Fini les présidentielles pour Marine Le Pen ? “Je pense que trois, c’est déjà un parcours”

Dans une interview accordée au Figaro, Marine Le Pen a confirmé que sa troisième candidature à l’élection présidentielle était « a priori » la dernière.

Marine Le Pen ne sera pas une quatrième fois candidate à l’élection présidentielle. Elle l’avait déjà affirmé en février et l’a répété une nouvelle fois, dans les pages du Figaro, ce vendredi 13 mai. Cependant, ses déclarations ne sont pas vraiment définitives. « J’ai une pensée construite et linéaire. J’essaye de peser mes mots. Quand je dis ‘a priori’, cela veut dire sauf événement exceptionnel. A priori, donc« , a-t-elle confié au quotidien. Son retrait de la course à la présidentielle est ainsi bien embarqué, mais si les choses ne se passent pas comme prévu pour son successeur, il se pourrait que Marine Le Pen reprenne sa place de numéro 1 du Rassemblement national.

La candidate, qui est arrivée deux fois au second tour de l’élection présidentielle, a fait le point sur son parcours et semble en être plutôt satisfaite : « Je pense que trois présidentielles, c’est déjà un parcours. Qui m’a permis de faire monter nos idées de 18% à 42%. Ce qui, en dix ans, est une belle dynamique. » Cependant, les choses ne s’arrêtent pas là pour le RN, même si Marine Le Pen n’est plus celle qui porte les idées du parti : « Je sais que cette dynamique n’est pas terminée pour nos idées. La question, c’est qui les portera dans cinq ans. Il est beaucoup trop tôt pour en parler. Mais j’aimerais évidemment, moi aussi, voir émerger une nouvelle élite« , a-t-elle précisé.

> Découvrez les hommes qui ont compté dans la vie de Marine Le Pen

Qui pour remplacer Marine Le Pen ?

Pour beaucoup, la relève du Rassemblement national à l’élection présidentielle ne peut être que Jordan Bardella, l’actuel président du parti. Dans les pages du Figaro, Marine Le Pen assure que rien n’est fait, mais que Jordan Bardella serait un bon choix : « Le rôle de notre mouvement dans les années qui viennent est, d’une part, de concevoir le projet national du XXIe siècle, et de l’autre, faire émerger une nouvelle élite. Jordan Bardella me paraît très bien placé pour ce faire« , a-t-elle assuré avant de tacler son principal opposant : « C’est d’ailleurs un des grands échecs d’Emmanuel Macron. Il n’aura fait émerger personne de nouveau. »

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Laurent Sanson/Panoramic/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet