INTERVIEW Arnaud (Koh-Lanta, Les Armes Secrètes) : « J’ai réalisé mon rêve avec cette aventure »

Attachant candidat de Koh-Lanta, Les Armes Secrètes, Arnaud n’a pas trouvé le poignard qui aurait pu l’amener sur les poteaux. C’est donc une fin de parcours pour le maraîcher, qui gardera de très bons souvenirs de son aventure.

L’orientation est une épreuve redoutable de Koh-Lanta. Est-ce que vous l’appréhendiez ou vous étiez confiant ?

J’étais un peu mitigé. Je dois dire j’appréhendais toutes les épreuves, mais sans vraiment les appréhender. J’y allais toujours vaillant, en me disant que j’avais ma chance, que j’avais ma place, qu’il n’y avait pas de raison. Donc là, j’y allais plutôt confiant en me disant qu’il n’y avait pas de raison qu’il n’y ait pas de place pour moi.

Est-ce que vous vous étiez entraîné avec une boussole avant de partir à l’aventure ?

Ma femme m’avait acheté une boussole avant que je parte, pour m’entraîner un peu ! Parce que c’était il y a très longtemps, la dernière fois où j’avais eu une boussole entre les mains. Peut-être au collège ! Je me suis entraîné dans le jardin, pas plus que ça, mais la boussole ne m’était pas inconnue. La carte, ça restait une carte : même si maintenant on a les GPS dans les voitures, c’est toujours bien d’avoir une carte dans la portière quand même. Donc ça ne me faisait pas plus peur que ça.

Vous avez impressionné avec vos talents de pêcheur. Vous pratiquiez avant l’aventure ou c’est venu sur le tas ?

Non non, je ne suis pas pêcheur dans la vie ! Je n’ai même pas de canne à la maison, rien du tout. Mais il s’agit de la survie, donc il faut aller chercher à manger ! Et j’adore aller sous l’eau, d’autant plus que là c’était un aquarium géant.

Vous êtes un des chouchous du public, comment vivez-vous cette popularité ?

Je n’étais pas du tout venu chercher de la popularité ou de la notoriété, j’étais vraiment venu réaliser un rêve. C’est fait, j’ai réalisé mon rêve en faisant cette aventure. Le public est toujours bienveillant, ce sont toujours des messages top. Twitter et compagnie, ça me fait beaucoup rire. Je ne suis pas trop embêté à la maison, j’habite dans un petit village où se connaît tous déjà plus ou moins. Je le vis bien, ça me fait plaisir de faire quelques photos, quelques signatures pour les gamins…

On vous demande de signer des autographes ?

Oui, ça m’arrive. Si je viens vers Nancy ou Metz, on commence quand même à me reconnaître pas mal malgré le masque ! Quand on est dans la rue et qu’il y a un peu de monde, à partir du moment où on prend une photo, forcément il y a de la curiosité. Les gens me reconnaissent un peu, ce n’est pas déplaisant !

Il y a eu des commentaires amusés sur la séquence où Maxine vous saute dessus. Votre épouse l’a bien pris ?

Il faut savoir prendre du recul sur tout, on est capable de ça. Dans l’aventure, les filles et les mecs qui étaient plus jeunes que moi me voyaient plus comme le papa de l’aventure qu’autre chose. Il n’y avait vraiment rien de spécial là-dessus, aucun souci avec ça ! On le prend avec le sourire.

Comment s’est passé le retour à la maison ? Vous avez perdu beaucoup de poids, durant l’aventure.

Je suis peut-être déjà arrivé avec 10 kilos de trop par rapport à ce que je dois avoir ! Donc en avoir perdu 10, ça m’a peut-être mis plus en forme qu’autre chose. Mais comme je suis quelqu’un de très épicurien, j’ai vite fait de reprendre quelques kilos. Dans la mesure où j’assume totalement mon corps et mes formes, je n’ai eu aucun souci à reprendre ma vie normale avec ma petite famille. J’ai redormi volontiers dans mon lit, j’ai remangé volontiers les petits plats de ma femme. Le rythme de ma vie est revenu rapidement.

On vous a beaucoup comparé physiquement à Jean-Pierre François, comment le prenez vous ?

Dès qu’il y a des cheveux un peu longs et blonds… J’aurais préféré Brad Pitt, personnellement ! (rires) Mais pourquoi pas, Jean-Pierre François… Il y a une petite ressemblance, mais je ne dois pas avoir la même voix que lui. Je le prends en rigolant, ça me va bien. J’ai eu droit à Thor, Obélix… Ça me fait bien marrer.

Vous n’étiez pas vraiment sur les réseaux sociaux avant Koh-Lanta, mais vous êtes devenu un quasi influenceur !

Vous faites bien de dire “quasi influenceur”, parce qu’à l’heure actuelle je ne sais pas encore ce qu’est la vraie vie d’un influenceur ! Je n’étais, effectivement, pas trop réseaux sociaux. C’est mon fils qui m’a appris le choses. Instagram et compagnie, c’était du charabia pour moi. Je n’étais que sur Facebook et mon fils me disait que c’était déjà has been ! Je me suis mis sur Insta, c’est bien pour les personnes qui veulent suivre l’aventure et qui s’intéressent à ma vie, une vie simple d’agriculteur maraîcher.

Qui aimeriez-vous voir gagner, cette année ?

Sans aucun souci, aucune réflexion : Jonathan ! C’est un mec en or, il est très méritant. Sur le camp, il a toujours été chercher à manger, il est venu pêcher de nombreuses heures avec moi. Il était toujours présent sur les épreuves et excellé, notamment sur le statique où il était quasiment indétrônable. Je le côtoie maintenant dans la vie, hors aventure, et c’est vraiment le même. Il mérite de gagner.

Est-ce que vous repartiriez à l’aventure ?

Je repars demain matin s’il le faut, sans souci ! Après, c’est une question qui se pose avec ma femme, parce qu’un mois sans moi avec les gamins… Elle fait son Koh-Lanta aussi à la maison et je ne suis pas vraiment sûr qu’elle ait envie de le refaire demain ! C’est une expérience un peu égoïste, on laisse tout derrière. En plus, il y a eu le confinement. Ça a été compliqué à gérer pour elle, même si elle l’a super bien fait. Mais les enfants, on les a faits à deux, on les gère à deux. Partir un mois, ça fait un trou, quand même ! Elle était très contente que je revienne. Donc la question se poserait, mais pourquoi pas dans quelques années.

Source: Lire L’Article Complet