INTERVIEW – Muriel Robin : « Je défends les femmes seules contre tous »

Ce jeudi 6 janvier, Muriel Robin sera l’héroïne de la mini-série « Mon Ange » diffusée sur TF1. L’occasion pour la comédienne de lever le voile sur son nouveau personnage et de répondre aux questions de Gala.fr.

Une nouvelle fois, Muriel Robin risque de chambouler le coeur des téléspectateurs. À partir du jeudi 6 janvier, l’actrice est à l’affiche de la nouvelle série produite par TF1 intitulée « Mon Ange ». Dans ce nouveau polar, elle y interprète Suzanne, une mère brisée mais déterminée à élucider le mystère qui plane autour de sa fille disparue huit ans plus tôt. Pour l’occasion Muriel Robin est revenue sur ce tournage et a évoqué ses engagements mais également ses projets à venir.

Gala.fr : Qu’est-ce qui vous a séduit dans le scénario de la mini-série « Mon Ange » ?

Muriel Robin : J’ai beaucoup aimé le seul contre tous. Je trouve ça un peu héroïque, fort et beau. On se demande comment Suzanne va réussir à se faire une place dans ce village, à se faire entendre et à avancer dans ses convictions. On découvre l’histoire d’une femme qui n’a plus rien à perdre puisqu’elle a perdu l’essentiel. Il y a quelque chose de viscéral. Quoiqu’elle fasse, on est évidemment avec elle.

Gala.fr : Qu’est-ce qui vous a touchée dans le personnage de Suzanne ?

Muriel Robin : J’ai aimé la détermination, la force et la solitude de cette femme. J’ai pu m’identifier dans cette solitude, d’arriver dans un village et de déranger tout le monde. Elle ne pense pas comme les gens du village, concernant l’affaire de sa fille. C’est une femme qui dérange et j’adore ça. Elle est ce personnage qui va faire que ce village ne sera plus jamais pareil. C’est quelque chose qui m’a parlé.

« J’aime faire bouger les choses et alerter »

Gala.fr : Pourquoi Suzanne croit-elle que sa fille est toujours vivante ?

Muriel Robin : Quand on a perdu quelqu’un, c’est compliqué de faire le deuil. Encore plus lorsque c’est une enfant. On ne veut pas le faire ce deuil. Suzanne a choisi de se dire que sa fille était encore vivante et elle voit une photo qui lui fait croire qu’elle ne s’est peut-être pas trompée.

https://www.instagram.com/p/CXvgjHVAcfF/

A post shared by TF1 Pro (@tf1.pro)

Gala.fr : Est-ce que vous vous retrouvez dans la détermination et la volonté de votre personnage de faire bouger les choses ?

Muriel Robin : Je ne sais pas si je suis quelqu’un d’aussi déterminé qu’elle. Cependant, j’aime faire bouger les choses et alerter. C’est vraiment quelque chose qui me parle. Je crois que mes engagements le montrent, c’est quelque chose d’assez concret.

Gala.fr : Vous partagez l’affiche avec Marilou Berry, comment s’est passée votre collaboration ?

Muriel Robin : Super ! Nous nous sommes rencontrées une première fois lorsqu’elle avait 10 ans. Sa maman (ndlr: Josiane Balasko) l’avait déposée chez moi, dans ma maison de vacances. J’ai gardé un souvenir très précis de ce moment partagé avec elle. J’avais trouvé cette enfant très attachante, intelligente et intéressante. Et quand on s’est revues, elle s’en souvenait comme d’un très bon moment passé avec moi. Ça m’a beaucoup touché. On a donc eu beaucoup de plaisir à se retrouver. Je trouve que Marilou est une très bonne comédienne. Elle a un truc. Elle a beaucoup de douceur et d’humanité, ce qui est un mot qu’on utilise peu souvent pour les comédiennes. C’était très agréable de jouer avec elle.

Gala.fr : Un autre personnage qui est essentiel pour Suzanne, c’est sa chienne. En quoi la présente de cet animal est-elle importante pour elle ?

Muriel Robin : Suzanne se lève encore le matin pour s’occuper de quelqu’un. C’est de la tendresse. Cette chienne lui donne beaucoup plus d’amour que n’importe qui. Elle a un esprit beaucoup plus libre qu’un être humain. Elle compte beaucoup pour Suzanne. Et surtout, sa chienne lui permet de ne pas être seule.

« J’ai aimé tourner cette série haletante »

Gala.fr : Quel souvenir gardez-vous de ce tournage ?

Muriel Robin : Le froid. Il a vraiment fait très froid. Je vais devoir également me faire opérer d’une épaule. Lors du tournage, il y a eu un moment physiquement dur où j’étais malmenée. J’ai les épaules qui ont craqué. Si la gauche est juste un peu abîmée, je vais devoir me faire opérer de l’épaule droite. Ça, c’est le mauvais côté car je suis handicapée depuis le tournage. En dehors de ça, je retiens beaucoup de plaisir à retrouver la Haute-Loire qui est une très belle région à l’image. Et puis j’ai aimé tourner cette série haletante. On ne sait jamais ce qu’il va se passer.

Gala.fr : En parlant de la région, vous avez une certaine attache avec cette dernière.

Muriel Robin : Je suis née pas très loin de cette région, à Montbrison. Après j’ai vécu à Saint-Étienne qui est à une heure de route. J’ai également été en colonie de vacances dans les alentours. J’avais le souvenir d’une très belle nature, un peu différente des autres. On a l’impression d’être comme dans un western en plein coeur de la campagne française.

Gala.fr : « Mon ange » a reçu le prix de la meilleure série au Festival de la fiction de La Rochelle 2021. Que représente cette récompense ?

Muriel Robin : Ça représente le travail d’une équipe. Je suis très contente pour toutes les personnes qui ont travaillé sur cette mini-série car les conditions n’ont pas toujours été très faciles. Les gens se sont donnés. C’est vraiment chouette pour eux.

« J’ai besoin et envie d’un peu de légèreté »

Gala.fr : Vous avez incarné Jacqueline Sauvage une femme abîmée par la vie comme le personnage de Suzanne. Quel message souhaitez-vous transmettre à travers ses rôles ?

Muriel Robin : Avec Jacqueline Sauvage, je voulais incarner cette femme qui avait subi des violences pour mettre en lumière ce phénomène dont personne ne parlait avant cette affaire. Même s’il y a encore du travail, il a véritablement une prise de conscience. C’est un peu loin lourd avec « Mon Ange » mais je défends les femmes seules contre tous, leur détermination et leur courage. C’est un mot qu’on emploie plus beaucoup. Ils sont loin les chevaliers courageux (elle rit). C’est un joli mot. Je trouve toutes les femmes courageuses.

Gala.fr : Vous êtes très engagée dans la cause des femmes et des sujets de société. Quelle thématique aimeriez-vous aborder dans votre film ou téléfilm ?

Muriel Robin : Dans mon prochain film, je vais laisser tomber les thématiques pour aller faire quelque chose de plus léger. Après avoir tourné un film sur les femmes abandonnées en quête de vérité, j’ai besoin et envie d’un peu de légèreté.

Gala.fr : Vous jouez bien souvent des rôles dramatiques, avez-vous envie de jouer des rôles un peu plus légers ?

Muriel Robin : On ne m’a pas vu dans des rôles légers. J’ai aussi envie d’amuser les téléspectateurs, ça ne peut pas toujours être grave. Je crois que c’est important de faire rire surtout en cette période un peu compliquée.

Gala.fr : Que vous réserve l’année 2022 ?

Muriel Robin : J’écris un long-métrage avec ma compagne Anne. Il s’agit d’une comédie pour le cinéma. J’espère qu’on arrivera au bout de ce projet. Je continue également la tournée de mon spectacle « Et Pof ! ». Il y a encore de l’espace pour des choses que je ne connais pas encore. C’est pas mal. Il y a un peu de surprises à venir (elle rit).

Crédits photos : FRANCOIS LEFEBVRE / TF1

Autour de

Source: Lire L’Article Complet