Jean-Jacques Beineix : le célèbre réalisateur est mort à l'âge de 75 ans

Le célèbre cinéaste Jean-Jacques Beineix est mort, jeudi 13 janvier 2022. Le lendemain, franceinfo a révélé qu’il avait succombé des suites d’une leucémie, à l’âge de 75 ans.

Restez informée

Le monde du septième art est en deuil. Jeudi 13 janvier 2022, le réalisateur Jean-Jacques Beineix est mort, a appris franceinfo le lendemain. Selon les informations de la chaîne, le cinéaste est décédé à son domicile parisien des suites d’une longue maladie, la leucémie, à l’âge de 75 ans. Il a rendu son dernier souffle entouré de sa femme Agnès et de sa fille Frida. Jean-Jacques Beineix était écrivain, dialoguiste, scénariste mais aussi producteur. Il s’est fait connaître du grand public avec son film Diva, en 1981, récompensé par le César de la meilleure première œuvre. Après ce premier grand succès, Jean-Jacques Beineix avait enchaîné avec de nombreuses réalisations telles que La Lune dans le caniveau, en 1983, tourné dans les studios de Cinecittà, et surtout 37°2 le matin, en 1986. Ce film restera son plus gros succès. Il avait d’ailleurs fait confiance à deux jeunes acteurs, inconnus du grand public à cette époque : Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle.

Jean-Jacques Beineix a offert le dernier rôle à Yves Montand

S’il a permis à ces deux comédiens de lancer leur carrière, il a également offert son dernier rôle à Yves Montand dans IP 5 – L’île aux pachydermes. Pour rappel, le comédien est d’ailleurs mort avant la fin du tournage des suites d’un infarctus. Depuis Mortel Transfert, avec Jean-Hugues Anglade et Hélène de Fougerolles, en 2001, Jean-Jacques Beineix avait rangé sa caméra. Il avait sans doute été particulièrement touché par les nombreuses critiques négatives que le film avait reçues et le flop au box office. En 2015, il avait voulu se lancer un nouveau défi en réalisant des pièces de théâtre. Il avait notamment mis en scène Kiki de Montparnasse, au Lucernaire à Paris. Enfin, parce que sa carrière n’était pas assez grande, en 2020, il a écrit son premier roman. Avec Toboggan, il a fait part d’une réflexion sans concession sur le sens de sa vie et les liens entre l’amour et l’art. Jean-Jacques Beineix laissera le souvenir d’un homme qui a toujours eu envie de se renouveler.

Source: Lire L’Article Complet