« Je vous annonce que mes fonctions prennent fin demain » : le jour où Emmanuel Macron a failli démissionner

Les journalistes Nathalie Schuck et Olivier Beaumont sortent, ce jeudi 18 novembre, Chérie, j’ai rétréci la droite. Un livre qui entre dans les coulisses du quinquennat d’Emmanuel Macron. « Le Point » publie un extrait révélant que le président de la République a envisagé de quitter ses fonctions…

Emmanuel Macron n’a toujours pas annoncé officiellement s’il était candidat à sa réélection. Mais dans les coulisses, la campagne semble se prépare. En témoigne cette révélation que Nathalie Schuck, rédactrice en chef adjointe du service France au Point, et Olivier Beaumont, grand reporter au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France ont faite dans leur livre intitulé Chérie, j’ai rétréci la droite, qui sort ce jeudi 18 novembre. Un ouvrage qui revient sur le quinquennat de l’actuel président de la République.

Le 8 mars dernier, le locataire de l’Elysée a une discussion avec l’essayiste Alain Minc dont il est très proche, comme le précisent les journalistes dans leur ouvrage dont Le Point a publié un extrait, ce jeudi 18 novembre. L’essayiste soumet alors une idée plutôt osée au chef de l’Etat qui ne peut fonctionner “que si elle reste strictement confinée dans la messagerie du président”, précise-t-il avant d’insister : “(Elle) doit être traitée avec le même secret absolu qu’un code nucléaire.”

Alain Minc lui expose alors son idée, il propose à Emmanuel Macron de s’adresser à la population le 15 septembre suivant et de lui dire : “Nous sommes dans un moment clé. La relance économique se passe bien, mais ce pays ne peut pas perdre de temps. Deuxièmement, il y a un événement qui n’a lieu que tous les treize ans et demi : la présidence française de l’Union européenne, qui doit être une splendide réussite française. Troisièmement, vous me voyez, moi, faire campagne depuis l’Élysée ? Je vous annonce que mes fonctions de président de la République prennent fin demain à midi et que je serai candidat à l’élection présidentielle qui aura lieu, sous la présidence intérimaire de Gérard Larcher, dans trois semaines.”

Emmanuel Macron : “Tout cela se regarde de près. Mais cela se regarde en effet”

Un scénario qui n’est pas sans rappeler la démission du Général de Gaulle en avril 1969. Emmanuel Macron ne semble pas fermé à cette hypothèse : “Oui, l’idée présente des avantages”, indique-t-il à son ami. Et d’ajouter : “Tout cela se regarde de près. Mais cela se regarde en effet.” Le chef de l’Etat demande alors à Alain Minc d’étudier tous les détails juridiques avant de conclure : “Quand tu es prêt, tu me dis”. Il semble que finalement, Emmanuel Macron ait fini par rejeter la proposition de l’essayiste.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Raphael Lafargue / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet