François Hollande, rancunier envers Emmanuel Macron ? Il répond

Le 27 octobre 2021, dans les colonnes du Midi Libre, François Hollande est revenu sur le départ d’Emmanuel Macron de son gouvernement en 2016 pour créer son mouvement En marche, et devenir Président neuf mois plus tard. Rancunier ? Il répond.

  • François Hollande
  • Emmanuel Macron

Un chapitre qui aura marqué le mandat de l’ancien Président. Le 30 août 2016, alors qu’il est ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron démissionne du gouvernement de François Hollande pour fonder son propre parti, En Marche. Une rupture brutale qui sera soldée par trois mots envoyés par SMS. Neuf mois plus tard, le 14 mai 2017, le mari de Brigitte Macron est élu président de la République et récupère les clefs de l’Élysée sous le regard soucieux de son désormais prédécesseur. Pour François Hollande, qui vient d’affronter une tempête médiatique suite à la révélation de sa liaison avec Julie Gayet, c’est un choc. Interrogé à ce sujet dans les colonnes du Midi Libre le 27 octobre 2021, l’ancien chef d’État a répondu en toute franchise sur ce chapitre de sa vie politique.

« Je ne suis pas dans la rancune »

L’ancien Président aurait-il du mal à tourner la page ? Ce dernier préfère répondre avec philosophie : « Je ne suis pas dans la rancune ou les règlements de compte, j’essaie de dépersonnaliser autant que possible mes jugements sur les politiques qui sont suivies », confie-t-il à nos confrères du Midi Libre. Afin de prouver qu’il n’est habité par aucune forme de rancœur, l’ancien président de la République reconnaît même que le mandat de son successeur ne fut pas de tout repos : « Il a affronté la crise sanitaire, elle était inédite et mondiale. […] Qui peut prétendre qu’il aurait fait mieux ? », déclare-t-il.

Pourtant, François Hollande n’a pas toujours été si bienveillant envers Emmanuel Macron… Lors des commémorations du 11 Novembre 2020, l’ancien chef d’État avait glissé une remarque étonnante à l’oreille de son successeur : « Ça va? C’est pas trop dur en ce moment ? Difficile? », avait-il demandé. Interrogé à ce sujet sur France Inter deux jours plus tard, ce dernier avait affirmé sa bonne intention : « C’est qu’il ne peut pas y arriver seul, il doit dialoguer, il doit concerter, associer et faire vivre les institutions. » De mauvaise foi Monsieur Hollande ?

Source: Lire L’Article Complet