« Je n’en suis pas cap ! » : ce jour où Anne Sinclair a refusé une incroyable proposition de François Hollande

Anne Sinclair est de retour sur le devant de la scène médiatique depuis la sortie de son livre Passé composé, dans lequel elle revient sur sa vie et notamment son ancien mariage avec Dominique Strauss-Kahn. Pour le magazine Sud-Ouest, elle a également évoqué une anecdote inédite : François Hollande lui avait demandé d’être ministre de la Culture sous son mandat.

Anne Sinclair

Il aura fallu de longues années à Anne Sinclair pour se reconstruire après le traumatisme de ce que l’on a appelé l’affaire DSK. La journaliste, qui a aujourd’hui retrouvé l’amour dans les bras de l’historien et académicien Pierre Nora, s’est trouvée mêlée au scandale sexuel qui a entaché la réputation de son époux d’alors, Dominique Strauss-Khan. Au Parisien, l’ex-femme blessée a révélé ce qui lui avait permis d’aller de l’avant : Je me suis reconstruite grâce à l’amour de mes enfants, au fait de voir grandir mes petits-enfants, à l’amour de mes beaux-enfants, à l’amour tout court”. Cela faisait donc dix ans, que la journaliste de 72 ans ne s’était pas exprimée dans les médias. À la faveur de la sortie de ses mémoires dans un ouvrage baptisé Passé composé, l’ex-présentatrice de 7 sur 7 est sortie de son mutisme.

Son ouvrage ne consacre qu’un seul chapitre sur les quatorze à l’affaire du Sofitel de New York, car Anne Sinclair a énormément d’autres anecdotes à raconter ! Pour exemple, la journaliste a dévoilé au magazine Sud-Ouest avoir reçu une proposition de la part de François Hollande alors qu’il était président de la République. Ce dernier lui avait alors demandé de devenir ministre de la Culture sous son mandat, mais elle avait refusé.

“J’ai hésité pendant 30 secondes, pas plus”

Celle qui a des yeux couleur azur a donc failli devenir ministre de la Culture bien avant Roselyne Bachelot. “Quand il m’a appelée, j’ai été très touchée et émue, car c’est un des plus beaux postes de la République”, a affirmé Anne Sinclair à nos confères, en estimant toutefois qu’elle ne se serait pas vue au gouvernement. “Chacun son métier” , a-t-elle justifié son propos, en complétant le motif de son refus par sa nécessité d’être indépendante. “Ministre, j’aurais dû aller à la télévision défendre des choses qui ne m’étaient pas plaisantes : c’était l’époque du débat sur la déchéance de nationalité, idée à laquelle je n’étais pas favorable”, a-t-elle développé, en soulignant qu’en devenant un membre de l’État, elle “aurai[t] dû être solidaire”. “Je n’en suis pas cap’ !”, a-t-elle finalement expliqué.

“Je n’ai jamais voulu entrer dans ce jeu-là. Je ne m’en suis jamais sentie capable. Peut-être par lâcheté, par esprit critique surtout, je crois”, a souligné la compagne de Pierre Nora. Avant de conclure : “Je n’étais pas une obsédée du pouvoir. Certains ont prétendu que c’est moi qui rêvais d’aller à l’Élysée, mais c’est faux, mon Dieu ! J’ai vu ce qu’est la vie publique, et j’ai plus de fascination pour les artistes, les intellectuels et les gens de pensée que pour le pouvoir”. Et l’on veut bien la croire lorsqu’elle affirme vouloir se tenir loin des sirènes de la politique …

Source: Lire L’Article Complet