« Il y va à fond » : Emmanuel Macron n’a pas peur « d’en faire des caisses »

Emmanuel Macron continue ce mardi 8 juin son “pèlerinage laïc” pour prendre le pouls des Français après des mois de crise sanitaire, dans la Drôme. Une stratégie de reconquête de popularité peut-être un peu trop agressive selon certains proches, qui n’hésitent pas à dire du président qu’il en fait “des caisses”.

Emmanuel Macron a une pensée complexe, et des gestes politiques “un peu too much“, et ce, selon certains membres de son entourage. C’est ce que révèle le Parisien ce lundi 7 juin, en revenant sur le Tour de France entamé par le président dans le Lot, et qui se poursuit ce mardi 8 juin dans la Drôme. Cette nouvelle étape de son “pèlerinage laïc“, comme on le nomme à l’Elysée, porte le désir d’Emmanuel Macron de célébrer l’art de vivre à la française, et son excellence. Et cela passe par célébrer ceux qui la font : les restaurateurs. Au menu pour le chef de l’Etat : une rencontre avec des apprentis du lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage, avant de déjeuner avec des grands noms de la gastronomie, dont la cheffe étoilée Anne-Sophie Pic, icône valentinoise. “Les filières de la restauration ont énormément souffert pendant la crise, et cela a touché tout l’écosystème : du cuisinier au serveur, en passant par les producteurs et les apprentis. Il vient pour les soutenir, les valoriser et surtout leur dire qu’on est maintenant reparti. Le président veut leur envoyer un message fort avant la réouverture, explique-t-on ainsi dans l’entourage présidentiel.

Et ce, à la veille d’une nouvelle étape dans le déconfinement qui les concerne au premier chef : à partir de ce mercredi 9 juin, les salles des bars et des restaurants ouvrent à nouveau, avec une jauge à 50 % et des tables de 6 personnes maximum, les terrasses sont en capacité d’accueil maximale… et le couvre-feu, repoussé à 23 heures! Pas vraiment une coïncidence, si on en croit certains propos proches de l’exécutif que rapportent nos confrères du Parisien. “S’il ne dit pas que ça va bien, qu’on a des raisons de se réjouir malgré la crise que nous venons de traverser, personne ne le fera. Surtout pas nos opposants. Alors il y va à fond, quitte à en faire des caisses“, commente un conseiller ministériel.

Emmanuel Macron a été “un peu too much” à Saint-Cirq-Lapopie

En faire “des caisses“, tout en se rapprochant de la réalité du quotidien ? C’est ce que suggère un secrétaire d’Etat au Parisien, en dénonçant le choix de la première étape du “pèlerinage“, à Saint-Cirq-Lapopie. “Commencer son tour de France dans un village Potemkine, ce n’est pas hyper adroit. Ça faisait quand même un peu too much. S’il veut convaincre, il doit aussi aller là où on ne l’attend pas. Il doit prendre sa part de risque en se heurtant aux Français qui souffrent vraiment“. A Valence, le président devrait suivre le souhait de ce ministre. Ses proches insistent et soulignent : oui, “il ira à la rencontre des habitants“, oui, il “s’attend bien évidemment à être interpellé” sur les sujets d’actualité. Et oui, “il répondra“. Un pas de plus dans ce qui constitue presque une “démarche spirituelle” pour Emmanuel Macron… et qui suit, pour l’instant, des itinéraires du pèlerinage des chemins de Compostelle.Un pur hasard“, promet-on du côté de l’Elysée.

Crédits photos : PATRICK BERNARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet