Guillaume Faure (Marc Very dans Demain nous appartient) : l'acteur sera-t-il de retour dans la saison 11 de Clem ?

Outre son rôle de Marc Véry dans Demain nous appartient, Guillaume Faure est apparu dans de nombreuses séries dont Clem et sera à l’affiche de la prochaine fiction policière de France 2, Le Code. Il a accepté de nous parler de ses projets…

Depuis trois ans, Guillaume Faure incarne Marc Véry, le tueur en série amoureux de Lucie Salducci (Lorie Pester) dans Demain nous appartient, qui vient de présenter son nouveau générique avec deux nouveaux personnages. Le comédien de 41 ans nous a fait quelques confidences quant à l’avenir de ce personnage ô combien ambivalent et de son couple avec Lucie (Lorie Pester). Un type de rôle auquel Guillaume Faure, est habitué. Vu dans de nombreuses séries (Section de recherches, Candice Renoir, Caïn, Chérif), il a notamment incarné Fred, le kiné ambigu de Clem dans les saisons 9 et 10 de la fiction du même nom. Des partitions complexes donc, propres à séduire cet artiste aux multiples talents. Car si Guillaume Faure est aujourd’hui connu pour ses rôles à la télévision, c’est d’abord la musique qui a fait vivre celui qui s’est formé au conservatoire d’Aix-en-Provence puis au Cours Florent. Mais aujourd’hui, l’acteur, qui parle plusieurs langues dont l’anglais, l’espagnol et l’italien, se consacre à la comédie…

  • Pékin Express : les Parisiennes font du charme et une promesse à leur chauffeur puis l'abandonnent

    Télé Loisirs

  • Denis Brogniart : ce qui lui manque depuis le décès de son papa

    Télé Loisirs

  • Cécile (Mariés au premier regard) défend Alain après une séquence polémique avec sa fille Anissa

    Télé Loisirs

  • Philippe Lellouche tacle la cérémonie des César

    Télé Loisirs

  • Fort Boyard : Samuel Étienne dévoile la raison pour laquelle il ne participera plus au jeu !

    Télé Loisirs

  • Ete 85 – 16 mars

    Télé Loisirs

  • Le canal des secrets – 11 février

    Télé Loisirs

  • José Garcia : qui est sa femme Isabelle Doval ?

    Télé Loisirs

  • Nagui sur sa femme : "Elle a changé ma vie… J'étais moins sûr de moi"

    Télé Loisirs

  • Marine Vignes évoque sa relation actuelle avec Nagui, son ex compagnon

    Télé Loisirs

  • Qui est Anaïs Bouton, la femme de Xavier de Moulins ?

    Télé Loisirs

  • 5 infos sur Jamie Dornan

    Télé Loisirs

  • Paige Price : qui est la femme de Frankie Muniz ?

    Télé Loisirs

  • Cécile (Mariés au premier regard) découvre Alain à quelques secondes du mariage

    Télé Loisirs

  • Koh-Lanta : Denis Brogniart assure que l'épilation est un problème capitale sur le camps

    Télé Loisirs


  • Pékin Express : les Parisiennes font du charme et une promesse à leur chauffeur puis l'abandonnent
    Pékin Express : les Parisiennes font du charme et une promesse à leur chauffeur puis l'abandonnent


    Télé Loisirs


  • Denis Brogniart : ce qui lui manque depuis le décès de son papa
    Denis Brogniart : ce qui lui manque depuis le décès de son papa


    Télé Loisirs


  • Cécile (Mariés au premier regard) défend Alain après une séquence polémique avec sa fille Anissa
    Cécile (Mariés au premier regard) défend Alain après une séquence polémique avec sa fille Anissa


    Télé Loisirs

VIDÉO SUIVANTE

Guillaume Faure : “Je crois aussi que Marc dans Demain nous appartient est quelqu’un que l’on aime détester”

Télé-Loisirs : Même s’il n’a plus versé de sang depuis sa rencontre avec Lucie, Marc Véry, votre personnage, reste un assassin. Comment le public réagit-il à votre égard ?

