Franck Dubosc révèle cette touchante attention de son père avec laquelle il a été bouleversé

Franck Dubosc est à l’affiche le lundi 8 novembre de La Dernière partie sur TF1, une fiction largement inspirée de l’histoire de son père. Ce dernier, décédé de la maladie de Charcot, lui a légué un dessin très symbolique à ses yeux, que le comédien a mentionné devant les caméras de Sept à huit, le 7 novembre 2021.

  • Franck Dubosc

On est bien loin de son personnage de Patrick Chirac, de son slip de bain moulant et de son adoration pour le Benco. Avec La dernière partie, diffusé le lundi 8 novembre à 21h05 sur TF1, Franck Dubosc donne à voir une facette plus sensible, grave et méconnue de sa personnalité. Dans ce téléfilm poignant, celui que le grand public connait surtout pour ses rôles comiques joue un avocat sur le point de recevoir la Légion d’honneur apprenant que son père (incarné par Guy Marchand), gravement malade, a choisi le jour de la cérémonie pour mourir. Un scénario inspiré de l’histoire du comédien dont le papa, atteint de la maladie de Charcot, est décédé en 2002. « Cette envie de parler de mon père me suit depuis longtemps. Il fallait que je sois prêt. Et puis, il y a dix ans, on ne m’aurait pas donné le crédit de faire un film entier sur la fin de vie de mon père », a avancé le flirt d’un soir de Valérie Lemercier à nos confrères de 20 minutes, le 7 novembre 2021.

« Il m’a remis un dessin que j’ai toujours sur moi »

Audrey Crespo-Mara et les caméras de Sept à huit ont également donné l’occasion à Franck Dubosc de revenir sur le grand vide qu’il a encaissé suite à la perte de son être cher mais très taiseux. Et l’habituel trublion, qui refuse que ses enfants regardent Camping, est sorti de son registre en pleurant à chaudes larmes lorsqu’il a évoqué un moment particulier de sa carrière : le jour où il a présenté son spectacle à l’Olympia. « Il a vu que j’avais fait l’Olympia. Il n’est pas venu à l’Olympia. Il ne pouvait pas se déplacer. Mais il a vu que j’avais fait l’Olympia« , a expliqué l’ex-complice d’Elie Semoun, à qui son géniteur lui a adressé une attention très symbolique. « Il m’a remis un dessin que j’ai toujours sur moi dans mon agenda. C’est un dessin de moi sur la scène de l’Olympia (…) Mais c’est dessiné comme un enfant parce qu’il ne pouvait plus se servir de ses mains. » Et de poursuivre, très ému : « Il y a un mot qui dit qu’il lutte contre cette terrible maladie… qui dit que c’est lui qui gagnera [contre la maladie]. » Une lettre encore difficile à lire pour l’homme dont les yeux couleur bleu azur ont pris un petit coup de rouge.

Intime comme jamais. #FranckDubosc est à l’origine du film sur la fin de vie de son père atteint de la maladie de Charcot et sur la relation compliquée qu’ils auront toujours eue.

Il est ce soir « Le Portrait de la Semaine » d’@audrey_crespo, dès 18h20 sur @TF1. pic.twitter.com/xwLQdTiZIv

A lire aussi : Franck Dubosc : ses touchantes confidences sur la fin de vie de sa mère

Source: Lire L’Article Complet