Gérald Darmanin étrille Jean-Luc Mélenchon , “un complotiste comme un autre”

À trois jours du second tour du scrutin législatif, Gérald Darmanin critique Jean-Luc Mélenchon dans Le Parisien ce vendredi 17 juin. Le ministre de l’Intérieur lui reproche notamment d’être « un complotiste comme un autre« .

A propos de


  1. Jean-Luc Mélenchon


  2. Gérald Darmanin

Gérald Darmanin descend Jean-Luc Mélenchon dans les colonnes du Parisien ce vendredi 17 juin. À trois jours du second tour des élections législatives, organisé ce dimanche 12 juin, la tension monte. La République en marche (LREM) a devancé la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) de seulement quelques milliers de voix au premier tour. Ce week-end, les deux camps se disputent la majorité à l’Assemblée nationale. Tous les coups semblent permis. Après une slave de critiques lancée contre le parti présidentiel dans le même journal par Jean-Luc Mélenchon ce mercredi 15 juin, le ministre de l’Intérieur monte à l’assaut.

Il accuse son opposant politique d’être un « complotiste comme un autre« , qui porte un « projet de ruine des classes moyennes« . Pour le premier flic de France, c’est simple : le programme de la Nupes promet « la ruine des épargnants puisque ce sont eux qui devront rembourser la dette qu’il ne veut pas payer. La ruine des retraités puisque son projet va faire baisser les pensions. La ruine des travailleurs puisqu’il ne veut plus d’investissements étrangers. La ruine des jeunes avec le retour du chômage. Mais aussi la ruine de l’ordre républicain puisqu’il veut désarmer les policiers« .

Gérald Darmanin qualifie Jean-Luc Mélenchon de « funeste agitateur »

La tête d’affiche de la Macronie n’a pas stoppé ici sa litanie de critiques. Il considère également Jean-Luc Mélenchon comme « un funeste agitateur (..) qui fait peur lorsqu’on évoque son arrivée au pouvoir« . Selon Gérald Darmanin, la tête de file de la France insoumise est source de désordre. « Il pense qu’en bordélisant l’actualité, en prenant la parole pour dire des choses insultantes -comme quand il dit que la police tue-, il attire vers lui le débat », a déclaré le ministre de l’Intérieur. Des attaques, qui ne semblent pas arrêter Jean-Luc Mélenchon. Invité de BFMTV ce vendredi 17 juin, l’homme de gauche, qui n’est même pas candidat, a critiqué le gouvernement. Il n’empêche, pour Gérald Darmanin, ce politique, âgé de soixante-dix ans et arrivé troisième à l’élection présidentielle, n’est pas une option envisageable pour la France. « La République aura beaucoup de mal à s’en remettre s’il gouvernait » affirme-t-il.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet