INTERVIEW Marie-France (Koh-Lanta, Les 4 Terres) : « Je savais que c’était moi qui sautait »

Marie-France est la première candidate à avoir été éliminée dans Koh-Lanta, Les 4 Terres. La représentante du Nord, qui a été sortie au conseil à l’unanimité, s’attendait à ce que son nom soit sur les bulletins.

Vous êtes la première candidate éliminée de Koh-Lanta, Les 4 Terres. Est-ce que vous vous y étiez préparée ?

Quand je suis partie pour l’aventure, pas du tout. Mais quand j’ai vu l’équipe dans laquelle j’étais, je savais. J’avais compris. Vous avez Lola et Angélique, deux petites nanas du même âge, qui sont soudées : ça se voit tout de suite que ça colle et quelque part c’est logique. Et après, il vous reste trois gars. On est au début de l’aventure, il faut des bras. Donc je savais pertinemment que si on perdait le jeu, c’était moi qui sautais. Je ne partais pas perdante, je partais logique.

Vous semblez avoir pris pour cible Angélique dès le départ. Pourquoi elle en particulier ?

Je ne dirais pas que je l’ai « prise pour cible », parce qu’il y a quand même un côté très humain que j’aime garder dans Koh-Lanta. C’est simplement une question d’affinités. C’est la seule dans le groupe à qui je n’ai pas eu l’occasion de parler, parce que je ne suis pas allée vers elle et qu’elle n’est pas allée vers moi. Peut-être que si j’étais restée plus longtemps, j’aurais pu créer des liens avec elle. Je pense qu’on a manqué de temps. Et il fallait bien que je mette un nom sur le papier…

Vous semblez pourtant ne pas l’apprécier dans l’épisode…

Quand je dis dans l’épisode qu’elle me saoule, c’est parce qu’à chaque fois qu’on parlait de quelque chose, elle disait « Ah oui, moi aussi »… C’est le genre de truc qui me saoule, mais c’est sa façon d’être. Ça me saoule et ça continuera sûrement de me saouler toujours, mais elle est comme ça : c’est sa personnalité et je le respecte.

Vous avez lâché une bombe au conseil en révélant le début de stratégie d’Adrien. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

Je n’ai pas eu l’impression de lâcher une bombe, j’ai simplement répondu à une question de Denis. Dans la vie, je suis quelqu’un de très carré : quand on me pose une question, je réponds franchement. Je n’en veux pas du tout à Adrien d’avoir fait ses stratégies, c’est sa façon à lui d’être dans le jeu. Ce n’était absolument pas pour le balancer : Adrien, c’est quelqu’un que j’aime beaucoup, je l’ai découvert en dehors du jeu et c’est un gars super génial. Je ne fais pas des histoires comme ça, gratuitement. Je réponds juste à une question et je ne mens pas.

Dans votre portrait, votre fils dit que vous avez un fort caractère. Est-ce que vous pensez que c’est ce qui a causé votre départ ?

Je me demande si ce ne sont pas plutôt mes performances physiques. J’ai quand même 50 ans. Je n’ai pas pu m’entraîner comme je voulais pour Koh-Lanta : je ne travaille pas quatre heures par jour et les journées sont trop courtes. Mais il y a peut-être un peu des deux. J’ai un côté très fermé, on me dit souvent : « Tu ne donnes pas envie qu’on aille vers toi. » En me voyant à la télé, j’ai compris pourquoi les gens me disent ça. J’ai vu que je mettais cette barrière, parce que je suis méfiante par rapport aux gens. Mais je ne pense pas avoir été éliminée à cause de mon sale caractère : je n’ai emmerdé personne !

Voir votre côté fermé vous a-t-il fait changer ?

On ne change pas. On peut s’améliorer, mais on ne change pas. Avec les gens, je reste méfiante et je pense que je resterai méfiante à vie. En revanche, j’ai sûrement un autre rapport avec la nourriture depuis l’aventure.

C’est à dire ?

Je me fichais de la nourriture, je mangeais simplement parce que mon estomac avait faim. Des fois, je sautais le repas de midi. Je me suis rendue compte que la nourriture, c’est quelque chose d’important. Je mange régulièrement, je fais plus attention.

Si vous pouviez revenir en arrière, est-ce que vous changeriez quelque chose dans votre aventure ?

Non, rien du tout. Ce qu’on voit à la télé, c’est moi. C’est vraiment moi, rien n’a été transformé. Ça me ressemble vraiment et si je devais refaire quelque chose, je referais exactement pareil.

Avez-vous gardé le contact avec les autres candidats ?

Oui, avec Adrien, avec Lola… On s’est d’ailleurs revus une fois chez Lola avec plusieurs candidats ! Il y en a avec qui on s’est téléphoné ces derniers mois. J’ai des liens assez forts avec Hadja, Joaquina, avec Carole… On n’a pas pu se parler dans le jeu, mais ça ne nous a pas empêché d’apprendre à nous connaître au téléphone. J’ai revu Angélique, aussi, et on s’est bien marrées. Ça se passe super bien, je n’ai personne dans le collimateur. On est tous différents et on est vraiment un bon groupe.

Participer à Koh-Lanta, c’est s’exposer aux critiques sur les réseaux sociaux. Comment les vivez-vous ?

Je m’en fous. Aux castings, dès le début, on nous prépare à ça. On a une psychologue qui nous suit du début à la fin, c’est une femme adorable. Il faut se protéger soi, aussi, psychologiquement. Moi avec l’âge que j’ai, j’arrive à passer au dessus. Ces gens qui sont cachés derrière des écrans, mais quelle vie de merde ils ont, pour n’avoir que ça à faire de leurs journées ! Je pense qu’il faut être profondément con pour juger quelqu’un comme ça, que vous voyez à la télé. Je n’en pense rien… C’est censé être à la base un réseau social, mais ça devient un réseau antisocial. On dit que la drogue ça brûle les neurones, mais je pense que les réseaux sociaux, ça brûle les neurones beaucoup plus à certains…

Source: Lire L’Article Complet