Guillaume Faure : Dans la rue, on m’interpelle souvent et à ma grande surprise, toujours de manière très positive. J’ai la sensation que les gens font la différence entre le personnage et le comédien. Je crois aussi que Marc est quelqu’un que l’on aime détester. Et puis, ce n’est pas la le premier méchant ou mec tordu que j’interprète. Je commence à être habitué (Il rit). Pourtant, je vous assure que je suis plutôt sympa ! Mais on a tous une part sombre en nous. Je m’en accommode peut-être plus facilement que d’autres ou j’ai plus de facilités à avoir accès à cette part de moi-même.

Guillaume Faure ne reviendra pas dans Clem

Dans Clem, où votre personnage, Fred, croupit en prison. Le reverra-t-on dans la saison 11 ?

Non. C’est sûr et certain. Pour la suite, je ne sais pas du tout. Mais ce serait avec plaisir. Car c’était une chouette aventure. Je joue souvent des personnages tordus mais cela a le mérite d’amener de l’épaisseur et de la complexité au personnage. Et c’est vraiment une chance. Fred est plus ou moins responsable de la mort de la mère de Clem, et pourtant il l’accompagne en tant que kiné à sa sortie du coma. Et surtout, à la fin de la saison 10, c’est un peu un héros d’endosser toute la responsabilité pour protéger son neveu. On a amené ce personnage vers quelque chose de plus positif…

Vous tournez parfois en anglais comme dans War and Peace, une série de la BBC ou les films Docteur Strange et The Barn. Qu’appréciez-vous dans cet exercice ? Est-ce très différent ?

Oui, c’est assez différent et agréable. Je tourne aussi en italien et espagnol. A la base, j’ai une formation de pianiste, je suis musicien. Au départ, je gagnais ma vie comme ça. Je retrouve quelque chose de musical dans le fait de jouer dans une langue étrangère. J’apprends mes textes comme une chanson. Je me sens presque plus libre sur la composition du personnage… J’apprécie beaucoup en tout cas.

Guillaume Faure sera bientôt à l’affiche de la prochaine série policière de France 2

Quels sont vos projets ?

J’ai été contacté pour deux énormes projets de séries anglo-saxonnes. Mais ils sont en attente… Je passe en tout cas régulièrement des castings pour des projets internationaux. La plupart du temps, ce sont des rôles de Français. Je dois avoir une image très française auprès des anglo-saxons ! J’ai joué un juge d’instruction dans Le Code, la nouvelle série de Lionel Olenga (qui avait créé Chérif) pour France 2. Et en mai et juin, je vais tourner un épisode de Cassandre en Savoie. Un personnage assez chargé une fois de plus. Je me prépare à retourner à la guerre (Il rit).

Gardez-vous quelque chose de cette noirceur-là quand vous rentrez chez vous ?

Je crois que la noirceur ne m’accompagne pas que dans mes projets professionnels. J’ai une assez haute conscience du fait que la vie est tragique. C’est pour cela que j’essaie d’être de bonne humeur et de bonne compagnie dans ma vie personnelle et professionnelle. C’est plutôt ma vie qui m’accompagne dans mes personnages sombres que l’inverse.

Vous avez étudié à Science-po à Aix-en-Provence. Ces écoles sont aujourd’hui dans la tourmente. En tant qu’ancien élève, quel regard portez-vous sur les événements récents ?

Cela me touche particulièrement. J’ai été élevé par ma mère et ma grand-mère. Ma vie a été entourée par des femmes. Dire que j’ai une haute estime des femmes est un euphémisme, presque hors-sujet. Ces histoires doivent être dénoncées et condamnées sans aucune ambiguïté. En ce qui concerne Sciences-po en particulier, je n’ai pas du tout connu ce genre de situations à Aix-en-Provence. Je n’en ai pas entendu parler. Je n’ai pas eu l’impression que c’était un sujet. Chaque année, à Sciences-Po, il y a un événement qui s’appelle Le Crit. Ce n’est pas toujours du meilleur goût, mais je n’ai pas du tout été témoin de scènes de harcèlement. C’était en 1999. Je suis très heureux de ce que j’ai appris là-bas, la rigueur que cela m’a apporté. Mais j’avais trop envie d’embrasser une carrière artistique. C’est pour cela que j’ai tenté ma chance à Paris.

Source: Lire L’Article Complet