Flashback – Quand Emmanuel Macron était harcelé sexuellement, au grand dam de Brigitte

Pendant plusieurs mois, de 2015 à 2016, Emmanuel Macron a été victime de harcèlement sexuel, une jeune étudiante de 29 ans lui envoyant régulièrement des messages d’amour et des photos érotiques. Une obsession qu’a peu apprécié son épouse Brigitte.

Il est facile de l’oublier tant le président de la République est aujourd’hui vivement critiqué. Lorsqu’il s’est lancé dans l’arène politique, Emmanuel Macron a fait naître une véritable ferveur autour de sa personne, lui dont la jeunesse et le look détonnaient tant dans les arcanes corsetées du pouvoir. Mais cette passion Macron a été un peu trop fervente chez certaines. Lorsqu’il était ministre de l’Economie de François Hollande, le chef de l’Etat a en effet été victime de harcèlement sexuel. Au grand dam de son épouse Brigitte Macron, qui a fait sienne la mission de protéger son homme.

Retour sur cette affaire délicate. Nous sommes en février 2016 et Emmanuel Macron décide de porter plainte contre une étudiante en droit de Montpellier (Hérault) qui le harcèle par mail depuis septembre 2015, inondant sa boîte de messages d’amour et de clichés suggestifs. “Il s’agissait de messages à caractère érotique. C’étaient des mails dans lesquels elle lui déclarait sa flamme. Il y avait aussi des photos d’elle, dans le détail desquelles nous n’entrerons pas” indique alors une source judiciaire à Midi Libre, comme nous vous le rapportions à l’époque.

Harcelé par une “personne perturbée”

La jeune femme de 29 ans obtient l’adresse personnelle du ministre en décembre 2014, après que ce dernier l’ait partagée avec un groupe de jeunes entrepreneurs pour qu’ils lui envoient des idées d’innovation. Mais en lieu et place d’idées innovantes, ce sont des messages osés et des photos érotiques que cette dernière lui fait parvenir, en masse. Après des mois de harcèlement sexuel virtuel, Emmanuel Macron porte finalement l’affaire devant la justice le 16 février 2016. Et une étudiante gabonaise est placée en garde à vue suite à une enquête de la police de Montpellier.

“C’est une personne perturbée sur le plan psychiatrique qui envoyait depuis plusieurs mois des mails et des photos déclarant sa flamme à Emmanuel Macron” explique à l’époque le procureur de la République de la ville Christophe Barret à Reuters, une information rapportée par Capital. “Au vu de la répétition des mails, le ministre a déposé plainte mais c’est une personne qui ne présente pas un danger à proprement parler” précise-t-il toutefois. En garde à vue pour “messages réitérés malveillants en vue de troubler la tranquillité d’autrui”, l’étudiante est ainsi rapidement relâchée après une expertise psychiatrique. Elle écope uniquement d’un rappel à la loi.

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet