Gabriel Attal sur le Covid : pourquoi la vaccination des enfants n’est pas pour tout de suite

Alors qu’en France le Covid-19 gagne du terrain, la question de la vaccination des enfants fait débat. Invité sur le plateau de LCI ce jeudi 18 novembre, Gabriel Attal a fait part des raisons pour lesquelles la vaccination des 5-12 ans n’était pas à l’ordre du jour.

« La France est en état d’alerte ». Une mise en garde émise par Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, ce 16 novembre sur France Inter. Avec une augmentation des contaminations au Covid-19 en France, la 5e vague inquiète. Selon Santé publique France, le nombre de cas est repassé au-dessus des 10 000 en moyenne la semaine du 8 novembre, avant d’atteindre un pic à 19 778 nouveaux cas ce mardi. Face à cette hausse, la question de la vaccination des enfants de 5 à 12 ans fait débat dans l’Hexagone.

Contrairement à ses confrères américains et israéliens, Emmanuel Macron n’a pas ouvert la vaccination aux enfants. Invité sur le plateau d’Élizabeth Martichoux sur LCI ce jeudi 18 novembre, Gabriel Attal a justifié ce choix : « On prend les décisions dès lors qu’on a des recommandations scientifiques », a assuré le porte-parole du gouvernement. Mais le processus est long, et se divise en deux strates. « Sur la vaccination des enfants, il y a l’Agence sanitaire européenne (…) qui devrait nous remettre son avis d’ici la fin du mois de décembre et ensuite il faut que les autorités sanitaires françaises, notamment la Haute autorité de santé s’en saisisse et émette elle-même un avis », a précisé Gabriel Attal.

Gabriel Attal : l’exécutif attend l’aval de « scientifiques indépendants »

La vaccination des enfants, une question épineuse. Alors que les États-Unis et Israël ont fait le choix de vacciner leurs enfants, en France, certains parents s’impatientent. « Je pense que les familles pourront bénéficier des premiers retours de la vaccination chez les enfants en Israël et aux États-Unis qui sont les deux pays qui ont ouvert la vaccination aux enfants », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Je pense que c’est important qu’il y ait ce travail nourri fait par des scientifiques indépendants avant que les responsables politiques aient à prendre une décision », a déclaré le porte-parole du gouvernement sur LCI.

Alors que le virus gagne du terrain, Emmanuel Macron maintient sa stratégie vaccinale, récemment critiquée par l’épidémiologiste Catherine Hill. Lors de son allocution télévisée le 9 novembre dernier, le chef de l’État a rappelé l’importance de la vaccination et a annoncé que le pass sanitaire serait conditionné à une troisième dose pour les personnes âgées de plus de 65 ans. À partir du 1er décembre, la campagne de rappel vaccinal sera ouverte aux Français de 50 à 65 ans.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet