prévenu dispose d’une période de dix jours pour faire appel de la décision du tribunal et, potentiellement, entamer une procédure pour destituer ses ex-beaux-parents de la garde de ses enfants. Reconnu coupable de féminicide, Bruno Garcia-Cruciani devrait également être privé de solidarité familiale, si le tribunal maintient sa condamnation dans un éventuel deuxième procès.

A lire aussi : Créer un statut de victimes pour les proches de féminicides : la réponse d’Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles

Source: Lire L’Article Complet